Thème du jeu


Au 15ème siècle, le prince Portugais Henry, le Navigateur (Henrique o Navegador) surnommé le meilleur cartographe et navigateur de son temps leur appris à explorer les rivages du littoral Africain. Ils acquirent par conséquent de l’expérience dans la navigation et la construction navale, annonçant l’ère de l’Exploration et permettant au Portugal de découvrir plus tard une route commerciale directe avec l’Inde et la Chine. A l’apogée de sa puissance, le Portugal contrôlait les routes commerciales du Brésil au Japon et obtint une richesse accablante avec sa domination sur le commerce des épices.
Les joueurs représentent de riches dynasties commerçantes qui aident à la construction de l’Empire colonial Portugais. En traçant les routes, les fabuleux explorateurs atteignirent Nagasaki - mais naviguer dans des eaux inconnues est une aventure dangereuse. Fonder des colonies et des usines les aida a construire une économie de base - mais le prix du sucre, de l’or et des épices fluctua tout le temps, et seules les dynasties qui s'adaptèrent au marché furent capable de financer leurs nobles plans. Il est crucial de surveiller les actions des autres joueurs, car c’est une compétition féroce pour les nouvelles découvertes, colonies, chantiers navals, et églises.
Navegador est une jeu de stratégie pour 2 à 5 joueurs avec un peu de chance, car personne ne sait ce qu’il va trouver en découvrant de nouvelles régions maritimes. Le tour des joueurs suit des règles simples et sont sélectionnées sur une roue, ce qui offre un jeu fluide.
 

L'avis de LudiGaume

De 3 à 5 parties jouées - 28 janvier 2011
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Navegador est un beau, un bon jeu, un très bon jeu.

Parlons d'abord du matériel, c'est un beau plateau que Mac Gerts nous offre et c'est bon de le noter car ce n'est pas toujours le point fort de ses jeux. Tous le reste est de qualité et solide. Tout est disponible pour une partie plaisante.

Bien sur, on peut se poser des questions car c'est le Xième jeu avec la roue, pas envie de les compter. Et, ce n'est pas redondant ? Du réchauffé ? Non, Navegador est un excellent jeu dans lequel la roue est l'un des moteurs du jeu mais le principal moteur est la course à la découverte et à la colonisation. Ceci se ressent encore plus à 4 joueurs, où la partie est tendue et chaque choix est un cruel dilemme. Un timing parfait sera nécessaire pour sortir vainqueur de cette course. Ce qui reste un must dans le système de la roue c'est qu'elle offre une grande lisibilité des possibilités des autres joueurs et donc permet de faire des choix plus tactique afin de tirer profit de la situation ou de contrer ses adversaires. C'est encore plus important pour gérer au mieux le marché et son système subtil de gestion du prix des ressources vendues ou transformées. Et enfin, il faut noter, le petit plus, joker, que constitue la carte Navegador qu'il faudra jouer au moment opportun. C'est le petit détail qui rend encore meilleur le jeu.

Navegador a été créé avec minutie et passion, cela se ressent tout au long de la partie.

Navegador est indispensable pour tout joueur qui aime les jeux tendus, subtils et beaux. Il mettra vos neurones à contributions tout en restant fluide et passionnant.

 
  • Matériel
  • L'impression de course
  • Le marché
  • La roue, système toujours aussi plaisant
 
Aucun commentaireMasquer
 

Premières Impressions de Grunt

8- De 1 à 2 parties jouées - 31 octobre 2010
 
Peu Captivant
  preview

Je doute de refaire une partie de Navegador tant il m'a déçu:

- Antike avait de manière exemplaire introduit le système de la roue particulièrement fluide pour gérer les actions de ce "faux" jeu de civilisation (dont le seul défaut était la fin de partie);

- Impérial l'avait sublimé avec un timing particulièrement tendu, et un système d'investissement innovant (mais pas à 5 ou 6 joueurs);

- Hamburgum, le plus simple des trois, commençait à montrer les limites du système de la roue, avec une imbrication de mécanismes bien faites, mais moins épiques.

Navegador nous met sur des rails dès le début de la partie pour ne pas en sortir, la roue d'actions n'est plus que frustration, l'ensemble des mécanismes sont relativement épurés, mais artificiels au possible (à commencer par l'action Sailing bonus, une belle rustine pour cacher la faiblesse de la roue).

Le seul mérite de Navegador est de m'avoir donné envie de rejouer à Antike et Impérial (et à l'extension Imperial 2030)!

 
  • Un système de score multiplicatif plutôt cadré
 
  • Une roue d'action artificielle au possible
  • Une orientation initiale sur l'argent très contraignante
8 commentairesMasquer
 

L'avis de Deepdelver

De 3 à 5 parties jouées - 28 avril 2011
 
Indispensable
  preview

Navegador et mon Mac Gerdts n°1, et de loin. Il faut dire que ses précédentes productions m'avaient laissé sur ma fin :
- Antike et sa fin de partie inéluctable à la destruction de temples adverses
- Imperial par son système trop original de gestion des pays, mais surtout par le fait qu'un joueur puisse être littéralement hors-jeu
- Hamburgum et Machu Picchu m'ont laissé de bonnes impressions, mais je n'en ai fait qu'une partie il y a plusieurs mois, donc peu de souvenir.

Ici, On retrouve la fluidité originelle de la roue, avec ses actions simples et logiques, et ses multiples voies de développement, comme pour Antike.

Mais au moins, dans ce jeu, j'ai vraiment l'impression de vivre une histoire et de détecter très vite les points forts où l'on aura peu de concurrence :
- la construction de chantiers navals, pour écumer les mers ?
- la construction d'églises, chères mais fortement rentabilisables ?
- l'exploration, très rémunératrices, mais on ouvre les zones aux autres joueurs et on perd des troupes ?
- les colonies ou les usines, pour de très bonnes rentrées financières ?
Et comme les jetons multiplicateurs sont en nombre limités, c'est encore plus tendu.

Enfin, last but not least, le jeu s'apparente à une course par ses 3 phases de jeu, et être le premier à atteindre Nagasaki et mettre fin au jeu.

Un bémol : si vous n'avez pas mis rapidement un moteur économique efficace, vous risquez de subir la partie.

 
  • Le retour de la roue
  • L'illustration
  • Les nombreuses voies stratégiques
  • Le thème très porteur
 
  • Repérer et mettre en place le moteur économique performant n'est pas forcément une chose aisée
Aucun commentaireMasquer