Thème du jeu


Les pyramides tombent en ruine, et le nez du Grand Sphinx semble sur le point de s'effondrer ! Furieuse, Cléopâtre réunit les plus grands architectes de son royaume pour leur demander un nouveau palais. Celui qui saura accéder à ses désirs recevra sans nul doute un trésor pharaonique, mais malheur aux tricheurs !
 

L'avis de Raphaël

De 1 à 2 parties jouées - 13 janvier 2007
 
Sans Intérêt
  preview

La boîte est lourde, le matériel est impressionnant.
La règle semble décrire de petites subtilités qui n'en sont pas, qui me semblent bien inutiles.
Mais malgré sa clinquante carosserie, Cléopatre ne vous emménera nulle part; il n'y a pas de moteur sous le capot, du moins pas de moteur à la hauteur de tous ces chromes.
Days of Wonder nous a habitué aux jeux surproduits, Les Chevaliers de la Table Ronde présentait aussi juste un jeu de collecte de série dans un emballage un peu démesuré, mais au moins il y avait un vrai jeu amusant et une véritable ambiance.
Cléopatre, avec un jeu simpliste et complètement hasardeux mais une règle prétentieuse (pour faire "jeu subtil" sans doute) n'est ni un jeu familial, ni un "jeu de joueurs", et ne peut compter que sur le savoir faire de son éditeur en matière promotionnelle et sur son inutile et coûteux matériel pléthorique.

 
  • Un matériel impressionnant et joli
  • Une règle claire
 
  • Trop complexe pour un jeu familial
  • Complètement hasardeux
  • Thème en carton
  • Prix
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Zendor

De 1 à 2 parties jouées - 22 juin 2006
 
Sympathique
  preview

Il ne s’agit pas là d’un jeu aussi incontournable que Les Aventuriers du Rail. Oui, il est très bien conçu et il est spectaculaire, mais son interaction très limitée et ses parties un peu courtes empêchent la tension de se développer. Ce n’est pas non plus un jeu qui sort des sentiers battus (loin de là d’ailleurs) comme Les Chevaliers de la Table Ronde. Pendant que j’y jouais, je ne pouvais m’empêcher de penser à un autre jeu auquel j’avais joué auparavant mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. C’est Bruno Faidutti qui me l’a rappelé quand j’ai lu son récent ajout de Blue Moon City sur son site. Car en effet, Cléopâtre et la Société des Architectes est vraiment comme un Blue Moon City dans lequel les combinaisons de cartes à jouer ont été simplifiées et où un élément d’élimination de joueur « à la High Society » fut ajouté en fin de partie. Si bien que je ne suis pas surpris de voir Blue Moon City mais non Cléopâtre et la Société des Architectes dans les nominés du Spiel des Jahres 2006. Les deux jeux auraient fait double emploi s’ils avaient été présents. Et si Blue Moon City fut celui retenu, c’est qu’à mon sens (pour y avoir jouer aussi), il est plus riche de possibilités et de stratégies. Mais ça n’enlève en rien l’intérêt que peut susciter Cléopâtre et la Société des Architectes. Le jeu n’est peut-être pas aussi riche mais ses règles de corruption des joueurs mettent tout de même le piquant nécessaire pour créer cette incertitude qui fait tout le charme de ses parties. En somme, nous avons là un bon jeu familial qui saura plaire à la clientèle habituelle de Days of Wonder.

Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Xavo

3- De 3 à 5 parties jouées - 9 avril 2009
 
Sympathique
  preview

Days of Wonder (DOW) a mis les petits plats dans les grands pour éditer le jeu de B. Cathala et L. Maublanc. La boite est pleine de matériel : marqueurs, éléments de construction en plastique, figurines, cartes...etc. Si je trouve l'ensemble assez kitsch – comme beaucoup de jeux – il faut reconnaître que l'éditeur a fourni un gros travail. DOW a sans aucun doute également beaucoup travaillé sur la prise en main du jeu : la règle est claire comme de l'eau de roche et le matériel facilite la compréhension, la prise en main et le suivi du déroulement du jeu (même si il n'y avait pas besoin d'autant d'éléments en plastique pour obtenir le même résultat).

Côté « bon boulot », les auteurs ne sont pas en reste. Le système du jeu est simple (piocher ou construire, il faut choisir) et efficace puisqu'il propose des choix plutôt tendus et qu'il tourne parfaitement. Il faudra apprendre à composer avec le hasard des pioches mais aussi des actions des autres joueurs : c'est un des éléments constitutifs du jeu et l'enjeu est justement de savoir efficacement s'adapter à l'évolution de sa main de cartes et des constructions. Le système de points est astucieux et récompensera les gestionnaires les plus habiles, c'ets-à-dire ceux capables d'optimiser leur main de cartes. Enfin, le système de corruption rajoute une dimension à gérer : indépendamment des autres joueurs, il faut apprendre à investir de la corruption à bon escient, voire à gérer son stock de corruption via les jardins. La corruption a en effet un coût lors des offrandes et impose de construire des jardins au pied du trône de Cléopâtre pour la réduire. Les plus corrompus durant le jeu peuvent devenir digne d'Eliott Ness une fois les pyramides soulevées et le calcul lié aux jardins réalisé. Malgré son matériel, le système ne vous plongera que très peu dans l'Egypte Antique qui restera un thème assez lointain.

Le jeu m'est apparu très plaisant à jouer : une gestion légère avec quelques éléments de tension et une nécessaire adaptation. Au delà des qualités de l'édition, je trouve qu'elle ne rend pas compte de ce qu'est le jeu sur le plan ludique et risque d'être la source de quelques surprises voire déceptions. De mon point de vue de joueur, le jeu semble « sur-édité » : la faible immersion ainsi que l'excellente ergonomie du jeu ne justifie pas une édition aussi pléthorique d'autant que le prix de la boite est du coup loin d'être négligeable. Un "Cléopatre et la société des Architectes - le jeu de cartes" est tout à fait envisageable et me semblerait plus adapté.


Jeu offert par Days of Wonder.

 
  • Simple
  • Tourne parfaitement
  • Tendu
 
  • Prix
3 commentairesMasquer