To crowfunding or not ?

Voilà, une question quelle est bonne !

Ceci n'est pas une analyse profonde mais juste un support pour une question qui me tarabuste depuis longtemps.

Le financement participatif ou "crowfunding" est une méthode de finance très à la mode dans le jeu de société. Il suffit de voir le nombre de sujet sur le forum de Tric Trac, qui n'a eu d'autres choix que de créer une section spéciale pour ce type de post. On peut y trouver des sujets sur des projets en cours de financement, des projets terminées et ayant dépassés le budget attendu (par fois 5x plus, même plus!). On peut aussi y retrouver des sujets où les participants sont inquiets par l'évolution du projet. ... Parfois, cela rassure, parfois cela inquiète. Difficile de faire forcément son choix quand à participer à tel ou tel projet.

Je crois que ce qui attire le plus c'est la pléthore de possibilités de participation, avec un 1 bonus, 1 nom dans la règle, 1 tuile avec sa tronche dessus, une illustration signée, ... on ne compte plus les versions possibles et le nombre de bonus offerts. On aura aussi des jeux avec un matériel fabuleux. Des figurines au lieu des légendaires meeples, un matériel de fou, ... Un exemple, Francis Drake est un jeu, qui édité à l'allemande, n'aurait pas eu toutes ces figurines et peut-être même pas un plateau géant. Alors, tant mieux, car même si on a pas participé, on finit par trouver des boîtes sur le marché classique et le jeu est magnifique.

Il y a aussi les incidents de parcours tel Massilia ou Alien Frontiers - Version internationale. Des projets avortés ou retardés aux calandres grecques. Les participants sont frustrés, grugés, on oserait même dire volés si le concepteur du projet ne réagit plus, à disparu de la circulation.

J'ai participé une seule fois, l'an dernier, à un projet Kickstarter pour un éditeur grec auquel j'avais déjà acheté un jeu à Essen une année précédente. J'avais pris le package de base avec retrait à Essen 2013. Tout c'est bien passé mais je ne le ferai plus car j'ai mis plus d'une heure pour récupérer ma boîte car il y avait une seule personne pour distribuer les boîtes avec leurs multitudes de bonus. J'aurai pu acheter le jeu sans avoir participé et cela m'aurait pris moins longtemps. Pas forcément un moment agréable. Pour l'instant, je ne compte pas retenter l'opération.

On remarque aussi que des éditeurs bien ancrés sur le marché utilisent la méthode. Queen Games en Allemagne est un bon exemple. On pourra aussi remarquer le succès phénoménal de Fun Forge et son projet Tokaido qui ont levé un montant astronomique. Tant mieux pour les participants, ils vont être bien récompensés, les figurines proposées sont magnifiques, des bonus et encore des bonus ... Mais quand je vois que le budget de départ était de 40.000$ et que le budget atteint est de 668.721$ (pour 5434 participants), je me pose la question :

Quel est la part du coût de la matière première par rapport au bénéfice qu'en retire l'éditeur ? On sait tous que plus on produit, plus cela coûte moins cher.


Mais je me pose une autre question par rapport à tout cela, celle qui a motivé mon article :

Ce type de financement ne permet-il pas, parfois, de passer outre du filtre fait par les éditeurs, les professionnels du jeu ? C'est à dire que certains jeux n'auraient jamais vu le jour dans le processus classique d'édition.


Personnellement, je pense que oui.

Loin de moi l'envie de critiquer le Crowfunding, qui à mon avis est un bon système d'aide pour de nombreux projets JDS ou pas. Mais, dans le monde du jeu de société, j'ai l'impression que c'est devenu la Porte des Etoiles. Après, on me dira que le participant est adulte et fait ses propres choix. C'est vrai. Que L'on peut lire les règles avant d'acheter. C'est vrai mais on a tous déjà été déçu par un jeu malgré une règle attirante.

Et vous, que pensez-vous de tout cela ?
Par LudiGaume - 19 mai 2014

7 commentaires

  1. Guillaume 09:49 19.05.2014

    C'est un vaste sujet maintes fois abordées dans le podcast Proxi-Jeux avec différents intervenants (dont Florent Toscano, Bruno Cathala, Damien de Plato/Ludigaume...).

    Personnellement, je n'ai encore jamais investi, justement car je milite en faveur du filtre Editeurs capable de mieux faire le tri dans la production de jeu, et surtout de participer à leur développement/amélioration pour en faire des jeux de qualité.
    Mais cela ne veut pas dire que certains jeux crowdfundé sont mal finis. cf 8 minutes pour un empire, quoique même lui a déjà bénéficié de quelques améliorations au travers de Legends. Et peut-être que si un éditeur avait géré le projet depuis le début, seule la version Legends plus aboutie aurait vu le jour...

  2. Frédéric Frenay 09:56 19.05.2014

    Pas d'idée très précise. Je ne suis pas très chaud pour ce type de financement mais c'est sans doute dû à une prudence excessive de ma part. Je trouve que ton point de vue est équilibré et résume bien la situation.

    Pour ce qui concerne d'éventuelles arnaques, je crains que ce ne soit pas spécifique au crowfunding.

    En gros, j'ai l'impression que - comme tu le dis à mots couverts - c'est un truc pour appâter le geek mais qui peut se révéler utile pour permettre l'édition de jeux qui n'auraient jamais pu voir le jour.

