Thème du jeu


Vous devez électrifier le pays mais vous n'êtes pas le seul sur le coup. Il faut trouver et construire les centrales les plus rentables possibles avec certainement un coût moindre. Serez-vous le premier à fournir correctement les habitants du pays ?
 

Description du jeu

preview
 
But du jeu


Mise en place


Déroulement de la partie


Fin de la partie


Pour bien commencer

faire la course en tête est difficile : sachez gérer votre position dans le tour pour éviter d'être ralenti.
acheter le moins possible de centrales lors d'une partie : donc prévoyez sur le long terme lors de vos achats.
regardez dès le début les villes qu'il vous faudra connecter pour atteindre la limite de fin de partie.
Selon l'auteur, il faut ignorer les connections aberrantes Saarbrücken-Stuttgart (21 est supérieur à 11+6), Cincinnati-Raleigh (15 > 7+7) et Cheyenne-Boise (24 > 12+9). Ces valeurs sont calculées à partir du terrain : montagnes et rivières. Il est arrivé à ce total via calcul pour ces connections. Le joueur paie donc le coût minimum.
 
Descriptif rédigé par LudiGaume
 

L'avis de Raphaël

24 décembre 2004
 
Top à Raphaël
  preview

Excellent jeu de gestion, de connexions et d'enchères, Funkenshlag (la dernière version, Power Grid en anglais) se distingue par la concision de ses règles, son matériel très réussi, et le fait qu'on puisse y jouer à six.

Au niveau des règles, il y a quelques ambigüités mais l'ensemble est clair et court. Un autre aspect rare et remarquable est l'équilibrage entre les joueurs; selon votre position relative, vous aurez des opportunités plus ou moins avantageuses; ainsi, il vous faudra décider du moment le plus opportun de prendre la tête, car vous serez non seulement l'homme à abattre, mais vous aurez fort à faire pour approvisionner vos centrales.

Au niveau du matériel, plutôt que de s'encombrer de mécanismes fastidieux, Funkenshlag gère l'offre et la demande de façon réaliste grâce à un des divers panneaux imprimés sur le plateau principal. C'est vraiment très ingénieux, la complexité réelle ne nuit en rien à la jouabilité.
Certains jeux comportent des extensions se limitant exclusivement à un nouveau plateau; retournez le plateau de Funkenshlag, et vous jouerez soit aux Etats-Unis, soit en Allemagne.
Non seulement ce matériel est très pratique, mais esthétique et plaisant. Pour un jeu d'un petit éditeur qu'on trouve en boutique à trente euros, on croit rêver!

Ce n'est pas un jeu d'ambiance, mais on est aussi très loin du jeu abstrait, car le thème peu réjouissant, production et distribution d'électricité, est très présent.

Essayé dans toute les configurations, il s'est avéré une grande réussite; ceux qui apprécient une plus grande part de contrôle préfèreront y jouer à quatre ou cinq.

Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Xavo

Plus de 10 parties jouées - 24 juin 2006
 
Très Bon
  preview

Le matériel de Funkenschlag est magnifique et servi par un graphisme ringard et donc branché trés réussi. Il est absolument complet même si la règle est parfois confuse. Il y a quelques erreurs sur le plateau (voir plus bas). Il est surprenant qu'une seconde édition soit aussi imparfaite : 2F Spiele est encore un jeune éditeur.
Le jeu joue essentiellement sur deux ressorts : votre capacité à prévoir et calculer vos futures dépenses et la position dans le tour de jeux.
Les joueurs passent beaucoup de temps à compter afin de savoir quoi miser, tout en gardant la possibilité d'acheter les ressources nécessaires et de raccorder une nouvelle ville. L'achat des centrales est un élément clé du jeu : elles dictent les ressources donc vous aurez besoin et le niveau d'alimentation que vous pourrez fournir. Il convient de les choisir avec soin.
L'ordre du tour est un puissant mécanisme compensateur : être premier signifie qu'on aura une moins bonne centrale que ses camarades, qu'on paiera les ressources plus cher et qu'on raccordera des villes après tout le monde. Le premier joueur risque donc une baisse de tension rapide et de se faire rattrapper. Vos raccordements et achats de centrales (en cas d'égalité en nombre de villes, c'est celui qui a la centrale la plus chère qui est premier) doivent tenir compte de cela (en particulier au premier tour). Au fil du jeu, des écarts importants peuvent néanmoins se créer : le jeu n'est pas "trop" équilibré.
Le placement initial est néanmoins un élément important. Les zones où les liaisons sont les moins chères permettent de se développer à moindre coût. Sur la carte de gauche vous pouvez voir les coûts en liaisons pour atteindre 6 villes "au moins cher" pour différents placements de départ (cercle noir). Ceci n'a généralement pas une grande incidence sur le jeu car les zones les moins chères sont aussi celles où les joueurs se concurrencent le plus et le développement y est difficile. Mais c'est un élément stratégique non négligeable à prendre en compte : un joueur seul dans une zone aux liaisons peu chères gagnera bien plus facilement. Il faut donc aller le géner si on veut garder prise sur la victoire.
Funkenschlag est au final un jeu riche sur le plan stratégique et où il faut beaucoup compter. Les parties ont une durée proportionnelle au nombre de joueurs allant jusqu'à trois heures à 6. Le jeu est parfaitement jouable de 2 à 6, même si les tours peuvent être longs au maximum de joueurs.

Aucun commentaireMasquer