Essen 2010 - Le plus beau

Essen 2010 est terminée pour nous. Ce fut sans conteste le meilleur Essen depuis que nous y allons.

Tout a débuté Mardi

      Mardi 19 octobre

Départ en début d'après-midi et une route fluide jusque Essen. Une arrivée dans les temps pour un repos salvateur à l'hôtel après une partie de Troyes à deux. Une partie toujours aussi plaisante, pleine de rebondissements et demandant une bonne concentration pour jouer au mieux ses dés. Un jeu qui reste indispensable pour ses capacités de renouvellement de parties et pour une exploitation astucieuse des dés.

Dodo...

      Mercredi 20 octobre

Début des hostilités...

Coup de main à Sébastien Dujardin pour installer le stand Pearlgames, il y a des caisses et du matériel à sortir. C'est amusant de participer à l'envers du décor. On le quitte avant 11 heures en croisant les doigts pour lui.

Conférence de presse à 11h, une grande salle, on s'y croirait. Chaque place à droit aux boissons et à de la charcuterie, au cas où on s'ennuie ? Peut-être ?

Car il faut bien l'admettre, il est dommage d'indiquer "Internationale" sur le titre du salon et n'avoir que les documents en allemand et une présentation d'une heure en allemand. Sauf un "Welcome" au début. De plus, que la présentatrice se félicite d'accueillir des éditeurs de Corée, Japon et autres pays lointains. Que ce ne soit pas en français, pas de soucis, mais en anglais serait un strict minimum. Donc une conférence de presse un peu barbante excepté le résultat du concours pour les écoles et la joie des vainqueurs en découvrant la pile de jeux offerts. C'est toujours un plaisir de voir les enfants émerveillés.

Ensuite, ruée vers la salle de présentation des jeux, c'est très pratique d'avoir tous les jeux installés et disponibles les uns à côté des autres. Pour des photos, vous pouvez en trouver une masse sur Tric Trac. On pourra y voir Cléopâtre avec son garde du corps, Repos Production ne se refuse plus rien.

Et comme c'est l'Egypte, on y croise aussi des touristes belges.

On peut y croiser le Docteur Knizia, Wolfgang Kramer, Mac Gerdts, Xavier Georges et bien d'autres... Une petite heure de visite à jouer un peu des coudes entre les photographes, caméramans, et autres journalistes.

Pause saucisse, toujours aussi allemande mais bon cela fait partie de l'ambiance.

On commence à se promener dans le salon, il faut horriblement froid, normal toutes les immenses portes sont ouvertes pour faire entrer des tonnes de caisses, des voitures, des camionnettes, des clarks, ...

C'est l'occasion d'avoir plus facilement accès aux éditeurs et autres auteurs déjà présents. Longues discussions avec Thomas de Repos Production par exemple. Et d'autres.

Peu de stands sont prêts mais certains sont déjà accessibles. On s'arrête chez les frères Fragor qui sont toujours aussi accueillants et toujours en kilt, c'est notre première boîte de la journée: Antics!. Arrêt chez Wattsalpoag et rencontre avec Kris Gould et discussion sur la nouvelle édition de Jet Set et Claim It. C'est aussi la découverte du jeu de cette année Last Call, un jeu avec un beau matériel dans une boîte un peu hors format. Deuxième boîte de la journée. Ensuite arrêt plus long chez Prime Games et découverte de The Great Fire of London 1666 et son plateau immense, son thème magnifiquement mis en scène par un matériel impeccable. Ce sera le premier achat de la journée. Le gentil monsieur nous invite à découvrir Mijnlieff, un jeu abstrait avec un matériel en bois. Un jeu subtil facile d'accès et qui arrivera même à plaire à Mme LudiGaume. Second achat de la journée. Et pour finir, présentation de Chelsea, qui n'est pas un jeu 2010 mais que nous connaissions de nom. Conquis, ce sera le troisième achat de la journée. On quitte le stand frigorifié par la porte ouverte juste en face du stand.