    En gros, je ne suis ni pour, ni contre : c'est pas mon truc. ;-)

  3. drax 10:46 19.05.2014

    Alors , j'ai jamais plegué un projet de crowfunding, mais j'envisage d'en lancer un , un jour en tant qu'éditeur. Pourquoi ? pour essayer de lancer un jeu de niche qu'effectivement je ne lancerais pas sinon : trop risqué. Du coup, c'est un jeu qui ne devrait jamais voir le jour ? pas sur. Pour reprendre un ex célèbre, Mr Jack, si les auteurs et l'illustrateur avait pas lancé une édition limité de 500 ex. (Une ombre sur White chapel) Mr Jack n'aurait jamais vu le jour! Dommage , non ? Bon c'était pas du crowfunding à l'époque, mais aujourd'hui ça le serait.
    Par contre, je crois que c'est une pratique qui favorise plein de dérives et qui mériterait d'être plus encadré ça c'est sur.

  4. Paulpatine 11:32 19.05.2014

    Personnellement j'ai l'impression que certaines campagnes de financement participatif actuelles se rapprochent plus du principe de Buzz que de celui d'origine du crowdfunding.

    Au départ on avait l'idée de permettre à un (petit) projet d'aboutir en dehors des circuits traditionnels (soit par choix du porteur, soit parce que le projet n'avait pas convaincu les acteurs traditionnels du marché). Ce qui ne voulait pas dire pour autant que le projet n'était pas passé par des filtres (le plus souvent le porteur a déjà souvent présenté et diffusé son projet avant de se lancer).

    Aujourd'hui on remarque que la plupart des campagnes qui explosent sont portées par des éditeurs connus et reconnus ou lancées à grand renfort d'images, visuels et bandes annonces en tout genres alimentant l'effet buzz.

    Pour moi on est vraiment dans les ressorts classiques de la société de consommation : créer le besoin, susciter l'envie, le désir par la communication et le marketing.

    Après comme le dit LudiGaume, à la fin on reste libre d'acheter ou pas (d'ailleurs on se rend compte que pour beaucoup de ces projets parler de "soutenir" plutôt qu'acheter semble plutôt mal choisi). Mais c'est sûr que tout l'emballage nous pousse plutôt dans une direction qu'une autre...

    Mon avis de joueur là-dessus est qu'on devrait toujours goûter avant d'acheter ^^

    Au passage je pense que les boutiques spécialisées se sentent un peu lésées dans l'histoire car ce sont autant de ventes qui se font en dehors de leur circuit.

    A titre personnel je suis passé récemment par la case Ulule pour financer une partie de l'édition de mon premier jeu (Pièces MontéeS). Mais mon cas relèverait plus d'une campagne de précommandes que d'un financement participatif dans la mesure ou je pense que plus de 80% des personnes qui ont commandé ont déjà joué au jeu.

    Pour la suite je pense d'ailleurs continuer dans cette voie de la précommandes pour mes prochains jeux (qui au final est la méthode à l'ancienne pratiquée dans beaucoup de domaines). Mais en utilisant le support internet pour faciliter la chose.

    Ma conclusion personnelle est donc que je ne suis pas convaincu des "bien faits" du financement participatif dans le monde du jeu.



  5. Le Roy 13:54 19.05.2014

    Petite précision: si Massilia semble bel et bien mort, pour Alien Frontier, ça bouge un peu pour le moment. On nous promet le jeu dans peu de temps. Bon, il aura fallu deux ans mais on finira sans doute par l'avoir.

    Ceci dit, c'est la seule fois où j'ai "pledgé" et ce sera sans doute la dernière. Le risque n'est peut-être pas très grand de se faire avoir mais je n'aime pas acheter un chat dans un sac. Et, surtout, je suis contre le principe de récompenser par des bonus les derniers arrivants au même titre que les premiers. Ceux qui ont pris le risque que le projet n'aboutisse pas devraient être les premiers (sinon les seuls) à bénéficier des largesses qu'autorise la réussite du projet. Pour moi, c'est un peu le monde à l'envers de pouvoir "pledger" alors que le seuil de financement est atteint (et, comme tu le dis, parfois largement) histoire de profiter d'un maximum de bonus. Mais bon, le système est là pour attirer le chaland et cela fonctionne, alors, pourquoi se gêner?

  6. Bardatir 14:05 19.05.2014

    Sujet d'actualité qu'on peut ignorer, mais qu'il faut surveiller.

    Perso, je connais du monde qui a milité pour Massilia, et j'ai moi même une boite pour la version inter de Alien Frontier qui devrait ENFIN arriver cet été.

    Mais cela permet aussi, d'avoir une réédition de Coconuts pour pas très cher (arrivée parfaitement dans les temps semaine dernière), jeu essayé à Essen (qui arrive chez Gigamic bientot, mais à quel prix ?)

    Le Crowd Funding vit du Buzz et nous sommes en plein dedans. Il permet de lancer des projets, avec moins d'optimisations et sans fric, mais pour se faire voir c'est le top.
    Cela me fait aussi penser a Manhattan Project... Nombreux sont les jeux actuels qui sont passés par le crowdfunding au départ finalement...

    Je suis du même avis, il faut tester avant de pledger

  7. SwatSh 21:09 19.05.2014

    Perso, le nom de l'éditeur fait partie de mes critères d'achat....

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension