L'avis de Frédéric

Plus de 10 parties jouées - 13 juillet 2006
 
Top à Frédéric
  preview

Si mes souvenirs sont bons, j’ai joué pour la première fois à 1830 en 1988, soit peu de temps après sa sortie. A l’époque nous n’avions pas encore internet, et le jeu de la mythique compagnie Avalon Hill de Boston avait été acheté par correspondance par Serge Piselli. Et le Serge, à l’époque, nous mettait systématiquement la pâtée à ce jeu qui nous semblait à tous, sauf à lui, d’une complexité incroyable.

Il y a deux ans, grâce à Fred Taton, j’ai redécouvert ce jeu absolument fabuleux qu’est 1830, cette fois en en comprenant les mécanismes.

1830 s’adresse à un public de joueurs très ciblé, à tort à mon avis, car il souffre d’une certaine mauvaise réputation qui trouve ses fondements dans des préjugés largement erronés, même parmi les joueurs habituels ; il présente en effet des caractéristiques qui ne correspondent plus du tout aux standards actuels en matière de jeu de société : ses règles sont touffues, les choix tactiques sont monstrueusement nombreux, une partie peut durer de 4 à 6 heures, le jeu ne devient maîtrisable qu’après plusieurs parties et il nécessite de nombreuses manipulations.

A mon avis, les principaux défauts de 1830 sont qu’il devient très difficile de se le procurer et qu’il peut se révéler calamiteux si vous y jouez avec un ou, pire, plusieurs joueurs atteints de paralysie analytique, pour reprendre l'expression de Raphaël, dès lors que le jeu sera nécessairement plombé par de nombreuses dizaines de minutes d’attente tant les choix soumis à l’analyse paralysante seront quasiment infinis. Un autre petit défaut est qu’il n’est pas évident de trouver des volontaires pour y jouer. Pour le reste, 1830 est un jeu splendide.

1830 est un jeu de connexion et un jeu boursier d’une grande richesse tactique et stratégique. Chacune des actions des joueurs pourra avoir une grande influence sur l’évolution du jeu. Ceci est vrai dans le cadre de la construction des voies ferrées mais également sur le marché boursier. A chaque instant, votre coup devra être optimisé : par exemple, au niveau de l’achat des certificats d’action les plus lucratifs en terme de dividendes et en terme d’accroissement de valeur à long terme, mais aussi les plus sûrs pour éviter la faillite de la compagnie dont le capital est représenté par ces certificats d’action. L’optimisation devra aussi se faire au niveau des tracés ferroviaires à construire, des gares à implanter et des trains à acheter : vos trains et les trajets que ceux-ci peuvent accomplir seront une de vos principales sources de revenus, mais également pour vos adversaires s’ils possèdent également des certificats d’action de votre compagnie. Le tout sera une question d’équilibre : vais-je construire un tracé qui me permettra de gagner plus d’argent ou un tracé qui bloquera la progression d’un autre joueur ? Quel type de train vais-je acheter, en tenant compte de la règle d’obsolescence des trains ? Vais-je conserver les dividendes au sein de ma compagnie pour financer l’achat futur de trains et/ou de gare ou pour poser des voies, au risque de ne pas percevoir moi-même suffisamment de liquidités pour acheter d’autres certificats d’action lors du tour de bourse ? Ce type de questions, et bien d’autres !, se présenteront à vous tout au long de la partie et à de nombreuses reprises.

Ce jeu nécessite aussi une certaine prise de risque au niveau de l’achat des certificats d’action. Le risque étant de se voir refiler une compagnie exsangue, vous devrez soit renoncer à acheter des certificats d’action et donc renoncer à des revenus (le nerf de la guerre !), soit tenter d’être le plus souvent possible le premier joueur (priority deal), ce qui n’est pas chose évidente, mais qui vous promet de nombreuses heures de jeu intenses.

Parmi les défauts, je ne cite pas les problèmes de manipulation qui résident dans la distribution des dividendes sous forme de billets de banque avec des variations du cours boursier des certificats d’action correspondants, sans compter sur les achats divers (trains, gares, compagnies privées, poses particulières de voies ferrées). Je n’en parle pas dès lors que ce problème est solutionné par l’utilisation du Modérateur PC. Il s’agit en fait d’un programme DOS qui va effectuer pour vous tous les comptages de toutes sortes et calculer en temps réel, les variations du cours des actions et les revenus perçus par les joueurs ainsi que leurs dépenses. Avec l’utilisation de ce programme, vous pouvez facilement gagner 1 heure et demi de jeu et éviter des erreurs de calcul. Vous pouvez également utiliser des jetons de poker qui sont beaucoup plus facile à utiliser que des billets de banque.

