Fugger (Die)

 Klaus-Jürgen WREDE    Alexander JUNG
Thème du jeu

Depuis 1367, la famille des Fugger, vivant dans la ville allemande d'Augsbourg, était en permanence à la recherche de marchands couronnés de succès pour effectuer leur commerce à travers toute l'Europe.

Serez-vous l'un de ces marchands et accèderez-vous à un contrat avec "Jacob le Riche" ?

L'avis de Zendor
Très Bon

Jusqu'à présent (en ce 21 sept. 2005!), on connaît Klaus-Jürgen Wrede surtout pour son Carcassonne. Fort de ce succès planétaire, ce jeune auteur a d'autant plus le mérite que ce soit là son premier opus édité. Mais ce succès est aussi un couteau à double tranchant. Difficile en effet d'éclipser un jeu comme Carcassonne qui n'en finit plus de multiplier les extensions et les variantes... Difficile pour son auteur de faire détourner l'attention sur ses autres créations parues ensuite, et dommage d'autant plus si ces dernières s'avèrent aussi bonnes que sa première, sinon mieux.

Die Fugger est donc le trésor caché de Klaus-Jürgen Wrede. De toutes ses créations qui ont souffert de l'ombre de Carcassonne, c'est ironiquement ce modeste petit jeu de cartes qui mérite le plus d'attention! Fluide, simple, rapide et rafraîchissant! Ce sont là les principales caractéristiques qui rendent justice à ce jeu de spéculation basé sur la loi de l'offre et de la demande à l'époque des grands marchands de la Renaissance. On y reconnaît cette importance que Wrede accorde généralement à ces créations : celle d'un équilibre très bien dosé entre hasard et stratégie. Avec son système de chute soudaine dans la valeur des produits qui sont trop vendus, Die Fugger renouvelle un genre qui n'est pas facile à réinventer. On regrettera seulement son défaut principal : le jeu ne fontionne réèllement bien qu'avec trois joueurs (à deux ou à quatre, le hasard prime sur la stratégie).

Très Bon

Liens

Tric Trac

BoardGameGeek