Edito d'Août 2005 - S'initier aux jeux de société

J'ai souvent trouvé floue l'idée de s'initier aux jeux de société, d'être débutant ou même expérimenté dans ce domaine. Ces expressions sont pourtant utilisées par les internautes, chroniqueurs webs ou papiers ou par mes camarades de jeu. Qu'est-ce que cela peut vouloir dire ?

La plupart du temps, l'expression recouvre la découverte des jeux modernes inconnus du grand public. Il s'agira par exemple de découvrir les jeux allemands et leurs mécanismes élégants. Ceci me parait extrémement censé. Il est vrai que le domaine ludique est vaste et que la culture ludique du citoyen lambda élude le plus souvent ce type de jeux. Il ne s'agit pourtant pas de découvrir tous les jeux de société, mais certains jeux de société.
Chacun a la plupart du temps, déjà une culture ludique. Celle acquise dans l'enfance, celle liée aux classiques (échecs, bridges...) ou celle du café (421, coinche...). Quoique minoritaires, on pourra même citer les amateurs de jeux d'histoire, de jeux de rôles, de jeux traditionnels...etc. Vous l'aurez compris : parler de s'initier aux jeux de société, sans préciser, ne veut rien dire pour le plus grand nombre puisqu'il connait déjà des jeux de société ! En plus de ne pas être clair, cette expression peut être mal interprétée : il y aurait les vrais jeux de société et les joueurs qui savent, les inititiés, d'un coté, et, de l'autre, les autres jeux et joueurs ? Sachant que l'expression ne se retrouve qu'au sein d'une communauté, aux contours encore floues, il n'y a qu'un pas pour interpréter l'expression comme une forme de snobisme.

Il s'agirait donc de faire découvrir les jeux de société modernes au plus grand nombre. Mais par lesquels commencer ? C'est à ce moment là que certains se prennent à mon avis une nouvelle fois les pieds dans le tapis. Ils vont immanquablement proposer de commencer par des jeux courts et simples. Pour ma part, je suis rentré dans les jeux de société modernes en trouvant Samurai, trop simple, puis en découvrant Vinci et El Grande. Si on m'avait servi du Alhambra et Les aventuriers du Rail, je pense que je n'aurais pas approfondi ! Je doute qu'un fan d'échecs ou de jeux d'histoire apprécie d'avantage. A l'autre extrême, une personne qui n'aime que les jeux où le joueur est passif (jeux de hasard...) pourra avoir également du mal à apprécier. Je pense qu'avant de coller le dernier Spiel Des Jahres à quelqu'un, il faut simplement lui demander quelle est son expérience ludique, voir ses goûts ludiques. Comme je l'ai dit, nous avons quasiment tous une expérience en jeux de société, nous sommes quasiment tous initiés à une forme ou une autre de jeux de société. Nier l'expérience d'un individu et lui conseiller un jeu trop simple pour lui, voir simplet, peut également être mal interprété.

Mais alors, ça signifie quelque chose de s'initier aux jeux de société dans leur ensemble ? Pour ma femme : beaucoup d'ennuis, mais passons ! Cela signifie simplement que l'on va gouter tous les types de jeux de société : les modernes, mais aussi les classiques, les grand-publics, les traditionnels... Et dans chacune de ces familles, tous les sous-groupes existants. Cela signifie que l'on va appréhender les jeux du point de vue de leurs mécanismes, leur histoire, leur esthétique,... Inutile de dire que les initiés aux jeux de société, dans leur ensemble, se comptent alors sur les doigts des deux mains.
De nombreux autres points d'entrées que les Spiel Des Jahres sont non seulement possibles mais obligatoires pour qui demande à être initié aux jeux de société, dans leur ensemble. Une initiation ne doit pas être apprehendée seulement comme un parcours pour vaincre les difficultés - comme c'est trop souvent le cas - mais surtout comme un voyage.
Acrticle paru sur La Guilde
Par Xavo - 1 août 2005

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension