Thème du jeu


L'Espagne au XVème siècle est composée de 12 royaumes, 1 comté, 1 principauté et des provinces basques. Le pays regroupe 5 communautés ethniques. L'aristocratie, spécialement les Grandes, la haute aristocratie, contrôle la vie politique.

Mais la moyenne aristocratie, formée des
Caballeros, aspire à étendre son pouvoir. Chaque région souhaite développer son propre pouvoir et son influence.

Dans ce contexte, les châteaux (Castillos) jouent un rôle très important.
 

Description du jeu

preview
 
But du jeu


Mise en place


Déroulement de la partie


Fin de la partie


Pour bien commencer

Au début, cherchez à gagner un maximum de points pour un minimum de pions : dispersez vous, quitte à prendre des secondes places. Ensuite, il faudra vous imposer dans certaines régions, vous regrouper, la première tactique n'étant plus possible du fait de l'encombrement des régions.
Il faut jouer une petite carte au tour 2, 5, et 7, et une grosse au tour 3, 6, 9. La petite sert à jouer sa carte le premier au tour suivant, la grosse a s'assurer le contrôle du Roi avant un décompte.
Pour protéger une région vous pouvez placer le Roi dessus, ou placer le Roi dans un territoire non adjacent à cette région.
Si vous ne savez pas quelle action spéciale utiliser, empéchez vos voisins de se servir d'une carte en la prenant sans jouer son effet.
 
Descriptif rédigé par LudiGaume
 

L'avis de Xavo

De 3 à 5 parties jouées - 24 juin 2006
 
Sympathique
  preview

Coté matériel, nous avons droit à un plateau particulièrement énorme et laid. Le reste est plus honorable : des cubes en bois pour les Caballeros et le Grande (il marque votre région de départ) plus une jolie figurine pour le Roi (en forme de Fou de jeu d'èchecs). Tout cela ne fleurre pas bon l'Espagne de la Renaissance. Je ne comprends pas trop l'intéret de ces tristes habillages historiques. Usurppe, par exemple, tente la carte de l'humour en nous plongeons dans une marre ou des amibes se nourissent d'excréments. C'est tout de même plus interressant. :)
Coté pratique, le Castillo est en carton très rigide et à monter soit-même. Cela aurait été sympa qu'il rentre dans la boîte sans avoir à le démonter, car le montage-démontage est assez difficile. Pour continuer sur le coté non-fonctionnel, la boite est à l'image de beaucoup de boites Descartes : rien n'est prévu pour le rangement.
Coté jeu, la sauce prends mieux. Un certain suspens plane à chaque décompte des points. Il est en effet difficile de maitriser l'ensemble du résultat. Les poses des autres joueurs, les actions spéciales, la position du roi et le Castillo contribuent à brouiller les cartes. Mais curieusement, on maitrise son destin en multipliant soi-même les possibilités d'entrée de points.
Pourtant, certaines actions spéciales sont extrémement puissantes : les décomptes exceptionnels, si ils s'accordent avec votre situation sur le plateau peuvent permettre de faire un bond au classement, un peu par chance (à moins qu'un joueur ne prenne la carte sans utiliser l'action spéciale). La carte Roi est trop puissante : elle offre une grande puissance offensive (5 pose de pions), et défensive (en empéchant les autres d'agir sur certaines régions). Elle est donc à chaque tour l'objet de toutes les stratégies. Certaines autres actions spéciales ont un intérêt très limité ou trés ponctuel (il faut être dans la bonne situation), permettant certes des tactiques variées, mais n'équilibrant pas toujours la puissance du Roi.
Ce jeu est donc globalement interressant (système) et prenant (suspens), quoiqu'un peu déséquilibré (roi), fade (thème) et servit par un matériel peu réussi (plateau et rangement). Il existe des extensions pour El Grande qui semble rééquilibrer l'ensemble : König & Intrigant (surtout) et Großinquisitor & Kolonien.

Aucun commentaireMasquer