Au dos de la boîte de jeu, vous pourrez lire que le jeu ne présente aucun élément de hasard. C’est exact dans la mesure où aucune action de jeu n’est influencée par un événement aléatoire. Toutefois, comme dans tous les jeux de société, la chance peut jouer. Ceci étant dû à l’influence considérable que toutes les actions ont sur la situation des joueurs. Un joueur pourra ainsi involontairement vous favoriser, l’inverse étant évidemment vrai (malheureusement pour vous !). Il est en effet très difficile de tout planifier à 1830 tant le jeu sera susceptible d’évoluer au gré des choix des joueurs. Cette caractéristique rend le jeu plus tactique que stratégique, au profit d’une très grande « rejouabilité » : il n’y a pas de schéma définitif de victoire de sorte que les parties seront toujours assez différentes l’une de l’autre. En outre, la physionomie du jeu varie grandement en fonction du nombre de joueurs. L’argent de départ variant selon le nombre de joueurs, les stratégies d’ouverture s’en trouvent modifiées.

La mécanique de jeu colle vraiment bien au thème du jeu. Il s’agit évidemment d’un jeu « à l’américaine » donc à thème fort.

Le matériel est typique des jeux Avalon Hill des années 80 : tons pastel, plateau de jeu avec d’immenses « american valleys » (creux dans les joints du plateau), bref un pur bonheur (bon là, j’exagère un peu).

Un autre avantage de 1830 : si vous avez un très vieux PC vous pouvez vous entraîner avec la version PC du jeu. Le programme triche un peu car les joueurs-ordinateur se liguent systématiquement contre vous. Cela reste une excellente manière d’appréhender le jeu.

Les règles sont effectivement touffues mais les mécanismes en eux-mêmes, s’ils sont nombreux, ne sont pas très compliqués. Avec un bon guide et un peu de patience, les règles demeurent, à mon avis, facilement assimilables. Le jeu demande quand même un certain investissement pour en appréhender toutes les subtilités. Une fois cela fait, vous disposerez des bases nécessaires pour jouer à toute la série des 18xx dont vous trouverez un rapide historique en français sur le site de Macht Die Spühl.

1830 est un jeu qu’il faut savoir dompter mais qui vous procurera de très nombreuses heures de pur plaisir ludique qui n’ont rien à voir avec la tendance actuelle des jeux-kleenex.

 
  • Un jeu intense
  • Originalités des mécanismes
  • Jeu longue durée
  • Thème fort
 
  • Manipulations nombreuses
  • Risque de banqueroute - fin de jeu prématurée

7 commentaires

  1. LudiGaume 05:33 14.07.2006

    Décidémment, il faudra que l'on en fasse une ensemble vu ma première expérience un peu décevante.

    Tu peux ajouter aussi dans ton avis : jouer les 1ères parties avec un ou plusieurs joueurs confirmés QUI restent dans la partie.

    François

  2. Fred Frenay 07:07 14.07.2006

    C'est effectivement mieux d'apprendre avec un joueur expérimenté, car le jeu à un gros côté usine à gaz qu'il faut savoir appréhender, mais il n'y a rien d'insurmontable.

    C'est quand tu veux pour une partie d'initiation. D'autres sont intéressés ?

  3. XavO 07:18 14.07.2006

    Oui moi !

    Juste que je suis un peu loin pour venir vous voir...mais ça peut être l'occasion !

  4. Fred Frenay 10:13 14.07.2006

    Et bien ce serait un plaisir !

    J'ai une petite idée derrière la tête, mais il faut que j'en parle à M. LUDIGAUME.

  5. jerome 13:10 15.07.2006

    je trouve que c'est un bon jeu. Long donc difficile à organise mais certainement pas "long" dans le sens "on s'ennuie". j'ai déjà joué à des jeux "courts" où on s'ennuie à mourir...

    J'ai essayé 18AL avec François, 1860 avec Isa (mon épouse), 18 je sais plus comment en afrique et un 18xx dans l'espace avec des mines et des vaisseaux. ils sont quand même assez différents.

    Mais il faut un certain investissement en temps, c'est vrai. on peut faire une journée initiation 1830, puis embrayer sur le Bridge ???

  6. Fred Frenay 14:05 15.07.2006

    1865 et 2038. Ben, tu sais il y a aussi des bridges dans 1830.

  7. Evelin Auger 19:50 10.05.2011

    Y avez-vous joué finalement?

    Moi, depuis mon initiation, je ne veux plus jouer à rien d'autre.


Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension