Thème du jeu


Devenir le Premier Bâtisseur du Royaume est le rêve de tout maître d'oeuvre. Pour le réaliser vous devrez combiner un bon recrutement d'ouvriers et un choix judicieux de vos chantiers. Car les bâtiments que vous érigerez vous rapporteront la renommée mais aussi le pécule nécessaire à l'embauche de compagnons plus compétents. Compagnons qui seront aptes à bâtir des monuments prestigieux comme une cathédrale, oeuvre de toute une vie!

Cela ressemble à quoi ?


Les Bâtisseurs - Antiquité - 1
Les Bâtisseurs - Antiquité - 2
Les Bâtisseurs - Antiquité - 3
Les Bâtisseurs - Antiquité - 4
Les Bâtisseurs - Antiquité - 5
Les Bâtisseurs - Antiquité - 6
Les Bâtisseurs - Antiquité - 7
Les Bâtisseurs - Antiquité - 8
Les Bâtisseurs - Antiquité - 9
 

L'avis de LudiGaume

1- De 3 à 5 parties jouées - 2 mars 2015
 
Sympathique
  preview
Avertissement sur ses notations

Voici Les Bâtisseurs - Antiquité, une évolution de la version Moyen-Âge. C'est un jeu complètement indépendant et non une extension.

Comme dans la première version, le matériel est costaud, beau et je dois reconnaître que j'accroche toujours aux illustrations. La boîte métal et les grandes cartes font toujours leur effet. Malheureusement pour moi, l'une de mes cartes Universités, les transparentes, est gondolées et donc ne se pose pas correctement sur les cartes Ouvriers. C'est dommage car cela gêne un peu dans le jeu mais n'empêche pas de jouer. J'espère que ce n'est qu'un coup de malchance et que c'est ma boîte qui pose problème.

Ce qui frappe d'entrée dans le jeu, c'est la simplicité de la règle et la grande liberté offerte par les actions. On ne se sent pas coincé car on peut prendre autant de bâtiments et d'ouvriers que l'on souhaite. Seule l'utilisation des ouvriers est payante ainsi que les investissements. Ceux-ci sont la nouvelle option introduite dans le jeu. On peut investir dans des esclaves, des outils, une formation universitaire ou même emprunter. Cela élève le niveau du jeu car ces nouveaux choix coûtent et donc, il faudra les faire à bon escient durant la partie. C'est un vrai choix qui complexifie le timing de la partie et offre vraiment un plus au niveau stratégique. C'est très réussi et plaira certainement aux joueurs qui trouvaient la première version trop légère. De plus, il faut noter que les esclaves devront être affranchis sous peine de vous faire perdre des points en fin de partie. C'est très thématique, tout comme le fait qu'ils ne coûtent rien quand on les envoi travailler sur une construction, sauf s'il sont affranchis. Tout comme un esclave ne peut utiliser un outil. Ben oui, il risquerait de se retourner contre vous.

La mécanique se met vite en place et on recherche les meilleures optimisations lors de son tour. Mais il faut quand même attendre son tour pour faire ses choix car les cartes changent très vites et donc parfois l'opportunité changera vos plans. La partie se fait sur un mode léger, plaisant mais très répétitif sur la longueur. Tout dépendra de la durée de la partie pour trouver son plaisir ou déplaisir.

Enfin, ce qui me chiffonne souvent, c'est de devoir recalculer ses ressources régulièrement pour se rappeler si on est proche de la fin de construction. Le système de lecture des ressources disponibles n'est pas trop adapté. Enfin, je trouve, la lisibilité rapide n'est pas présente.

Un jeu Sympathique, facile à emporter, plaisant à l'occasion mais assez répétitif durant la partie. Cette version élève le niveau stratégique par le choix des investissements ce qui ne gâche rien.

 
  • Simple et rapide
  • Matériel solide
  • Illustrations très réussies
  • La liberté de prendre des bâtiments et ouvriers
  • Les investissements qui augmentent le côté stratégique
 
  • Les cartes Université qui gondolent, dommage
  • Manque d'interactivité
  • Recalculer ses ressources faute de bonne lisibilité
  • Répétitif
1 commentaireMasquer