L'avis de Grunt

Plus de 10 parties jouées - 25 janvier 2010
 
Indispensable
  preview

Endeavor est, avec Hansa Teutonica, un des 2 jeux d'Essen 2009 qui m'ont le plus marqué à la première partie.

Endeavor est un jeu efficace et fluide, et ce qui peut surprendre initialement est le rythme: la partie se déroule en 7 tours, et les 4 premiers tours correspondent plus à une mise en place, avec des actions assez rares, et un temps de jeu minime. Les 3 derniers tours, du fait d'une économie de pions, de jetons actions, ou de l'orientation de nos bâtiments, vont alors démultiplier les options. Options qui se feront le plus souvent dans un timing particulier, tout en accord avec les autres joueurs.

Le renouvellement des parties tiendra donc tout autant de la distribution des jetons sur le plateau, que des comportements des joueurs (ouverture des régions, vidage des pioches, guerrier ou non, esclavagiste ou non...).

L'interaction évidente par la guerre est fortement modérée par son coût (un pion supplémentaire à dépenser parait anecdotique au début, mais se révèle tendu à gérer), et sa relative visibilité (on se doute fortement où les gens vont attaquer de part les routes commerciales entre les villes).

L'interaction plus cachée se fera à tous les niveaux:

- remplir les pistes de fret partagé entre la majorité pour la carte gouverneur, et la présence dans une région qui va s'ouvrir, qui entrainera une certaine coopération entre les joueurs

- piocher dans les ressources d'une région partagé entre avoir une forte présence (avant qu'on nous la tatane) et ouvrir des cartes plus fortes à un autre joueur

Le thème sera pour beaucoup léger mais suffisamment présent et subtil (pour un genre aussi délicat, je trouve ça bienvenue):

- les orientations des ressources des régions (paquet de cartes) qui donnent les teintes de ce qu'on veut aller chercher

- les routes commerciales associant des parties du globe (Espagne et Portugal avec les Caraibes et Amérique du Sud, Angleterre avec Amérique du Nord et Inde...)

- l'esclavagisme parfois au cœur de la partie, et dont l'abolition ou non dépendra du bon vouloir de l'Europe

- la guerre qui restera ponctuelle, même si notre uchronie colonialiste pourra se révéler plus ou moins juste

On pourrait en apparence, l'associer à pas mal d'influences: un tableau de développement à la Goa, des activations de bâtiments à la Puerto Rico, une réserve personnelle/générale à la El grande... Pourtant Endeavor trouve une sonorité juste, et une originalité certaine, au milieu de ces grands noms, dans un temps de jeu relativement court: une bien belle synthèse en somme!

 
  • Fluidité et relative simplicité
  • Aggression dosée
  • Renouvellement des parties
 
  • Prend pas mal de place sur la table
  • Plus tendu à 4 et 5 joueurs, qu'à 3 joueurs

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension