Thème du jeu


Hanabi est un jeu coopératif, c’est-à-dire un jeu dans lequel les joueurs ne s’affrontent pas mais font équipe pour atteindre un objectif commun. Ils interprètent ici des artificiers distraits qui ont mélangé par mégarde les poudres, mèches et fusées d’un grand feu d’artifice. La représentation va commencer et c’est un peu la panique. Il leur faudra s’entraider pour que le spectacle ne tourne pas à la catastrophe !

Les joueurs, fleuristes de talent, concourent pour réaliser les plus beaux bouquets. Pour réaliser un bouquet, il faut réunir 5 cartes Ikebana qui présentent des combinaisons de valeurs des cartes (de 1 à 5) et de couleur (noir, rouge, vert, bleu, jaune). Les joueurs peuvent puiser dans leur capital de points de prestige pour tenter de gagner les cartes qu’ils jugent les plus intéressantes pour composer leurs bouquets.
 

L'avis de Deepdelver

De 6 à 10 parties jouées - 26 novembre 2010
 
Top à Deepdelver
  preview

Cet avis ne concerne qu’Hanabi, n’ayant pas encore eu l’occasion (ni l’envie) de jouer à Ikebana.

Hanabi est LE jeu coopératif par excellence car, s’il n’y a pas d’entraide entre les joueurs, le score final sera faible.
Nous sommes censés incarner une troupe d’artificiers chinois (ou japonais) qui devons réaliser le plus beau feu d’artifice jamais vu. En clair, chaque joueur dispose d’une main de cartes, et nous devons réaliser des séries croissantes dans cinq couleurs (ou six pour les plus téméraires).
La difficulté est que les joueurs ne connaissent pas leur main de cartes, puisque les rectos sont tournés vers les partenaires. Pour pouvoir poser les cartes, il faut donc que nos partenaires nous communiquent des indices, soit sur la couleur, soit sur la valeur. Mais il y a peu d’indices, et si on défausse la mauvaise carte, une série s’arrêtera plus tôt que prévu.
Tout est donc dans la gestion des indices, donc dans la communication des bonnes informations (ou non communication), et donc sur la parfaite entente entre les joueurs. Des parties rapides, avec toujours l’envie d’améliorer son score précédent. Et chaque configuration a ses propres spécificités, qui rendent toujours les parties intéressantes.

 
  • Un vrai jeu coopératif, sans effet « meneur »
  • Une progressivité réelle pour un même groupe de joueurs
  • La tension sur les indices
 
  • Des couleurs assez proches, surtout avec un mauvais éclairage
  • A priori négatif sur Ikebana
Aucun commentaireMasquer