Edito de mai 2008 - De la création d'une boutique

Un très bon ami, joueur, s'est lancé dans l'aventure de la création d'un magasin de vente de jeux : la société Avalon est née à Montbéliard (vous me pardonnerez, j'en suis sur, de lui faire un peu de publicité).

Ceci ne s'est pas fait sans difficulté. Si j'ai peu suivi le parcours du combattant qui fut nécessaire à mon ami entrepreneur ludique, j'ai néanmoins constaté à quel point sa banque fut frileuse voire incompétente.

Quand il s'agit de jouer des milliards sur les marchés financiers ou d'endetter à vie des familles à grands coups de crédits "revolving", il semblerait que le risque soit pleinement assumé, voire, dans certains cas que le manque de précautions soit réel.
S'agissant de la création d'activité, la banque ne tolère plus aucun risque et ne lésine devant aucune précaution. En effet, pour un prêt sommes toutes assez faible (certaines voitures sont achetées plus facilement à des prix supérieurs), la banque blinde les cautions, blinde le contrat et cela, tout en blindant le taux d'emprunt. On en vient à se demander quel risque lui est payé ! Si la boutique ferme, elle s'est assurée le remboursement total de l'emprunt et qui plus est immédiatement. Il revient ainsi à des organismes de développement local, à des particuliers ou à des institutions de porter un risque pour lequel la banque est rémunérée. cerise sur le gâteau : la banque s'est permis du retard dans la livraison du terminal de paiement par carte !

Dans cette affaire, cette banque ne joue pas du tout la carte du développement économique. Je me suis laissé dire que c'était souvent le cas, du moins en France. L'activité en tant que telle, une boutique de jeux de société, n'a pas du rassurer la banque, tant la méconnaissance est grande de ce secteur économique. Malgré cela, de nombreuses boutiques ont ouverts partout en France ces dernières années (je ne sais pas ce qu'il en est en Belgique, Suisse ou au Canada): c'est dire la volonté qui anime les personnes qui les portent.
Par Xavo - 19 mai 2008

14 commentaires

  1. Limp 07:20 23.05.2008

    Des détails sur comment s'y prend on pour créer une boutique, les étapes et tout ça seraient très intéressants...

  2. xavo 11:28 23.05.2008

    Je vais le demander au patron de la boutique

  3. angelo 11:32 23.05.2008

    Ca il faut en avoir de la volonté et des "Cojones" c'est sûr, autant en Belgique qu'en France.
    Au fait si vous avez rien à faire, passez me faire un petit coucou ;-)

  4. limp 11:36 23.05.2008

    Merci m'sieur Xavo !!

  5. Kamus 18:09 23.05.2008

    Merci pour cette petite pub Xavier !
    Effectivement c'est véritablement un parcours du combattant que celui qui m'a été imposé.
    En voyant l'absence de risques pris par la banque qui par ailleurs se sucre à tous les niveaux par l'obligation de souscrire à X produits de prévoyance ou d'assurance et qui facture un sacré paquet de frais, je ne comprend pas que Les Crédits Agricole et Mutuel aient pu refuser de me suivre !
    Je suis à la dispo de qui le souhaitera pour des infos sur les étapes à parcourir et les obstacles à franchir...

  6. nim 08:25 24.05.2008

    Pardon, j'oubliais le principal: bonne route à Avalon!

  7. SwatSh 10:32 24.05.2008

    En tant que banquier, je ne peux que confirmer les dires de Mr NIM.
    Une banque est un prêteur et non un investisseur. Sur un prêt, une banque gagne en moyenne 1,5% de marge. Un investisseur espère en gagner minimum 10%.
    Une banque n'est pas là pour prendre des risques, elle joue avec l'argent de ses autres clients.
    Voyez ce qui se passe avec les subprime quand la banque se permet de prendre trop de risques.
    Et puis, il y a la concurrence, si vous n'êtes pas contents de votre banque, il y en a d'autres.
    On est tellement content de faire aller la concurrence pour gagner le dernier centime en crédit ou en placement, pourquoi ne pas la faire jouer pour les crédits plus difficiles.
    Et si toutes les autres banques sont aussi frileuses, c'est que le problème ne vient pas de la banque...

  8. XavO 20:43 24.05.2008

    Je crois qu'on est tous d'accord : les banques refusent de prendre des risques et cela pose, c'est mon avis, un problème certain de développement économique. Investisseur ou prêteur, ce n'est qu'une posture bancaire : dans tous les cas le but est de créer une activité.
    Ne nous leurrons pas : ceci n'est pas pour protéger ses clients (qui paye pour le LCL ?) mais uniquement pour gagner toujours plus d'argent en prenant le moins de risque possible et en usant d'une position de force.
    Quant à la concurrence entre banque sur ce type d'affaire...je n'y crois pas une minute !

  9. SwatSh 19:20 27.05.2008

    Si je comprends bien ton édito XavO, la banque a tout de même bien prêté son argent. OK elle a pris le moins de risque possible mais elle l'a fait. Donc elle a joué son rôle de "développement économique" que tu lui prêtes (sic), alors qu'une banque n'est qu'une institution privée comme une autre dont le but est de gagner de l'argent comme nous tous et qu'elle n'a donc aucun rôle de développement économique. C'est le gouvernement et les autorités locales qui ont ce rôle.
    En Belgique, il arrive souvent que la banque prenne beaucoup plus de risque que ça, pourquoi? Car le gouvernement ou les autorités locales fournissent eux-même les sûretés nécessaires à l'optention du crédit. Evidemment, le projet de l'entrepreneur doit d'abord être accepté par les autorités.
    Bref, dans ces cas, ce n'est pas la banque qui prend des risques ni qui joue un rôle de développement économique mais bien les autorités.

  10. xavo 06:28 28.05.2008

    J'en conclu que l'erreur original a été de privatiser les banques.

  11. nim 22:26 29.05.2008

    J'ai failli réagir à ta réponse Xavo, mais je vais supposer que c'est une blague.

  12. Dany 22:52 02.06.2008

    Ici au Canada c'est duu pareil au même. Je suis banquer et les projets de pme (petite moyenne entreprise) sont très difficile à être accepter pour un prêt bancaire. Ici si tu as 2 ans d'existence avec profits alors la banque sera ouverte pour faire des prêts. Mais on s'entend pour dire que les prêts nous les avons besoin au départ n'est-ce pas?

    La meilleurs façon de faire c'est par des emprunts privés ou par les banques de développements ou les agences gouvernementales de développement économique ou régionale, par chance qui sont présentes.

    Ceux qui ont ouvert des boutiques pourrait nous en dire plus.

  13. loic 18:19 22.08.2008

    Mon père a quitté le monde de la banque car l'esprit d'entreprises n'y existait. Là, où avant, il prenait des risques pour la formation de PME (souvent limité, pour des PME), il se rattrappait sans que ça ait des conséquences. Malheureusement, les banques ont arrêté de faire ça, c'est l'une des raison qui a poussé mon père a quitté le monde de la banque (il y a 15 ans maintenant). Donc, rien de nouveau sous le soleil, les banques ne prennent aucun risques et monter une entreprise (aux risques somme toute limité pour le domaine du jeu) devient de plus en plus dur. Je n'ai pu y arriver que grâce à la caution d'un magasin ayant 10 ans d'existence. Sinon, que dalle !

  14. XavO 10:32 01.10.2008

    "J'en conclu que l'erreur original a été de privatiser les banques."

    C'était fin mai...et je jouais volontiers la provocation. Aujourd'hui, je ne lis pas du tout cette remarque de la même façon !

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension