Thème du jeu


1858. Les parcelles de terrains de la nouvelle ville de Carson City sont mises en ventes.

Vous disposez d'une petite somme d'argent et d'une fidèle équipe de cow-boys prêts à tout pour vous aider. Vous cherchez à vous approprier les meilleurs terrains et construire les bâtiments les plus lucratifs. Aurez-vous l'audace de provoquer en duel vos adversaires, qui tenteront de réaliser les meilleurs coups à votre place ? Saurez-vous profiter de l'appui des personnalités les plus influentes de la ville ?
 

L'avis de LudiGaume

De 1 à 2 parties jouées - 5 mars 2010
 
Très Bon
  preview
Avertissement sur ses notations

Carson City est un peu atypique car il mêle de la gestion avec de l'affrontement. C'est rare de coupler les deux car le hasard de l'affrontement peut en rebuter plus d'un.

Un thème fort et bien présent sur l'ensemble du jeu. L'illustrateur a su donner un plus qui rend le jeu encore plus immersif. La création de villes dans les plaines perdues de l'ouest est bien mise en scène.

En ce qui concerne la règle, elle est bien écrite et demande beaucoup de concentration pour bien retenir tous les petits éléments que ce soit la route ou les propriétés des bâtiments. Mais rien d'insurmontable grâce à une aide de jeu bien faite et une iconographie adéquate.

Le jeu est assez complexe au final car les nombreux choix sont un plus mais également un opportunité pour se perdre dans les différentes stratégies et donc, parfois, avoir un sentiment mitigé par rapport au jeu. Il ne faudra pas oublier les revolvers qui sont quand même une des clefs du jeu, difficile de s'en passer. Mais au fond c'est bien dans le thème.

On peut également féliciter l'auteur pour les nombreuses variantes qu'il offre et qui permette de gommer le hasard pour les allergiques ou qui offre encore plus de possibilités au jeu. C'est rare d'offrir autant à la sortie d'un jeu.

Un très bon jeu qui demande beaucoup d'investissement pour arriver à trouver son confort face aux différentes stratégies. Il ravira les fans de gestions mais, si vous êtes un joueur bagarreur ne vous attendez pas à un jeu bourrin à l'américaine. Cela reste un jeu de gestion à la base.

 
  • Matériel de folie
  • Les illustrations
  • De l'affrontement couplé à de la gestion
  • Très exigeant
  • Les nombreuses variantes
 
  • On se perd parfois dans les différentes stratégies
  • Très exigeant
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Sébastien D.

De 6 à 10 parties jouées - 8 janvier 2010
 
Top à Sébastien D.
  preview

S’il y’a bien un élément auquel j’apporte de l’importance dans les jeux actuels, c’est le renouvellement. Première mission accomplie pour ce Carson City avec des personnages à 2 pouvoirs, des tirages aléatoires dans les bâtiments et les positions de départ, un plateau double face mais surtout: la variante concernant les duels. J’étais le premier à faire de gros yeux quand on m’a expliqué que les duels se résolvaient à coup de dés. Un simple dé 6. On pondère le résultat par le nombre de prison à plus de 2 cases d’une montagne, multiplié par la racine carré du nombre de banques entourées d’église à moins que plus de 2 joueurs aient construit plus d’une mine auquel cas on utilise la racine cubique de la fortune du joueur? Non, non, on jette le dé puis on ajoute les flingues et les cow-boys, simplement! Le ton était donné, Carson City n’est pas un gros jeu de gestion, c’est un gros jeu de gestion fun !!!! Et vous savez quoi ? Et bien, ca marche! Le plus génial étant de pouvoir changer cet aspect essentiel du jeu en jouant avec la variante des tuiles, d’où le renouvellement, en fonction de votre humeur.

Les duels constituent effectivement une grosse originalité du jeu car aucune place n’est acquise : rarement le sol s’écroule aussi facilement sous vos pieds dans un jeu de gestion. Cette grande instabilité amène une autre caractéristique que j’apprécie particulièrement dans un jeu : il est possible de creuser un écart conséquent sur les autres joueurs grâce à de gros coups d’éclat. L’équilibre n’est pas tel que chaque action se vaut, ou presque.

Troisième paragraphe. Troisième caractéristique qui me plait beaucoup : l’aspect géographique du développement en ville. Y’a pas, quand il faut balayer un plateau du regard pour chercher la meilleure place, quand il faut construire un réseau routier pour relier des bâtiments, je prends mon pied. Un jeu de gestion à là manière de Caylus qui ajoute cette option, c’est un grand plaisir pour moi.

C’est ici qu’on commence les points négatifs ? Non, non !! J’aime aussi beaucoup le choix des personnages qui, ici prend une importance capitale car on en choisit que 5 dans la partie, leur pouvoir étant très important sur le développement de son jeu. C’est un choix quasi stratégique alors qu’il est souvent tactique dans les autres jeux qui font appel à ce type de choix. Ca en fait des choses ! Et oui, Carson City est un jeu assez dense qui fait appel à beaucoup de notions distinctes mais en parvenant parfaitement à lier la sauce, chaque élément étant parfaitement à sa place.

Ahhh les points négatifs !! Quels points négatifs ?? Peut-être l’importance des flingues ? Les flingues sont importants dans le jeu, il est très difficile de jouer sans au point que je ne pense pas qu’il faille tenter de stratégie sans flingue. Pas vraiment un défaut donc, quand on le sait. Bravo à Xavier pour ce jeu qui fait d’ores et déjà partie des favoris de ma ludothèque.

 
  • Riche mais fluide
  • L'optimisation territoriale
  • Le fun dans un jeu de ce type
  • Le renouvellement
 
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Deepdelver

De 6 à 10 parties jouées - 26 janvier 2012
 
Très Bon
  preview

Carson City reprend un peu toutes les bonnes recettes des jeux de ces dernières années :
- les personnages définissant l'ordre du tour (Citadelles)
- une "route" d'actions de placement d'ouvriers (Caylus)
- une carte de placement de tuiles.

L'originalité vient du thème choisi : le Far West et les règlements à coups de revolver. En effet, quand un emplacement (sur la route ou sur la carte) est disputé entre plusieurs joueurs, un duel à coup de dés a lieu, et il faut bien évaluer la force de chacun avant de chercher la bagarre.

Je retrouve aussi tous les ingrédients du jeu de gestion que j'apprécie :
- les bâtiments, très thématiques, vont vous donner l'orientation de votre partie (ranch ou mine ?, ville ou campagne ?)
- la progressivité de la route est très bien trouvée (préparation du tour avec prises des routes et des revolvers, achat des terrains, puis des bâtiments, récupération d'argent, puis scoring)
- un nombre de tour fixe qui évite de trop se disperser


Enfin, les personnages bifaces (7 ou 8), l'arrivée aléatoire des bâtiments, le plateau biface (désert ou rivière) et les variantes en fin de règle renouvellent les parties, et le plaisir.

Bref, un très bon opus, magnifiquement illustré.

 
  • Le thème, très bien rendu
  • La route de Caylus revisitée
  • Les personnages et le plateau bifaces
 
  • Moindre intérêt de la variante où on joue tous en même temps
Aucun commentaireMasquer