Edito de Septembre 2005 - Le web et la presse ludique

Depuis des années maintenant, La Guilde tente de vous faire découvrir l'internet ludique. Le portail est conséquent et vise à référencer des sites trop rarement visités à mon avis. L'élection du meilleur site ludique, créée par La Guilde et reprise par Ludigaume, a également surtout pour objectif de faire découvrir les sites méconnus, les internautes étant invités à les visiter pour les noter (même si certains ont crus que c'était vraiment un prix !). La rubrique "revue de web" suit également cette logique : inciter à aller sur des sites récents, originaux, rarement mis à jour... ou peu visités pour toutes autres raisons. Enfin, les critiques proposent chaque fois tous les liens trouvés vers d'autres critiques avec un petit extrait pour titiller votre curiosité. Tout ça parce que la diversité des sites fait évidemment la richesse du web ludique et que les petits sites d'aujourd'hui seront les grands sites de demain.
Il y a quelques années je tapais "jeux de société" dans google et parcourais les pages de résultats pour découvrir quelques sites méconnus. Ca n'a plus aucun intérêt aujourd'hui. Le nombre de sites ludiques est trop important. Il ne m'est plus possible de tout lire sur le web ludique connu, même sans prendre en compte les forums. A titre d'exemple, j'ai trouvé 27 fiches sur les Aventuriers du Rail, Jeu de l'Année 2004, alors que le précédent Jeu de l'Année, Alhambra n'a bénéficié que de 15 liens. Il est encore possible de tout parcourir, sans rien lire d'autres que les titres et ce qui m'interesse, mais pour combien de temps encore ? Notons que l'augmentation du volume d'informations semble s'accélèrer sur le web mais également du coté des revues papier. Nous en avons déjà pas moins de trois qui traitent de jeux de société : Jeux en Boite, Jeux sur un Plateau et Tangentes Jeux et Stratégie. Une quatrième est annoncée pour la fin de l'année. Tout le secteur économique lié aux jeux de société est en croissance, mais j'ai l'intuition que le volume d'informations augmente bien plus vite que tout le reste (du fait de la gratuité du web probablement).
Nous pourrions nous interroger sur l'utilité d'avoir 27 critiques web des Aventuriers du Rail et trois critiques papiers. Je crois que cette question est sans fondement pour deux raisons. La première est qu'il s'agit le plus souvent pour le webmaster de se faire plaisir et l'édition se suffit donc à elle-même. La seconde est que face à la diversité des internautes, chacun choisira son site préféré et une trentaine de critiques (dont trois papiers) semblent bien peu rapportées aux milliers de joueurs, surtout s'il s'agit d'avoir au moins quelques avis. Evidemment, pour les revues papiers, un modèle économique rentable est nécessaire et ces raisons trouvent rapidement leurs limites. Qui financera une revue pour le simple plaisir de ses rédacteurs ? Personne. Qui pourra dépenser une centaine d'euros par an d'abonnement rien que pour le jeu ? Surement quelques dizaines de passionnés mais pas plus. Ainsi, si le web peut bouilloner à loisir, et à perte, il en va tout autrement de la presse. Si quatre revues sur ce thème parviennent à vivre, cela sera le signe que le jeu de société est vraiment devenu populaire.
Acrticle paru sur La Guilde
Par Xavo - 1 septembre 2005

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension