Libertalia, escale à Issy

C'est en ce radieux mois de Juillet 2012 qu'Asmodée nous a fait parvenir le prototype de Libertalia.

Libertalia sera édité sous le label Marabunta, studio de création dépendant des éditions Asmodée qui se concentrera sur du jeu pour joueur averti.
Pour coller parfaitement à la thématique de ce jeu de Pirates, Asmodée a décidé de faire voguer ce prototype unique dans différentes mers ludiques. Après être passé chez Gus and Co, avoir traversé les contrées des petits peuples, s'être fait tirer la patate chez Martin Vidberg, la boite est arrivée à l'Espace ludique Marcel Aymé, l'une des ludothèques d'Issy les Moulineaux.
Ici, le prototype va en voir de toutes les couleurs : Joueurs adolescents, public averti lors de soirées, équipe de ludothécaires d’Issy mais aussi à l'Est parisien chez les Joueurs des Petits pions lors des soirées du Mardi.

C'est Issy sur Ludigaume que je vous propose de lire nos retours.

Libertalia
Après, entre autres, Vasco de Gama, Paolo Mori délaisse les explorateurs pour les pirates.
Vous incarnerez alors un équipage de pirates qui se préparera jour après jour à aller piller des trésors afin d'en prendre une part. Pourquoi donc aller pirater de la sorte ? Pour terminer le plus riche à la fin des 3 campagnes de jeu.

Le matériel
C'est ici un prototype que nous avons en main, c'est donc de lui dont nous allons vous parler.
Chaque joueur dispose d'un deck de 30 cartes représentant des personnages différents. Chaque personnage a un rang, qui définira l'ordre d'action et un pouvoir qui agira lors d'une phase de jeu.
Plus que cela, chaque personnage est illustré de somptueuse façon dans un style photo-réaliste avec quelques clins d’œil. Un petit texte d'ambiance est présent en bas de chaque carte, chose appréciable.

En plus de ces cartes, un plateau individuel sera distribué à chaque joueur. Il servira de « repaire » visuel de zone de jeu, de lieu de stockage des parts de butins et d'aide de jeu.
Deux plateaux seront installés au centre de la table : un premier servira de piste de score, une piste à doublons, et le second sera utilisé comme lieu de pose pour les personnages joués, et pour les parts de butins tirés au début de la manche en cours. Ces parts de butins seront matérialisés par des jetons octogonaux représentant Coffres, bijoux, marchandises, cartes au trésor, reliques maudites, sabres ou officiers espagnols.
Pour finir, des doublons serviront à indiquer la richesse de votre équipage.

Les règles
Au début de la partie, le plus jeune joueur choisira 9 cartes au hasard parmi les 30 disponibles. Les autres joueurs prendront ensuite exactement les mêmes cartes. Les mêmes cartes, pas tout à fait car pour différencier les mêmes personnages joués lors d'un même tour, les joueurs ont une valeur d'initiative qui permettra de départager les égalités.
Et puisqu'il est bien question d'égalité dans la main des joueurs, chaque couleur aura un équilibre dans ses valeurs d'initiative.

La partie se déroulera en 3 manches de 6 tours. Un tour de jeu consiste en un choix, face caché d'un personnage de sa main, puis d'une révélation de ces personnages afin de les placer sur le plateau bateau.
Ils seront alors placés par ordre croissant de rang puis éventuellement d'influence pour trancher les égalités.
Ces personnages agiront potentiellement lors d'une ou plusieurs phases de jeu parmi ces 4 : phase de journée, crépuscule, nuit ou fin de manche.
Lors de la phase de soleil, les personnages agiront selon leur place dans l'ordre croissant.
Puis lors de la phase de crépuscule, ce sera par ordre décroissant qu'ils choisiront l'un des butins de la journée.
Dans les butins, les pirates pourront gagner leur fortune ou pester contre leur sort. Les parts iront jusqu'à 5 doublons, douze même avec une combinaison de 3 cartes au trésor. D'autres feront le malheur de ceux qui les prendront avec des -3 doublons, ou la défausse de personnage joué ce tour.
Pour finir, on ne peut oublier de parler du Sabre. Cette part du butin vous permettra de faire comprendre à l'un de vos deux voisins qu'il avait de trop hautes prétentions avec son équipage.
Ensuite, ces personnages joués rejoindront alors le repaire. Ils ne sont alors pas vraiment défaussés : ceux qui ont un pouvoir agissant la nuit ont maintenant l'occasion de le faire, à ce tour-ci mais aussi lors des phases de nuit suivantes. Les autres personnages resteront ici jusqu'à la fin de la manche pour éventuellement en bonifier d’autres, ou jusqu'à ce qu'ils se prennent un coup de sabre de l'un de leurs voisins.

L'avis
Libertalia a tout d’un grand. Les règles se veulent simples et accessibles. L’embarquement se fait donc assez rapidement. C’est une fois en pleine mer que les pirates comprendront dans quel navire ils vont naviguer.

Libertalia nous propose alors un jeu à la fois tactique et stratégique. Lors du premier voyage, nous sommes tentés de jouer une carte pour viser le meilleur trésor du moment. Il parait ensuite très vite évident que les choix peuvent payer autrement, en essayant de faire résonner nos cartes selon leur pouvoir au fil de la manche, voir conserver des personnages pour la manche suivante afin d’être le seul à encore les posséder. Deviner ce que les autres vont jouer devient alors moins important, d’autant plus que les égalités se font par l’influence des joueurs qui relèvera de déduction et d’un peu de hasard sur les première parties. Faire les combinaisons les plus efficaces avec ses personnages et bien gérer sa main feront alors la différence.

C’est alors un trésor qui se dévoile au fil des parties. En effet, sur les 30 personnages, seuls 18 environ seront joués parmi les 21 en main. Cela offre des combinaisons très nombreuses et une rejouabilité tout aussi riche.
En suggestion, nous aurions envie de proposer des sets de cartes pour bien débuter dans le jeu, à l’instar d’un dominion. Cela ressemblerait alors à des decks thématises. Ceci pourrait permettre de mieux cerner les subtilités du jeu.

Concernant les configurations, nous avons eu une préférence pour le jeu à 3 et 4 joueurs. Cependant, nous n’avons peut être pas fait de parties dans chacun des configurations possibles et les publics qui y ont joué ont été très différents : adolescents entre eux, public néophyte ou joueurs avertis. Libertalia a su plaire à tous et ceci a son importance.
Pour autant, le jeu à 2 et le jeu à 5 / 6 joueurs a également un vrai intérêt.
En effet, passé le sentiment d’un jeu tactique, la stratégie influe peu selon le nombre de joueurs. C’est plus l’interaction qui va jouer selon la configuration.
Dans Libertalia, l’interaction est modérée. Elle est suffisante sans être importante. Les sabres permettront en effet d’aller taquiner nos pirates voisins et quelques personnages ne se bonifieront que s’ils sont seuls en jeu. Alors lever la tête et s’emparer d’un sabre au bon moment ou jouer un personnage adapté au contexte pourra jouer sur la richesse finale.
Pour autant, la piste de score actualisée à chaque manche simplifiera la diplomatie. Inutile de parlementer entre pirates, c’est la richesse actuelle de chacun qui justifiera toute attaque.

Libertalia sera donc attendu à sa sortie. Il sera joué et apprécié par tous types de pirates. Son court temps de jeu lui permettra d’être joué et rejoué pour être apprécié à sa juste valeur.

+ La richesse stratégique et tactique qui se dévoile au fil des parties
+ La qualité des illustrations et du matériel
+ La rejouabilité

- La mise en place des decks de départ : une proposition de deck thématisé serait une bonne solution pour les premières parties







Par Starvince - 23 juillet 2012

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension