Revue des médias # 0 "Intentions"

Il y a quelques années, simple lecteur de Ludigaume, j'avais été très marqué par les productions de Xavo, qui, en plus des chroniques, publiait sur ce site des éditoriaux et une revue de presse. Depuis son départ, le chantier restait ouvert et inachevé. Ce qui est dommage car c'est un domaine où il y a beaucoup à dire. Voici donc quelques éléments sur le pourquoi du comment j'aimerai bien reprendre ce travail là où il l'avait laissé.

 Est-il possible de parler de tout, et dire exactement ce que l'on souhaite, depuis n'importe quelle place ? Cette question qui traverse nombre d'acteurs des médias, et que chacun tente de résoudre avec plus ou moins de bonheur, se posera nécessairement à celui qui veut écrire sur le jeu. Voire, le milieu possède certaines caractéristiques qui donnent encore plus d'acuité à cette problématique. D'abord, son "étroitesse": peu d'acteurs, peu d'argent, et des croisements multiples. Ensuite, la porosité des mondes: on ne compte plus les auteurs-éditeurs, éditorialistes-auteurs, patrons de presse-éditeurs, boutiquiers-éditeurs, webmasters-demandeurs d'emploi, journalistes-entrepreneurs, bloggers-auteurs, chacun intervenant par ailleurs, avec plus ou moins de transparence, à titre personnel ou professionnel, sur les forums. Ainsi, l'on peut assister à des choses assez étonnantes, comme Korben qui vante une société avant de publier un jeu chez eux. Witty Games sont des gens coutumiers du fait, et constituent une cible tellement caricaturale et maladroite qu'elle nous sert peut-être à ne pas voir d'autres empiétements. On entend souvent à ce propos qu'il faut faire confiance à l'intelligence du spectateur, à sa capacité à discriminer ce qui relève de la publicité déguisée et de l'information véritable. C'est un argument qui m'a toujours semblé étrange au plus haut point, puisqu'il déplace ce qui devrait être une interrogation de celui qui énonce -- disons, grossièrement, l'éthique -- vers celui qui est le destinataire du discours.


 Au moment de reprendre cette idée de revue de presse, qui s'est interrompue il y a sept ans, je repense à ce que me disait Benoît Christen. Anciennement rédacteur en chef de Plato il avait, entre autres qualités, une certaine connaissance du milieu et l'art de se poser de bonnes questions. J'ai beaucoup appris à ses côtés. Cependant, un point de désaccord entre nous résidait dans le fait qu'il pensait fermement qu'il était impossible de parler des médias depuis un autre média, que ce soit un site web ou un magazine papier. Comment imaginer que ce que l'on écrit ne puisse pas être considéré comme du copinage éhonté ou au contraire la tentative de déstabiliser l'adversaire? En conséquence, du fait de mon appartenance (de ma participation serait plus juste) au magazine, il m'avait toujours interdit, malgré des demandes répétées de ma part, la possibilité de faire une revue de presse dans les colonnes de Plato. Il m'avait par ailleurs, pour des raisons assez proches, déconseillé de le faire sur Ludigaume. Selon son point de vue, Xavo qui menait ici de manière conjointe une revue de presse et une revue du web pouvait se le permettre puisqu'il n'intervenait nulle part ailleurs. Benoît avait-il raison, avait-il tort ? Toujours est-il que je m'y suis plié. Cela me coûtait beaucoup de frustration, car, avide de lectures, je voyais le domaine beaucoup évoluer sans pouvoir en faire quelque chose. D'autre part, la revue de presse -- radiophonique dans mon souvenir -- constitue un exercice qui m'a toujours fasciné, et j'étais impatient d'essayer. Or, il se trouve que s'il y a indéniablement en moi une tendance qui m'amène à me chercher des maîtres, il y en a une autre, au moins aussi puissante, qui m'amène à inventer des moyens de leur désobéir.


 Donc, dans les semaines qui viennent, j'essayerais dans ces colonnes de proposer quelques notes éparses sur les médias traitant du jeu, entendus au sens large. La richesse, la pluralité ainsi que les mutations actuelles de ces médias -- voir, par exemple, la généralisation de la vidéo, les nombreux podcasts, la radio des jeux, Marcus qui se présente La tête dans le pion, la couverture télévisuelle d'Essen par BGG, la multiplication des sites web, l'importance des réseaux sociaux, les tentatives de rendre compte du phénomène de la dématérialisation ou du financement participatif -- amènent de nouvelles interrogations qui rendent, sinon nécessaires, du moins intéressantes, les perspectives critiques. Dans le même temps, on peut faire le constat que la multiplication des médias, l'hyper-spécificité de chacun, rend l'exercice de les penser d'autant plus difficile. Aussi, une revue de presse simple n'aurait pas la même pertinence qu'à une autre époque. Certes, de belles choses se jouent (encore) dans les magazines, mais le traitement du jeu dépasse, et de loin, les revues papiers. Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. Mais, à l'inverse, croire que l'information peut se cantonner au web et au tout-image constitierait une autre forme d'aveuglement, car, j'y reviendrais souvent, ces éléments génèrent leurs propres impasses. D'emblée, ces caractéristiques inscrivent le projet dans une certaine modestie: il sera bien évidement impossible de tout voir, de tout entendre, de tout connaître, de tout comprendre, ou même d'espérer avoir un regard définitif sur un monde en mouvement.


 L'impression qui domine reste que ce travail a déjà commencé, presque malgré moi. Les derniers articles (sur le livre, sur la presse généraliste), qui s'éloignaient de plus en plus du jeu, tendaient à le montrer. Autant, donc, arrivé à ce point, accompagner le mouvement, préciser mon projet et la place depuis laquelle j'entend le mener. Précisons donc, au préalable, qu'en plus de Ludigaume, site sur lequel j'écris à titre gracieux, j'interviens aussi dans Plato. L'absence du magazine dans cette future "revue des médias" s'expliquera de cette manière, autant que par leur légendaire discrétion quant à leurs activités. Je pense que j'aurais pu me montrer aussi critique et enthousiaste que pour les autres, et je regrette de ne pas pouvoir traiter de manière neutre un "fait" tel que le lancement d'une version internationale, le dépassement récent du cap des cinquante numéros, le passage en mensuel, le changement de rédacteur en chef, leur modèle économique, ou même leur existence tout court qui ne cesse de m'étonner. Mais au moins les choses seront plus claires ainsi. Pour le reste, je ne suis en aucun cas aspirant-auteur, ou aspirant-attaché de presse; mon travail me comble; je n'ai rien à vendre et pas grand chose à gagner à faire ça, sinon le plaisir de partager des enthousiasmes et de discuter des idées. Cette entreprise se situera dans le champ du discours subjectif, avec ses points aveugles, ses erreurs, ses biais, ses hésitations... et la possibilité de s'y confronter. Autrement dit: un point de vue. Est-il possible de le faire depuis cette place ? Je pense que oui, mais comme tout le reste, c'est discutable.
Par Damien - 3 décembre 2012

3 commentaires

  1. Benoît 21:38 04.12.2012

    Salut Damien,
    Désolé de t'avoir frustré à ce point
    Par contre, quitte à te lancer dans cette revue de presse, pourquoi ne pas y aller carrément, en assumant tout, y compris le mélange des genres ? L'incohérence serait plutôt d'inclure Ludigaume dans cette revue de presse, alors que c'est ici que ça se passe, ou de ne pas ajouter un petit "disclaimer" à chaque fois que nécessaire, comme ton paragraphe final.
    C'est un exercice difficile, le moindre écart peut être fatal à ta crédibilité. Vu de ma fenêtre, je pense que c'est dans tes cordes, particulièrement ici.
    Je vois cependant une différence, mais pas un jugement de valeur, entre la manière dont tu l'abordes (plus dans l'analyse) et la revue de presse radiophonique ou celle que faisait Xavo (plus dans la lecture commentée). C'est bien ça ?
    A++
    Benoît

  2. damien 11:25 05.12.2012

    Bonjour,

    Point de vue très intéressant, en effet, merci. Peut-être que je peux me borner, à l 'occasion, à parler des tendances qui traversent Plato commme, par exemple, la place que prend peu à peu la question des jeux dématérialisés (ipad, en ligne, etc.), sans aller sur le terrain de la l'appréciation pure du contenu. A voir.

    Pour le reste, j'aime bien l'idée de présenter plusieurs sites / journaux / livres articulés reliés autour d'une problématique centrale. Plus que l'analyse, c'est ce qui organiserait a minima l'ensemble. Ca me semble important d'éviter l'effet catalogue. La ligne directrice serait aussi de montrer la pluralité des discours autour du jeu.

    Mais c'est vrai que mon penchant pour l'analyse reprend vite le dessus. Par exemple, en ce moment, je me demande: qu'est-ce qui fait qu'une vidéo est réussie ? Quelle est sa longueur adéquate ? Pourquoi est-ce que certaines sont si enthousiasmantes (Dice Tower reviews) et d'autres si pénibles (beaucoup d'autres) ? A quoi cela tient ?

  3. jb 09:26 07.12.2012

    Bon courage Damien, je ne doute pas de la qualité du résultat ! N'oublie pas de trouver du temps pour jouer, il faut rester proche du terrain !

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension