Thème du jeu


Serez-vous capable de révéler le maximum de cartes Roses parmi les cartes retournées sans jamais tomber sur un Skull mortel ?

Pour jouer, placez devant vous un tapis face Skull visible.
Prenez ensuite en main un paquet de 4 cartes identiques en cachant toujours leur face aux autres joueurs.
Chaque joueur pose ensuite une carte Rose ou Skull face cachée sur son tapis en terminant par le premier joueur. Ce dernier peut soit poser une seconde carte, soit lancer un défi. S’il ne pose pas de deuxième carte, les autres joueurs peuvent en poser une, jusqu’à ce qu’un joueur défie ses camarades en annonçant le nombre de cartes en jeu qu’il compte retourner. Les autres joueurs peuvent alors renchérir sur son pari ou passer leur tour. Le plus fort enchérisseur (le « challenger ») retourne ensuite une par une le nombre de cartes annoncé en commençant par sa ou ses cartes. Si une tête de mort (carte Skull) apparaît, son défi est perdu et il perd une de ses cartes, piochée dans sa main par l’adversaire dont il a retourné le Skull. S’il est tombé sur son propre Skull, il choisit la carte défaussée. Le challenger est le seul à savoir quelle carte a été écartée de son jeu. S’il n’a retourné que des roses, il remporte son défi. Il retourne alors son tapis face Rose visible. S’il a déjà gagné un défi, il remporte la partie. Sinon, les joueurs reprennent leurs cartes et un nouveau tour commence.

(c) Lui-Même
 

L'avis de LudiGaume

De 1 à 2 parties jouées - 7 mars 2011
 
Sympathique
  preview
Avertissement sur ses notations

Skull & Roses, As d'Or 2011, est un jeu de bluff. Rien de plus rien de moins. C'est un jeu épuré, sans fioriture.

La simplicité de la règle ne le rend pas pour autant inintéressant mais au contraire permet de jouer rapidement. Il offre durant la partie tout ce que le bluff peu offrir, tension, discussion, influence, regards tueurs, ... et j'en oublie. Il ravira les amateurs et encore plus les amateurs de poker qui veulent s'offrir une petite pause.

Il reste néanmoins un jeu Sympathique pour moi car le bluff n'est pas ma mécanique préférée. Je ne refuserait pas une partie à l'occasion pour se détendre.

 
  • Le thème osé
  • On ne peut plus épuré
 
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Damien

De 6 à 10 parties jouées - 13 janvier 2012
 
Très Bon
  preview

C'était il y a un an. Le jury de l'As d'or, provoquant des polémiques qui à distance paraissent ridicules, mais qui à l'époque avaient une certaine intensité, attribuait le titre de jeu de l'année à Skull and Roses. Dans ce contexte, dont nous étions forcément un peu imprégnés, j'ai fait ma première partie. Et tout d'abord détesté le jeu. En grande partie, sans doute, parce que je ne le comprenais pas. Il me semblait ne reposer que sur du vent, au contraire d'autres,qui me paraissaient plus évidents, plus riches, plus immédiatement amusants.

Ce n'est que plus tard que j'ai réalisé son potentiel. Au cours d'une soirée avec un public que l'on qualifiera de familial, de laquelle nous avions volontairement exclu le poker, j'ai eu à le présenter à des gens qui voulaient essayer quelque chose de nouveau. J'ai pu constater, et ce constat se renouvellera régulièrement par la suite, à quel point il a une forme d'immédiateté. Il fonctionne instantanément, déroute, séduit. Cette partie fut beaucoup plus plaisante que la précédente. Je retrouvais cette impression, pas si fréquente que ça finalement, que le jeu était saisi immédiatement, sans réticence, par les gens présents. "On s'est pris au jeu" comme le dit l'expression consacrée.

Pourquoi alors ? Si on peut le pratiquer avec n'importe quel jeu de cartes, il faut reconnaître que le matériel, limité à ces sous-bocks aux dessins proto-biker, y est pour beaucoup. Très agréable à manipuler, mélange de sérieux et de second degré, il est vraiment très bien trouvé. On aimera ou pas mais il fonctionne. J'avouerais personnellement une préférence pour la version "red" qui sortira par la suite, dont je trouve le style plus affirmé. Pour ce qui est du principe du jeu, outre l' épure, dont on a beaucoup parlé, il a quelque chose de fascinant. En partie, justement, car il est difficile de savoir sur quoi cela repose. Comment, avec aussi peu d'éléments, parvenir à une expérience de jeu de cette qualité ?

Si l'on veut gagner à un moment, il faut obligatoirement mettre une rose. Si l'on veut décourager ses adversaires de tenter un pari, il faut mettre des cranes. Si l'on veut réussir, il faut trouver le pari au-delà desquels les gens n'iront pas, prendre juste ce qu'il faut de risques. Partant de ses idées simples, chacun mettra en oeuvre intuition et raisonnements alambiqués pour parvenir aux deux succès nécessaires pour gagner. (Car j'ai rarement vu une partie aller jusqu'à l'élimination de tous ses adversaires). La recherche du point d'inflexion au delà duquel les autres vont passer d'une stratégie à l'autre, les regards insondables,les victoires et les défaites improbables, les paris osés, provoquent, en plus de l'amusement, une intensité importante. Cela d'autant plus qu'il nous est laissé la possibilité, dont, décidément, je n'avais pas perçu la richesse immédiatement de superposer les tuiles pour augmenter le nombre total.

Sans doute que le bluff, les données à prendre en compte, l'intensité, la richesse globale sont moindre que pour le poker. Reste que S & R présente plusieurs avantages par rapport à son aîné. Premièrement, là où le poker ne trouve son excellence qu'entre gens de niveau égal, ayant une certaine connaissance des enjeux, jouant sérieusement et sur la durée, le petit possède une durée de partie très courte et une facilité d'apprentissage déconcertante, sans que l'essence, ce bluff si agréable, ne soit altérée. Deuxièmement, on peut assez vite en comprendre les principes généraux, tisser des théories sur le pourquoi du comment retourner telle tuile. Dans le cas de Skull and Roses, toutes les informations, ou presque, étant cachées, la science de la déduction ne repose, pour ainsi dire, sur rien. Quels disques lui reste-t-il ? Qu'a-t-elle l'intention de faire ? Vont-ils monter au delà de quatre ? Va-t-il mordre à l'hameçon ? Rien ne permet de valider telle ou telle hypothèse. Et pourtant, alors qu'on pourrait penser qu'il n'y a là que de la chance, on constatera que ce sont souvent les joueurs les plus avisés qui l'emportent.

Il faut saluer enfin un jeu apéritif qui fait plus appel à notre intelligence et notre fourberie qu'à notre rapidité. Sont convoqués cette fois non pas l'hystérie ou le ridicule, mais la finesse et la logique. Le qualifier ici de très bon pourrait laisser penser à un avis mitigé, mais il n'en est rien. D'une certaine manière, dans sa catégorie, il est indispensable. Beaucoup plus que d'autres. En ce sens, le jury de l'as d'or a fait un excellent choix. Très avisé.



 
  • Finalement original
  • Conjugue amusement et intelligence
  • Très accessible
 
  • Dommage qu'il soit limité à six, alors que la configuration à sept, et sans doute à huit, est intéressante
  • A trois, voire quatre, on peut jouer à autre chose...
Aucun commentaireMasquer

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension