Le Bilan Ludique 2007 de Stéphan

Une année ludique 2007 bien remplie. En gros, environ 400 parties jouées dont une centaine de découvertes … ça fait environ une partie par jour, je ne me suis pas ennuyé, c’est le moins que l’on puisse dire !

Ce qui fait une belle progression par rapport à l’année précédente. Je vous passe les chiffres sinon ça va faire un peu trop bilan économique.

De manière générale, l’année 2007 a été une très bonne année pour notre monde ludique en terme de qualité. Il me semble qu’un effort a été fait pour augmenter la qualité des jeux au détriment d’une quantité qui devenait peu à peu difficile à suivre. C’est un bond énorme en avant qui a été réalisé en terme de matériel – au point qu’il faudra sans doute se donner un nouvel étalon de mesure pour comparer la beauté de tous ces nouveaux jeux – mais aussi en terme de contenu ludique : peu de jeux m’ont paru vraiment artificiels cette année. Et cette tendance semble se poursuivre et s’amplifier pour 2008. Une très bonne chose !!!

2007 aura aussi été une année faste pour les éditeurs non germaniques. Les éditeurs et créateurs français, suisses, italiens, tchèques, belges, espagnols, canadiens ont me semble-t-il le vent en poupe en terme de création, d’originalité ou de choix éditoriaux. Les éditeurs allemands – quant à eux – ont continué dans ce qu’ils faisaient de mieux : des jeux dont l’efficacité n’est plus à prouver mais qui manquent sans doute de charme face à une production internationale plus chaleureuse et plus originale. Ceci n’excluant toutefois pas la sortie de quelques perles chez nos amis allemands.

En terme de maison d’édition, j’aurai été particulièrement impressionné par le travail d’Ystari et la qualité de sa gamme. Caylus, Mykerinos, Yspahan, Race to The Galaxy, El Capitan, la réédition de Princes de Florence, Amytis, que des jeux qui auront rejoint mon Top cette année. Un très bon point aussi pour nos amis Québécois de Filosofia qui démontrent avec brio qu’il est possible de faire un sans faute en terme de choix éditoriaux, de traductions et de dissémination de notre loisir au plus grand nombre. Je ne peux que leur souhaiter de continuer dans cette direction.

Parlons des jeux maintenant … Parmi les nombreuses nouveautés qu’il m’ait été donné de tester l’an dernier, j’en retiendrai quelques unes qui m’auront fortement marqué. Je parlerai ici uniquement des titres que j’ai eu l’occasion de pratiquer de façon régulière, raison pour laquelle je ne citerai pas de titres sortis en cette fin d’année à Essen – ce sera pour l’an prochain.

Yspahan
Mon jeu de l’année est sans aucun doute Yspahan que j’ai pu pratiquer une petite trentaine de fois et que je continue à sortir avec autant de plaisir. Jeu d’une incroyable finesse, il possède la richesse des plus grands dans son format moyen (45mn/1heure de jeu) Accessible et relativement familial, il s’apprend vite mais demande une certaine expérience pour bien se maîtriser. Une excellente rejouabilité et un excellent jeu, une association dont je ne suis pas prêt de me lasser.

Notre Dame
J’ai également beaucoup apprécié Notre-Dame qui mêle habilement lutte contre le jeu et lutte contre les autres joueurs où survivre devient finalement aussi important que gagner. Une idée fort sympathique pour un jeu du même format qu’Yspahan : riche, rapide et prenant.

Cette condensation des gros jeux dans un format n’excédant pas une heure est une tendance de plus en plus présente en 2007. Doit on voir là le désir des joueurs d’avoir des parties plus rapides et des jeux plus accessibles ? Toujours est-il que l’on constatera sans équivoque ce glissement du temps de jeu vers des parties plus rapides : de 1h30/2h00 vers 1h00/1h30 pour les jeux les plus compliqués.

Ce qui me permet de rebondir sur mes deux découvertes les plus intéressantes parmi les jeux plus conséquents.

