Wanted!

Rendre l'ambiance des westerns dans un jeu de carte : le défi était pour le moins difficile à relever. Et pourtant, il y a de cela dans Wanted.

D'où vient-elle ? De quelques références éffeuillées de ci, de là, de la présence des figures du western que sont le shérif, les hors-la-loi (et les renégats) et de leurs attributs (pistolets, fusils, montures, etc.) et surtout des joueurs à la table. S'il y a un ou deux amateurs de John Wayne ou de Sergio Leone, les répliques cultes ne tarderont pas à fuser.

Si on en revient au jeu de cartes, il dispose de règles simples rapidement assimilées : un passage en revue des différentes cartes, un ou deux tours de chauffe et ça y est, chacun est prêt à jouer. Il ne faut pas se laisser décourager par le nombre de cartes différentes : tout s'explique et se joue facilement.

Ce qui est agréable à Wanted, c'est qu'il y a un double niveau de personnalisation de son jeu :

* On joue d'une part des rôles pré-déterminés (et secrets) qui vont participer à la constitution de camps (trois au maximum : celui du Shérif et de ses adjoints, celui des hors-la-loi et celui du Renégat).

* On pioche et choisit parmi deux, un pouvoir spécial qui permettra de se distinguer de ses adversaires et, dans une certaine mesure, d'orienter son jeu

Autant dire qu'avec ces deux critères, chaque partie se renouvelle plutôt facilement. Et, il est agréable de se voir dicter dans une certaine mesure ses objectifs : cela permet de nouer des alliances entre personnes qui ne se connaissent pas, de créer une certaine convivialité à la table et d'éviter que l'atmosphère ne tourne au vinaigre suite à une élimination trop rapide.

Alors oui, bien sûr, la chance est au rendez-vous. Prétendre que la victoire à Wanted dépend de ses talents oratoires ou de sa maîtrise des actions est sans doute excessif. On a une certaine latitude mais il faudra bien un brin de chance pour tirer les bons personnages, les bonnes cartes et ajuster ses tirs sur les bonnes personnes (du moins au début).

 
  • Une ambiance très bien rendue
  • Des rôles savoureux qui forcent les alliances mais laissent une certaine latitude
  • Accessible et plaisant dès la première partie
  • Le principe, rafraîchissant par les temps qui courrent, de l'élimination
  • Le jeu idéal à 6 ou 7 joueurs occasionnels
 
  • Avec les extensions, les explications peuvent s'éterniser
  • On ne peut nier une part importante de hasard (mais le plaisir de jeu le compense largement)

Très Bon