Thème du jeu


Les Âges Sombres sont maintenant derrière nous. Les bâtiments en ruines de Blue Moon City permettent encore de mesurer conbien la ville était puissante. Les peuples de Blue Moon ont juré de reconstruire leur ville. Les 3 dragons sont de retour et ils surveillent la reconstruction. Petit à petit, tous les fantastiques bâtiments renaissent. En récompense pour leur travail, les joueurs reçoivent des morceaux du Cristal Sacré qui fut détruit et les offrent au dieu de Blue Moon. Dès qu'un joueur a ofert suffisamment de morceaux de cristal, le Cristal Sacré est reconstruit et Blue Moon City resplendit d'un nouvel éclat. Le joueur qui aura fait le plus d'offrandes sera le vainqueur et méritera de prendre en main le destin de Blue Moon City.
 

Description du jeu

preview
 
But du jeu

Etre le premier à faire le bon nombre d'offrandes à l'obélisque.

Mise en place

Le plateau de jeu est constitué au centre de la table à l'aide des 21 tuiles bâtiment. On place au centre la place du marché (avec l'obélisque) et autour les 3 tuiles 5/4/3 et la tuile 5/4/4/3. Ensuite, on mélange les tuiles restantes et les place autour des 5 tuiles de départ au hasard afin de former un cercle. Chaque joueur choisit une couleur et prend le pion, qu'il place sur le marché, et les 10 cubes de sa couleur.

On place sur le côté l'obélisque (les cases 7 ne sont pas utilisées dans une partie à 2 joueurs), les écailles (9 à 2 joueurs, 12 à 3, 15 à 4), les cristaux et le paquet de cartes préalablement mélangées. Chaque joueur reçoit 8 cartes.

La mise en place

Le joueur le plus sage commence la partie.

Les tuiles

Chaque tuile a, dans son coin supérieur gauche, le prix pour le premier bâtisseur (près de l'étoile). Juste dessous le prix pour tous les joueurs y compris le premier. Au bas, les emplacements de construction, de 1 à 4. Enfin dans le coin supérieur droit, le prix que fournira la tuile quand elle sera construite.













Un bâtiment à construire - Le bâtiment construit

Les cartes et leurs effets

Les cartes dans chaque couleur ont une valeur de 1 à 3. Les cartes 3 n'ont pas d'effet tandis que les autres valeurs oui. Quand on joue une carte, on le fait pour son effet ou pour sa valeur en construction mais pas pour les 2.


















Déroulement de la partie

Le tour d'un joueur se décompose comme suit :

 Déplacer son pion
Le joueur peut déplacer son pion de 0 à 2 cases orthogonalement. Il peut jouer l'effet des cartes grises afin d'améliorer sa distance de déplacement. Les pions peuvent partager une même tuile.

Il peut jouer l'effet des cartes bleues, noires et rouges pour attirer des dragons sur sa case.

 Poser une pierre de construction
Le joueur doit payer le coût minimum (on peut le dépasser) de la pierre qu'il souhaite construire avec des cartes de la couleur de cette dernière. Il reçoit autant d'écailles de dragons qu'il y en a de présent où il construit. De plus, il peut construire plusieurs pierres mais en payant à chaque fois le coût de chaque pierre. Dans ce cas, il ne reçoit qu'une seule fois les écailles.

En fonction de la situation, le joueur provoque un décompte de bâtiment et/ou un décompte pour les écailles.

 Effectuer un décompte de bâtiment, si nécessaire
Quand toutes les cases d'un bâtiment sont occupées par une pierre, il y a décompte. Le joueur qui a posé le plus de pierres est le premier. S'il y a égalité, c'est le joueur qui a construit la pierre la plus à gauche qui est premier.

Le premier reçoit les éléments (cristaux, écailles, cartes) indiqués sur la tuile dans le coin supérieur gauche (près de l'étoile). Ensuite, tous les joueurs reçoivent les éléments de la seconde ligne sous l'étoile, même le premier joueur. De plus, ils reçoivent les éléments indiqués sur les tuiles bâtiments adjacentes et terminées (bâtiments terminés).

Ensuite, on retourne la tuile et chaque joueur reprend ses pierres.

 Faire une offrande à l'obélisque, si possible
Si le joueur est sur la place du marché, il peut faire une seule offrande en payant le coût en cristaux de la première case libre sur l'obélisque. S'il souhaite faire une seconde offrande durant le même tour, il doit jouer l'effet d'une carte jaune et payer le surcoût.

 Décompte des écailles de dragons
Quand toutes les écailles de dragons ont été distribuées, on détermine le joueur majoritaire en écailles. Celui-ci reçoit 6 cristaux et ses adversaires qui en ont au moins 3 reçoivent 3 cristaux. En cas d'égalité pour la première place, chacun en reçoit 3. Les joueurs qui ont moins de 3 écailles ne reçoivent rien mais conservent leurs écailles pour la suite du jeu. Les joueurs qui ont reçu des cristaux remettent toutes leurs écailles dans la réserve.

 Piocher des cartes
A la fin de son tour, le joueur pioche toujours 2 cartes, peu importe ce qu'il a fait durant son tour. De plus, avant de piocher, il peut se défausser de maximum 2 cartes et en reprendre autant de la pioche. Il n'y a pas de limite au nombre de cartes dans la main d'un joueur.

Fin de la partie

La partie se termine quand un joueur parvient à faire le nombre requis d'offrandes : 2 à 6 joueurs, 5 à 3 joueurs et 4 à 4 joueurs.

Si toutes les offrandes ont été faites et que personne n'a atteint le nombre requis c'est le joueur qui en a fait le plus qui l'emporte. En cas de nouvelle égalité, les cristaux départagent les ex aequo.



 
Descriptif rédigé par LudiGaume
 

L'avis de LudiGaume

De 6 à 10 parties jouées - 16 juillet 2006
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Quelle est belle cette cité !

Une claque côté illustration, les cartes sont superbes, on ne voit pas d'autres mots, et les tuiles magnifiques. Un jeu d'une grande beauté.

Côté règle, le jeu se révèle simple après une seconde partie, le temps d'assimiler les cartes et bien comprendre comment gagner des cristaux et des écailles.

OPPORTUNISME voilà le maître mot de Blue Moon City, il faut essayer d'être dans tous les coups, toutes les constructions. Pourquoi ? Tout simplement car le premier joueur ne gagne pas tellement plus que ses collègues constructeurs sur une tuile. Construire la plus petite pierre est très souvent très lucratif. De plus, il faut toujours regarder les tuiles adjacentes terminées car elles peuvent rapporter gros.

NE PAS SE DISPERSER est l'autre point d'attention, éparpiller ses pierres peut vous ralentir car c'est joli mais il faut que d'autres viennent terminer avec vous la construction. De plus construire seul vous coûte cher en carte.

COMBO j'adore ! C'est un réel plaisir d'effectuer des combinaisons avec ses cartes afin d'amener des dragons et transformer la couleur de ses cartes. Un plaisir de jeu très fort. Trouver la meilleure combinaison et la plus rentable est le moteur du jeu.

COPINAGE AVEC LES DRAGONS est une méthode qui peut vous aider à terminer vos offrandes, obtenir les derniers cristaux pour emporter la partie.

Blue Moon City est un jeu rapide et passionnant qui ravira les opportunistes. Un indispensable pour son matériel et le plaisir ludique. Le jeu se renouvelle très bien grâce aux tuiles qui renouvellent le plateau de jeu.

 
  • Illustrations
  • Opportunisme
  • Les combinaisons avec les cartes
 
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Deepdelver

De 6 à 10 parties jouées - 6 septembre 2011
 
Sympathique
  preview

Blue Moon City est incontestablement un jeu kniziesque : thème absent et forte mécanique, donc le jeu à l'allemande dans toute sa splendeur. Mais il a ce petit quelque chose qui vous fait apprécier chaque partie, et qui devait être novateur à l'époque de sa sortie (2006), à savoir les cartes à double emploi (avec Race fo the galaxy ou la Gloire de Rome).

Chaque carte comporte en effet une double, et même triple, information : sa couleur et sa couleur, nécessaire pour achever un bâtiment et réunir ainsi les précieux cristaux pour la victoire, mais surtout le pouvoir des cartes, différent pour chaque couleur. Le tout est donc, quand vient son tour, de trouver les meilleures combinaisons pour se tracer un chemin vers la victoire. Et bien anticiper également la fin de partie, et les coûts croissants de l'obélisque.

A l'époque, alors que j'étais encore un "jeune" joueur, j'avais été séduit par tout cela. Le temps a fait son œuvre bien sûr mais je ne refuserai probablement jamais une partie.

 
  • Les cartes à double emploi (soit la construction, soit les combinaisons)
  • La construction de plus en plus chère de l'obélisque, obligeant à bien préparer sa victoire éventuelle
  • Les combinaisons de cartes possibles
 
  • Un jeu de combinaisons, pas facile à appréhender
  • Un pur jeu à l'allemande
Aucun commentaireMasquer