Flanerie et retour vers le stand Asmodée qui est à l'entrée Est. On crise juste Matthieu d'Epenoux, il y avait longtemps que nous n'avions eu l'occasion de discuter. Toujours aussi agréable. Mais le travail le rappel à l'ordre, on se redirige vers la sortie (toujours aussi frigorifié). C'est l'occasion de récupérer notre précommande de 7 wonders et enfin l'occasion de le découvrir à l'hôtel.

On rentre...

"Ein beer bitte!", et on commence par une partie de 7 wonders à 2 joueurs. Un vrai plaisir, aucune déception et l'envie d'y rejouer pour mieux maîtriser la mécanique subtile. Une vraie réussite et une envie folle de le découvrir à plus.

Arrivée de nos amis de Vin d'jeu, discussion sur nos découvertes, impressions, et un "Rumsteak" avec des frites.

On découvre Fun fair, le jeu anniversaire de Eggertspiele. Un jeu multi-jeux, dont le thème arrive à être crédible malgré, à la lecture des règles, d'une impression de bof. Mais une fois dans la partie, on a bien rit, crié, ... Au final, un jeu amusant qui n'a pas la prétention d'autre chose et qui colle à son thème de fête foraine. Une belle réussite qui n'est pas conseillée aux Gamers qui ne savent pas s'amuser dans la simplicité.

Une partie d'Intrigo pour finir. J'apprécie toujours autant.

Dodo...

      Jeudi 21 octobre

Suite des hostilités...

Arrivée avant l'ouverture et valait mieux car pour avoir des tickets c'est la folie furieuse à l'extérieur, du jamais vu. Certains mettront plus d'une heure pour avoir leurs tickets. Merci le Press Pass !

On débute par des explications rapides de Loch Ness chez The Gamemaster. Attention, il y a deux versions de Loch Ness sur le salon, et chose étonnante, avec le même thème, la prise de photos du monstre. Nous, nous sommes intéressé par la version pour les plus jeunes avec ses illustrations chatoyantes et son monstre tout mignon. Emporté.

On file chez Drie Magier pour découvrir le nouveau jeu, Les petits apprentis sorciers, un jeu étonnant avec ses pions qui lancent les billes dans les chaudrons. Il arrivera en Gaume car notre petit Eliott va se régaler.

On poursuit la matinée à découvrir et regarder, discuter. Une curiosité pour moi, Mars is Ours un jeu japonais. Malheureusement aucune boîte de disponible, l'auteur se promène avec un feuille où il s'excuse et parle de se faire Harakiri. Japon Brand semble touché également par ce retard.

12 heures, rendez-vous des francophones devant la cantine, oups le restaurant. Discussions interminables sur les jeux, les trucs à voir, ... On décide de passer l'après-midi avec Grunt et de tenter de jouer.

14 heures, on part à la recherche d'une table libre. C'est un vrai défi et après une longue marche, nous décidons de nous arrêter chez Queen Games car il y a UNE place. On se pose et, zut, mince, c'est Alhambra qui est sur la table et pas possible d'avoir une boîte d'autre chose. Tant pis, on y joue et Grunt remporte la partie grâce à une tuile salvatrice.

On repart vers le stand Iello afin de découvrir King of Tokyo, il y a de la place. Grunt nous explique le jeu et c'est une vraie découverte, un jeu rapide, simple, avec de la baston, des dés, conquis. Vivement Janvier 2011. 51ème Etat n'est pas dispo, on repart.

The Boss est disponible, explications par l'auteur, une partie en trois manches remportée par Grunt. Un jeu de majorité sympa mais sans plus.

On se lance un défi, trouver une table libre de Tikal II. Impossible. On se donne rendez-vous le lendemain avant l'ouverture pour se positionner en premier. On jouera à Tikal II !

On se donne rendez-vous avec Frédéric Frenay à l'hôtel pour manger un bout.

Retour à l'hôtel.

"Ein beer bitte!", cela fait du bien.

"Eine Mix Grill" pour requinquer les joueurs et le tout pendant de longues discussions. Un vrai plaisir de retrouver notre ami Frédéric Frenay, qui nous l'espérons reprendra un jour sa plume sur LudiGaume.

