L'avis de Xavo

De 3 à 5 parties jouées - 11 novembre 2010
 
Très Bon
  preview

Un ovni a traversé le paysage ludique en 2008. Enfin, il fut bien identifié et ne volait pas, mais vous me comprenez. Cet ovni, c'était Dixit : éditeur confidentiel, auteur quasi inconnu, mécanismes bien huilés et graphisme très typé.

Commençons justement par les cartes : elles constituent l'essentiel du jeu, le reste du matériel n'étant composé que de marqueurs mignons mais pas indispensables. Les cartes, donc, vous amènent en tout premier lieu à découvrir un univers poétique et coloré, enfantin, étrange, absurde et nostalgique. Pour ma part, le charme a immédiatement opéré et je n'ai eu qu'une envie : parcourir toutes les cartes (j'avais envie de chocolat aussi mais ça n'a rien à voir).

L'univers graphique constitue une part importante du jeu. En effet, le mécanisme central s'articule autour du fait - attention accrochez-vous - que l'image est précise et floue à la fois. Non ! Les qualités d'impression ne sont pas à remettre en cause. Mais comme vous devez oralement suggérer quelque chose en rapport avec l'image, que l'image propose un univers imaginaire : ce que vous dites peut prendre un sens bien différent pour tout un chacun sachant que chaque image est une scénette à elle seule. Oui, je vous l'accorde, heureusement que je n'ai pas rédigé les règles du jeu.

Je fus très déstabilisé au début, cherchant en vain des cubes en bois à compter ou à utiliser pour caler les pieds de ma chaise. Rien de cela ici : soyez flou dans votre description, mais pas trop, de sorte qu'au moins une personne devine vos intentions, mais ni toutes, ni aucune. Jouez sur vos relations avec les autres, sur ce que vous partagez. Jouez sur une petite partie de l'image, sur un objet ou une action ou alors sur ce que l'image vous rappelle.

Car si Dixit rentre dans la catégorie des Time's Up et autre Kiproko, où il s'agit de faire deviner des tas de trucs, il propose un mécanisme différent. En effet, tout le monde ne doit pas deviner vos intentions, certains devant se tromper. Ceci plonge chaque tentative pour faire deviner une carte dans le brouillard le plus épais car vous devez autant être clair qu'embrouiller.

Les générations pourront se retrouver autour de la table sans difficultés, les différences d'âge n'ayant que peu d'influence. Chaque tour, tout le monde joue et que vous soyez 3 ou 6, le jeu passera sans ennuis. Se connaitre pourra donner un avantage à certains joueurs, qui devront faire en sorte de ne pas trop exploiter ce filon, au risque de rendre le jeu inintéressant.

Voilà, donc une totale réussite d'éditeur, de graphiste et d'auteur. Chaque fois que j'ai sorti la boite, le jeu fonctionna et tous les participants - de 10 à 67 ans - furent sous le charme. C'est un signe qui ne trompe pas.

 
  • L'univers graphique
  • Pour tous
  • Mécanisme
 
  • Ne peut se jouer avec Scherlock Holmes
  • Biais quand des joueurs se connaissent

2 commentaires

  1. LudiGaume 20:43 11.11.2010


    Un avis de Xavo est un événement, il y avait longtemps, heureux de te lire à nouveau.

    Sinon, il va falloir que je mette mon avis sur Dixit car je suis à l'antipode des vôtres. Moi c'est .

  2. Grunt 15:07 13.11.2010

    Xavo! Xavo! Xavo!

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension