Thème du jeu


Apprendre à gerer un zoo pour attirer le plus de visiteurs, ce n'est pas toujours une simple affaire. Choisir les animaux, choisir les bons enclos, installer des boutiques ou aggrandir au bon moment, il faudra faire les bons choix pour avoir le plus beau zoo.
 

Description du jeu

preview
 
But du jeu

Obtenir le plus de points de victoire possible en construisant le plus beau zoo.

Mise en place

En fonction du nombre de joueurs, on retire un certain nombre d'espèces : 3 à 2 joueurs, 2 à 3 joueurs et 1 à 4 joueurs. Elles sont remises dans la boîte. L'ensemble des tuiles restantes sont mélangées face cachée et empilées (le nombre de piles n'a pas d'importance). On crée également une pile de 15 tuiles sur laquelle on place le disque rouge, elle annoncera la fin de la partie quand elle sera entamée. On place au centre de la table autant de camions que de joueurs. Ces derniers prennent : 1 plateau de jeu Zoo, 1 extension que l'on place face cachée sur le côté de son zoo (2 à 2 joueurs) et 2 pièces. Les bébés et les pièces sont placés sur le côté en tant que réserve.

Déroulement de la partie

La partie se déroule en un certain nombre de manches. A son tour, le joueur a le choix parmi 3 actions :

Ajouter une tuile sur un camion
Le joueur pioche une tuile et la place sur un camion où il y a encore de la place. Si tous les camions sont remplis, cette action n'est plus possible.

Prendre un camion et placer son contenu
Le joueur prend un camion qui transporte au moins une tuile, cette action met fin à la manche pour lui. Il prend les jetons et les place dans son zoo. Si c'est une boutique, il la place sur un emplacement adéquat autour de ses enclos ou dans l'étable. Si c'est un animal, il le place soit dans un enclos vide, soit dans un enclos où un animal de son espèce est déjà présent ou enfin dans son étable. Si c'est une pièce, il reçoit une pièce de la banque, la tuile est mise sur le côté.

Si dans un enclos se retrouvent (après cette action) un mâle et une femelle, ils donnent naissance à un bébé de leur espèce.

Si le joueur complète un enclos en y posant 1 ou plusieurs animaux, il reçoit les pièces indiquées au bas de l'enclos comme récompense (s'il y en a).

Effectuer une opération commerciale
Pour 1 pièce, le joueur peut déplacer 1 animal ou 1 boutique dans son zoo (étable ou enclos). Pour ce même prix, le joueur peut échanger tous les animaux d'une même espèce avec ceux d'une autre entre 2 endroits différents (enclos ou étable).

Pour 2 pièces, le joueur peut acheter un animal dans l'étable d'un autre joueur et le transférer dans son zoo (étable ou enclos). Une des pièces va à l'ancien propriétaire de l'animal. Il peut également retirer une tuile de son étable et la défausser.

Pour 3 pièces, il peut retourner son extension de zoo et la rendre active.


La manche prend fin quand tous les joueurs ont sélectionné un camion et effectué les transferts de son contenu vers leur zoo. Les camions sont replacés au centre de la table et une nouvelle manche débute.

Fin de la partie

La partie prend fin quand les joueurs ont entamé la pile avec le disque rouge et que tous ont sélectionné un camion, c'est à dire à la fin de la manche en cours.

Les joueurs comptent leurs points et le joueur qui en a le plus remporte la partie. En cas d'égalité, l'argent départage les ex aequo.

Les joueurs reçoivent les points suivants :

 la plus grande valeur sur un enclos s'il est complet

 la plus petite valeur sur un enclos s'il reste une place libre

 1 point par tuile dans l'enclos s'il y a plus d'une place libre et si une boutique jouxte l'enclos

 2 points par type de boutique dans leur zoo, attention pas dans l'étable

 -2 points par espèce d'animal présente dans l'étable (pas par tuile)

 -2 points par type de boutique présente dans l'étable (pas par tuile)

 
Descriptif rédigé par LudiGaume
 

L'avis de LudiGaume

De 3 à 5 parties jouées - 6 novembre 2007
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Le nouveau Spiele des Jahres 2007 est résolument familial mais ce n'est pas pour autant qu'il ne mérite pas son titre et qu'il sera boudé par les joueurs plus confirmés.

Dérivé de Coloretto son prédécesseur du même auteur et introduisant le principe de la constitution d'offre disponible à tous, le jeu offre bien d'autres possibilités et contraintes qui le rende particulièrement plaisant.

Le piment commence par la pioche et l'espoir de ne pas tirer une tuile trop intéressante pour les autres et pour soi car on ne pourra la prendre de suite. Et il y a beaucoup de chance que vos adversaires ne vous la laisserons pas. Ici, l'interactivité est forte car la tuile que vous tirez influence directement le jeu des suivants.

Ensuite, votre zoo n'est pas immense et donc il sera préférable d'éviter de vous disperser dans les espèces d'animaux disponibles, car l'étable peut vous coûter en fin de partie.

Comme l'indique Raphaël, le timing des opérations commerciales est crucial et vous demandera énormément d'attention pour ne pas rater votre coup.

Zooloretto est résolument familial par sa simplicité de règle, sa durée d'une heure maximum et son thème tellement bien traité. Les parties se renouvellent sans problème et de plus, de nombreuses extensions sont sorties (donc certaines plus agressives en vers ses adversaires) pour le plus grand plaisir de tous.

Indispensable et très rejouable.

Un Spiel bien mérité.

 
  • Matériel impeccable
  • Actions simples mais riches
  • Très bonne interactivité
  • Les extensions disponibles
 
  • Le retrait d'espèces en début de partie, fastidieux
  • Pas d'aide de jeu pour les actions commerciales
Aucun commentaireMasquer
 

Premières Impressions de Stéphan

De 3 à 5 parties jouées - 10 mai 2007
 
Sympathique
  preview

Première partie de Zooloreto jeudi dernier. Une configuration trois joueurs pour tester ce nouveau jeu de Michael Schacht (Coloretto, China, Don/Seregenti, etc.). Une très bonne première impression.

Zooloreto, c’est la combinaison assez incertaine entre un jeu de gestion et un jeu de combinaison – l’alliance invraisemblable entre un Puerto Rico et Coloretto (du même auteur). Une comparaison certes étonnante mais qui me semble assez pertinente bien que fort caricaturale.

Au départ, il y a l’idée centrale du jeu : la gestion et l’évolution d’un zoo. Des graphismes funs et colorés, une idée légère et amusante, une présentation conviviale, tout cela n’était pas sans rappeler un ancien jeu vidéo : Theme Park. Le but du jeu, comme dans cet illustre ancêtre, est d’attirer le plus de visiteurs. Comment ? En disposant au mieux les animaux dans différents enclos afin de gagner le plus de points lors de l’ouverture du zoo (décompte final) qui sanctionnera alors celui qui aura le mieux arranger ses animaux sachant en montrer le plus (dans les enclos) sans en laisser trop dans l’étable (la réserve). On trouvera donc toute une série de mécanismes permettant d’arranger ou de réarranger ses animaux dans les différents emplacements de son zoo - tout le sel du jeu étant d’utiliser au mieux ces mécanismes pour s’avantager d’une part et contrecarrer le jeu des autres joueurs d’autre part.

Ce qui amène naturellement à un autre point de comparaison très fort : celui que je faisais avec Coloretto, le jeu de cartes. Il ne serait effectivement pas totalement inopportun de dire que Zooloretto est un Coloretto que l’on aurait adapté sous forme de jeu de plateau. La ressemblance est d’ailleurs si forte que l’un et l’autre partagent un mécanisme qui a fait tout le sel du jeu de carte ; à savoir la création, la répartition et la distribution entre les joueurs de plusieurs lots, de cartes dans Coloretto, d’animaux dans Zooloreto. Ce dispositif assez ingénieux oblige à constamment évaluer ou réévaluer la « valeur » des lots proposés, ce qui offre la possibilité - toujours très jouissive - de pourrir le jeu des autres joueurs et donnera lieu évidemment à de nombreuses tractations autour de la table quant à la meilleure façon de faire et de composer ces lots.

Evidemment, l’auteur va plus loin que son jeu de carte et propose quelques subtilités supplémentaires pour agrémenter son jeu ; quelques règles additionnelles empruntées aux jeux de gestion. Achat d’un emplacement supplémentaire, transfert des pensionnaires ou encore achat d’un animal chez un autre joueur, ces quelques règles permettent de dépasser le seul cadre du simple jeu de rangement. Evidemment cela reste extrêmement léger, toujours dans l’esprit bon enfant du jeu mais permet d’ajouter une saveur particulière – comme tout bon épice relève le goût d’un bon plat. Une gestion réduite à sa plus simple expression mais une gestion quand même.

Et en pratique, qu’est ce que ça donne ? L’ampleur stratégique est relativement limitée, les différents aspects du jeu se maîtrisant assez rapidement. Le jeu n’est pas nécessairement plus intéressant qu’un Coloretto mais possède un charme indéniable. On s’y est vraiment bien amusé. C’est léger, rafraîchissant, on passe un bon moment. Le thème n’est pas ambitieux mais procure de bonnes sensations et une bonne identification d’ensemble. J’aurai envie d’y revenir, c’est typiquement un jeu dans la veine des aventuriers du rail, un jeu qui plaira à tous ceux qui aiment passer un agréable moment ludique. Un jeu de gestion simple avec peu de possibilités mais un système solide et agréable. Les gros joueurs resteront sans doute sur leur faim mais les familles y trouveront leur bonheur.

 
  • De la gestion pour tous
  • Thème et design agréables
  • Coloretto en mieux
 
  • Pas assez ambitieux … le thème très porteur aurait pu donner un superbe jeu de gestion
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Raphaël

De 6 à 10 parties jouées - 26 juin 2007
 
Indispensable
  preview

Zooloretto campe fermement parmi les jeux familiaux, puisqu'il n'est guère plus compliqué que son ascendant, Coloretto.

De ce dernier, il hérite d'ailleurs son mécanisme central: à votre tour, vous devrez choisir entre tirer une tuile au sort et la charger sur un des camions, ou bien prendre un camion déjà chargé.
Dans Zooloretto, il y a une troisième option: ne pas toucher aux camions et effectuer une action spéciale grâce à l'argent que vous aurez accumulé.

Pour un joueur de Coloretto, le jeu s'explique en deux ou trois minutes, et en cinq ou six pour les autres... bref, c'est un jeu qui s'explique plus vite qu'un "Colons de Catane", et qui a pour lui le "facteur panda": un vrai thème qui colle assez bien à la mécanique.

Entre joueurs confirmés, il y a quelques occasions propices aux mauvais coups, et le "timing" des actions spéciales qui font gagner ou perdre un tour est loin d'être innocent, mais le jeu peut aussi se pratiquer sans trop réfléchir, ce qui en fait un divertissement qui devrait plaire au plus grand nombre; certes, ce ne sera peut-être pas le jeu préféré des amateurs de Caylus et encore moins de ceux d'"Europe in flames", mais je ne vois pas ce qu'on pourrait lui reprocher.

Des extensions téléchargeables circulent déjà sur le net et qui augmentent un peu les choix à faire lors de la gestion de son Zoo; il s'agit de nouveaux bâtiments et je pense qu'ils pourraient très bien faire un jour l'objet d'une extension officielle, mais le jeu est très bien tel quel: léger, rapide, charmant, malin.

Pour ma part, j'apprécie particulièrement qu'une partie dure moins qu'une heure, que le prix et la réalisation sont irréprochables, et que pour un petit jeu mignon comme un panda on puisse quand même satisfaire sa fibre ludomaniaque.
S'il ne s'agit pas d'une grande révolution ludique, je lui mets la cote "indispensable" car c'est un jeu qu'on sort souvent, en attendant les retardataires pour un jeu plus studieux, en famille ou même avec des enfants.

Zooloretto fait partie de la sélection du SDJ 2007 (un prix allemand des plus importants dans le monde du jeu) et même si, cette année, cette sélection est très bonne (Yspahan, Arkadia, Jenseits von Theben et Thief of Bagdad), c'est à lui que va ma préférence.

PS: mon article n'est pas "paru" avant la remise du prix (les dates et moi...) mais je suis plutôt content que le jury ait favorisé ce jeu: une règle simple qui convient à un très large public mais qui ouvre des perspectives amusantes, un peu comme "Les aventuriers du rail" mais en moins long et moins répétitif. Encore!!

 
  • Le facteur panda et le thème, mignons
  • Clarté des règles, matériel, bon prix
  • Familial mais amusant pour joueurs confirmés
  • Utilisation de la mécanique de Coloretto
  • Rythme et rapidité d'une partie
 
Aucun commentaireMasquer