Avec Mme LudiGaume, nous nous lançons ensuite dans la découverte de Sobek qui se joue extrêmement bien et offre de nombreux choix tactiques. Bravo à Bruno Cathala et GameWorks pour cet excellent jeu. On passe ensuite à Famiglia, le nouveau jeu à deux joueurs de Friedemann Friese, un jeu avec une mécanique étonnante et un thème amusant. Absolument pas déçu et sera certainement un jeu à deux qui ressortira souvent.

Pendant ce temps, l'équipe Vin d'jeu est de retour et se lance dans un Dakota, quel courage de débuter à 22 heures un gros jeu de ce type avec lecture de la règle.

Mais l'info du jour est la première place au classement Fair Play de Troyes. C'est un coup de projecteur mérité pour Pearlgames et l'assurance de voir la boîte présentée sur le stand Fair Play avec un beau numéro 1 devant. Une super nouvelle.

Dodo...

      Vendredi 21 octobre

Rappelez-vous notre défi avec Grunt, jouer à Tikal II.

Arrivée avant l'ouverture et on se positionne sur une table d'entrée de jeu. Un gentil monsieur nous propose de nous expliquer en anglais mais nous lui indiquons que nos attendons une troisième personne et que nous parlons français. Il nous informe que Malcom Braff viendra nous expliquer le jeu. Grand luxe! Entre temps, Etienne Vienne (le Monsieur de la TT TV sur l'explication de PearlGames) nous rejoint. Et Grunt nous rejoint un peu plus tard. Malcom nous rejoint et nous explique les règles, quel plaisir. La partie peut commencer.

La partie prend forme, les choix sont nombreux mais le jeu reste tactique car il faut absolument attendre le début de son tour pour faire ses choix. Le plateau change trop durant le tour, ce n'est pas un problème mais il faut en être conscient.

Tout d'un coup, c'est la folie dans le salon, les portes viennent de s'ouvrir, un flux de personnes arrive en une seule vague c'est impressionnant, on a l'impression que nous allons nous faire emporter. Ne pas bouger, attendre que cela passe.

La partie se termine et Etienne l'emporte de peu, malgré un gros coup de ma part, coup à 46 points en un tour. Cela n'aura pas suffit. Tout le monde a apprécié le jeu.

On décide de récupérer les jeux pour les petits pour Eliott et de faire un dernier tour du côté de PearlGames. C'est la joie sur le stand, les affaires marchent et le jeu semble remporter un succès mérité. Bravo à Sébastien et Anaëlle, pour leur persévérance et passions qu'ils ont su mettre dans la boîte de Troyes. N'oublions pas les 2 co-auteurs.

Passage sur le stand japonais de Mars is Ours où les boîtes sont enfin arrivées. L'auteur présente une feuille avec fierté qu'il promène partout pour indiquer qu'il a ses boîtes. Le jeu m'attire mais son prix me rebute pour une prise de risque. 50€ est un prix assez conséquent et supérieur aux prix sur le salon. Peu de jeux atteignent ces prix. Nous ne prendrons pas le jeu. On saura bientôt si ce fut une erreur.

Derniers saluts et puis on rentre en Gaume, départ à 15 heures.

Un retour un peu long, le GPS nous faisant passer par la Hollande, erreur fatale car il y a des bouchons et au final cela nous coûtera une heure sur l'horaire prévu.

Retrouvailles joyeuses avec notre petit Eliott et ouverture des premières boîtes. On tente un Loch Ness avec Eliott qui apprécie de prendre des photos dans le sac mais ne comprend pas le système du choix de l'emplacement des photographes, nous l'aidons et on s'amuse bien.

Ensuite, nous ouvrons la boîte de Diego Drachenzahn, le jeu Haba de cette année, qui remporte un vif succès auprès d'Eliott. Nous en ferons deux parties (bien sur avec une règle aménagée qui ne dénature pas le jeu d'adresse).

Dodo...

      Samedi 22 octobre

Prise des photos du butin et rédaction de cet Edito.

Essen 2010 est le meilleur de tous nos Essen car ce fut l'occasion de découvrir l'envers du décor, beaucoup de rencontres, de bonnes soirées jeux, et même pour une fois, des parties sur le salon.

Vivement Essen 2011 !!!

Article précédentNoces de Laine - 7 ans
Article suivantSortir couvert ou pas ?