Imperial
Imperial est sans doute le jeu de conquête le plus original et le plus novateur qu’il m’ait été donné de jouer, aussi le plus retors avec son mécanisme d’investissements qui fait qu’il n’est pas toujours intéressant de faire gagner le ou les pays que l’on contrôle. Un jeu où ce n’est pas nécessairement le plus puissant qui l’emporte au final mais bien le plus calculateur, le plus machiavélique et le plus opportuniste autour de la table. Pas toujours très moral mais toujours très agréable !

Hermagor
Dans un style différent, j’ai aussi été conquis par les décors baroques et les ingénieux mécanismes de Hermagor, des mécanismes qui ne sont pas spécialement originaux mais plutôt malicieux, oserais-je dire vicieux. Si Oltermare sorti précédemment m’avait fait pensé à un Bonhanza plus méchant, Hermagor lui m’a directement fait pensé à un Elfenland plus diabolique. Emanuelle Ornella – son auteur - aurait il l’art de rendre méchant les idées des autres auteurs … ? Une chose est sûre : Hermagor est définitivement un jeu dont on parle trop peu et qui mérite sa place parmi les meilleurs.

Mr. Jack
Je n’ai pas eu l’occasion d’essayer énormément de jeux à deux cette année. Ce type de jeu prend la poussière dans ma ludothèque malgré l’entrée de quelques titres prometteurs comme Jambo, 1960 ou encore Hannibal. Un titre m’a malgré tout particulièrement séduit : l’incroyable Mr Jack qui parvient à donner un nouveau souffle au jeu de déduction grâce à une habile intégration de mécanismes de placements et de déplacements inspiré des jeux abstraits. Incontournable !

Et finalement, je terminerai par les jeux d’ambiance qui – mine de rien – sortent régulièrement en soirées ou avec des amis.

Kezako
Malheureusement, pas de nouveau Time’s up cette année mais deux petits jeux qui font tout autant d’effet. Mention spéciale pour la réédition de Wat'n dat ! sous le nom de Kezako, un jeu extraordinaire qui devient tout simplement fabuleux avec son nouveau packaging. Boîte en métal facilement transportable, graphismes et matériel améliorés, jouabilité renouvelée, le travail de Cocktail games sur cette réédition est remarquable.

Plus suprenant, cette redécouverte de Pit (Cambio), jeu centenaire réédité dernièrement par Winning Moves. Un jeu d’échange surprenant – tellement simple et rapide que l’on s’étonne à en répéter parties sur parties. L’ambiance qu’il génère est étonnante voire « détonnante » : un mélange plein de bonne humeur entre le chaos de la foire aux bestiaux et la folie de la bourse aux valeurs. Un principe qui étonne et séduit malgré une conception ancestrale … comme quoi vieux n’est pas toujours synonyme de médiocre … sauf peut-être pour le Monopoly. Mais ce dernier propos n’engage que moi.

Voilà qui termine ma revue personnelle de l’année. Excellente année donc qui va sans doute faire place à une année encore plus surprenante. La qualité des sorties d’Essen dépasse de loin ce qui a déjà été découvert en 2007. Ce qui laisse présager de très bonnes soirées ludiques !

Bonne année à tous nos visiteurs !!!!
Par Stéphan - 12 janvier 2008

1 commentaire

  1. Dany Simard 17:19 14.01.2008

    Je suis entièrement d'accord avec toi pour Hermagor, on devrait en parler plus souvent ce fut une de mes belles découvertes à la fin 2007 pour moi. Por ce qui est des autres choix nous sommes en accord à moitié ;-) j'ai bien aimé Yspahan, par contre Notre-Dame et Mr Jack je les ai trouvé bon, sans plus. Je n'ai pas aimé Imperial mais joué seulement une partie, peut-être devrais-je lui redonner une autre chance. Pour ce qui est des jeux d'ambiance... et bien nous n'avons pas pratiqué les mêmes. Je ne les connais pas.

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension