Quel courage !

Hier matin, je lisais un nième topic sur le forum de TricTrac dans lequel Sophie Tout Court de Filosofia intervenait encore pour s'expliquer suite à une nième critique par rapport à l'une de leurs sorties futures. Dans ce cas ci, Megawatts la réédition française de Funkenschlag. Le sujet portait sur la raison et la non compréhension par rapport à la réédition d'un jeu sans texte d'où le français n'a pas d'importance. Quoique Funkenschlag c'est très parlant dans notre belle langue de Molière. Le joueur concerné, rejoint par d'autres, ne voyait pas l'utilité de ce travail alors qu'il y a tant de jeux avec texte non traduits.

Quel courage Sophie !

Comment fait-elle pour subir à longueur de posts des critiques de tous ces joueurs assis sur leur chaise de bureau derrière leur écran et ayant tous les droits de critiquer le travail d'autrui ? Qui sommes-nous, nous les joueurs passionnés (dont je fais partie), les acharnés, pour juger des choix et du travail d'autrui. Qui sommes-nous pour penser que notre avis est le bon ? Nous ne sommes qu'une minorité dans la masse des clients potentiels pour acheter un jeu. Jeu que nous possédons déjà dans sa version originale et donc nous sommes encore moins des clients potentiels !

Dans ce cas-ci, je cite Filosofia mais il n'est pas rare de voir Karis de Ystari répondre aux critiques (parfois même Grunt ou William Attia). Matthieu d'Epenoux n'est pas le dernier non plus à prendre le temps de répondre.

Bravo à tous pour votre courage car qui sont ces personnes pour critiquer, exiger parfois des choses auprès d'autres qui, eux, ont pris les risques financiers et également les risques marketing pour lancer des jeux sur le marché. De plus, en tant que directeurs/directrices de société, vous faites en fonction du marché et en tant que joueur à l'origine, en fonction de vos goûts.

En un mot merci pour votre travail et votre persévérance

François qui avait envie de remercier les éditeurs de jeux.

PS: Je n'ai aucun lien avec les sociétés citées, j'ai juste eu envie de mettre en avant un sentiment surgit après la lecture d'un post où Sophie Tout Court révélait un peu de lassitude, que je comprend.

Article suivantRevue de web de juin 2006