Invasions

Je termine l’année 2006 par un avis sur une très belle réédition d’un jeu – Viking Fury – de Phil et Steve Kendall, les « Ragnar Brothers » (avec un nom comme celui-ci, pas étonnant que le thème soit celui des vikings.) dont je connaissais le nom par un excellent jeu : Canal Mania.

Invasion est une éclatante réédition de ce jeu de viking paru à compte d’auteur. Et quelle réédition ! Asmodée, qui s’y est collé pour l’occasion, a fait aux joueurs un très beau cadeau de fin d’année. On peut vraiment parler d’édition de luxe quand on voit la qualité et la quantité de matériel fourni. Je savais Asmodée capable de fournir des jeux de qualités, je ne les savais pas capable de surpasser ce à quoi ils étaient généralement habitués. Pions de villes et de villages, pions drakkars et vikings, un magnifique plateau de jeu représentant l’Europe de l’époque, des cartes magnifiquement illustrées, des règles d’une grande clarté, tout concours à l’effort et l’attrait de la présentation – essentiel dans ce genre de jeu.

Je dois avouer que j’avais une certaine appréhension quand au jeu lui-même. Sachant que la réédition avait été approuvée par Croc – personnage emblématique de chez Asmodée - et connaissant un peu ce monsieur; je m’attendais à un jeu au thème et l’ambiance forte, plein d’aventures, d’actions et de rebondissements, un jeu de guerre et de conquête, un jeu à l’américaine – peut-être même avec un côté un peu « trash ». Et j’ai été surpris de trouver bien plus, un véritable jeu d’aventures de légendes avec une véritable ambiance allant au-delà de la guerre, des raids et des pillages ; un jeu au thème fort parsemé de quelques mécanismes fins et subtils que l’on ne trouve pas souvent dans ce genre de jeux. Pour ceux à qui cela parlerait éventuellement, Invasions me rappelle beaucoup un ancien jeu par correspondance de ma prime jeunesse : Légende Viking de feu Korum.

Plutôt qu’un jeu d’affrontement, il s’agit ici d’un jeu de placement et de déplacement retraçant les grands voyages et les grandes sagas vikings. On y retrouve également quelques notions de gestion (gestion de son équipage et de sa cargaison). Evidemment, on parle de pillage et de conquêtes dans ce jeu mais aussi de commerce, de colonisation et de découvertes. Tout le quotidien de ces fiers hommes du nord. Le but du jeu n’est cependant pas d’écraser les autres joueurs par d’incessantes victoires militaires mais bien d’être le plus rapide, le plus malin – voire le plus opportuniste pour y réaliser des objectifs (appelés sagas) d’ordre militaire (pillage), commercial ou colonial. Celui qui l’emportera ne sera pas celui qui aura le mieux combattu mais celui qui se sera le mieux positionné dans les différentes voix de victoire proposées par le jeu (certains décomptes de majorité jouant un rôle très important pour la victoire). Un jeu au thème fort avec beaucoup de possibilité et de richesse de jeu.

Comme je le disais plus haut, ce qui m’a beaucoup plus dans ce jeu, ce sont tous ces petits mécanismes très malins qui parsèment le jeu et lui donnent un dynamisme très agréable.

Notons par exemple, la notion de sagas : ces objectifs à remplir, publics - donc réalisables par tous - qu’il faut absolument terminer pour faire avancer le jeu et éventuellement grapiller des points de victoire supplémentaires durant ou en fin de partie. (Système de majorité) Ces objectifs sont communs et donc réalisables en coopération, mais seul le joueur qui termine l’objectif gagne les avantages associés. Un petit côté opportuniste qui oblige les joueurs à revoir leurs stratégies plusieurs fois en cours de partie, courir après plusieurs lièvres, ou faire preuve de sournoiserie quand le moment est opportun. Ces objectifs forcent aussi les joueurs à avancer le jeu, à donner vie à la partie en tentant des actions d’éclats sous peine de se voir voler de précieux points de victoire par les autres.

J’ai également beaucoup aimé le fait que chaque action accomplie par un joueur ouvre des possibilités et des avantages aux autres joueurs. (Bénéfice pour le pillage des villes déjà abordées, bonus de victoire pour certaines régions colonisées en groupe, réalisation d’objectif commun, etc.). Il n’est pas seulement nécessaire de surveiller sa propre évolution, il faut constamment prendre garde aux actions des autres joueurs, jouer avec leurs jeux, et ne pas hésiter à bénéficier de leurs erreurs mais aussi de leurs coups d’éclats. Cela crée une interaction très plaisante faite de coup bas, de blocage, de vol des objectifs mais aussi de bluff ou de pression psychologique … un vrai jeu d’enfoirés au bon sens du terme.

Oui c’est bien le terme adéquat. En plus de bénéficier d’un thème très fort et fort bien représenté, Invasions met une très forte ambiance autour de la table. Attention cependant, il ne faut pas se tromper, il ne s’agit pas d’un jeu de conquête mais bien d’un jeu de placement et de gestion ; ce qui risque d’en surprendre plus d’un. Alors autant les prévenir.

Une belle découverte de fin d’année pour peu que vous ne soyez pas allergique au thème abordé.

 
  • Un gros jeu extrêmement abordable
  • Superbe intégration des mécanismes dans le thème
  • Rend justice aux exploits vikings sans exagérer leur côté barbare
  • Superbe graphiquement
 
  • peut sembler répétitif par certaines simplicités des règles

Sympathique