Thème du jeu


Le Borgne, Prends Garde !

En avant moussaillons ! Au milieu de l’immensité des océans se trouvent des îles sur lesquelles Le Borgne tient cachée une fortune colossale. Ducats, sabres, coffres et pierres précieuses attendent acquéreurs et naturellement chaque pirate veut en avoir ! Malheureusement, en cherchant ces trésors chaque pirate marche alors sur les plates bandes des autres. Et puis il y a encore Le Borgne, qui monte la garde sur ses précieux trésors et qu’il faudra combattre au sabre au bon moment…

Les joueurs reçoivent des pierres précieuses en achetant des cartes Iles ou en les prenant à Le Borgne. Le joueur avec le plus de pierres précieuses à la fin de la partie sera désigné vainqueur.
 

L'avis de LudiGaume

1- De 6 à 10 parties jouées - 8 juin 2009
 
Très Bon
  preview
Avertissement sur ses notations

Il y avait longtemps que le couple Kiesling / Kramer n'avait plus frappé et encore une fois, ils frappent fort.

Einauge est un jeu surprenant par sa mécanique de cumul des gains. A chaque fois que l'on achète ou gagne une carte, on reçoit, non pas uniquement les gains de la nouvelle carte mais bien les gains de toutes les cartes de la même couleur. C'est amusant d'acheter pour recevoir beaucoup plus tout de suite. De la découle une dilemme dans le jeu, faut-il prendre tout de suite des cartes qui produisent des pierres (le but final du jeu) et en récupérer régulièrement ou investir pour les majorités qui rapportent en fin de partie. Difficile à dire vu que les cartes avec des pierres coûtent chers. L'autre élément dans la mécanique est le transfert d'une carte par tour chez Le Borgne, c'est une façon de freiner ses adversaires ou de la mettre de côté dans l'espoir de l'acheter moins cher (enfin avec des sabres).

C'est surtout la mécanique aisée et fluide qui nous a plu dans ce jeu dont le thème est encore une fois collé. Mais on est habitué.

Un jeu qui se renouvelle bien et qui offre des parties rapides et tendues.

 
  • La mécanique d'achat
  • Le système du cumule des gains
 
  • Le plateau qui sert à pas grand chose
1 commentaireMasquer
 

L'avis de Sébastien D.

De 6 à 10 parties jouées - 1 juin 2009
 
Très Bon
  preview

En voici une bonne surprise! Si on peut parler de surprise venant de ces 2 noms qui sonnent si bien dans nos oreilles joueuses.

Pas de doute possible, on est ici dans un pur produit allemand: le thème, les mécanismes, la gestion de ressources. Si cela ne vous effraye pas, ce jeu est un parfait condensé de bonnes sensations. Les choix sont réellement intéressants tout en étant au service d'un jeu rapide et très dynamique. L'idée de départ, fortement abstraite, consistant à cumuler les effets des cartes d'une même couleur, ne m'avait pourtant pas séduit sur le papier des règles. Les auteurs sont parvenus à transformer l'essai alors qu'on sent très bien que des centaines de jeux basés sur le même principe de départ auraient été d'un ennui mortel. Notons au passage que j'ai exactement le même sentiment envers Shanghaien, qui en plus du thème et de la collection majoritaire de familles semblables à Einauge, est lui aussi basé sur une idée très simple rendue intéressante par une idée de génie.

Pour Shanghaien, l'idée de génie est le type de décompte qui induit stress et rebondissements. Pas de cela dans Einauge qui est ce qu'il est grâce à la gestion simple de 4 ressources et grâce à l'introduction du plateau de jeu qui permet de transférer des cartes de la réserve principale à une réserve secondaire. Tout l'intérêt de la chose étant que les ressources à dépenser pour acheter les cartes ne sont pas les mêmes qu'il s'agisse de la réserve principale ou du plateau de jeu. Le choix, à chaque tour, de la carte qui passe d'une réserve à l'autre est toujours passionnant car il faut essayer de lire les choix adverses tout en optimisant son propre jeu.

L'autre choix intéressant est celui de sa stratégie globale, même s'il est fortement dicté par le tirage des cartes de la réserve. Stratégie globale! Quel double gros mot pour un jeu de gestion aussi léger que celui-ci mais je n'en ai pas d'autres! Car il s'agit bien de tester, d'une partie à l'autre, différentes possibilités stratégiques. Chacune étant basée sur la mise en valeur de l'une des 4 ressources:

- l'argent, qui permet de choisir avec plus d'aisance sa carte dans la réserve principale. Accessoirement, l'argent est transformé en PV en fin de partie. On peut regretter parfois d'avoir autant d'argent dès le début mais l'équilibrage dû au principe d'accumulation des cartes le nécessitait sûrement,

- les sabres, qui permettent d'acheter des cartes sur le plateau de jeu,

- les diamants, qui sont les points de victoire. Il est possible d'en gagner tout le long de la partie mais cela sera au détriment des autres ressources. Sera-ce rentable au final? Oui, ou non!

- les coffres, qui ne sont pas des ressources matérielles, ils servent à créer des majorités qui apporteront elles aussi leurs lots de points de victoire en fin de partie.

Chaque choix doit être fait en jugeant de son développement et de celui des adversaires. En cela, le jeu est d'une très forte interactivité, quoique totalement indirecte.

J'espère que l'entrain que j'ai mis dans cette chronique donnera envie aux passionnés de jeux de poupée, euuhh de voiture, ah non, de pirate....Les autres, ceux qui aiment l'immersion thématique, trouveront leur bonheur dans d'autres boîtes.

Encore bravo, Messieurs K&K.

 
  • Simple, rapide, efficace
  • Choix cornéliens
  • Plusieurs choses à tester
 
  • Les illustrations de bordures de cartes ne me plaisent pas du tout...
  • Thème de tapisserie
Aucun commentaireMasquer