L'avis de Deepdelver

De 3 à 5 parties jouées - 28 avril 2011
 
Indispensable
  preview

Navegador et mon Mac Gerdts n°1, et de loin. Il faut dire que ses précédentes productions m'avaient laissé sur ma fin :
- Antike et sa fin de partie inéluctable à la destruction de temples adverses
- Imperial par son système trop original de gestion des pays, mais surtout par le fait qu'un joueur puisse être littéralement hors-jeu
- Hamburgum et Machu Picchu m'ont laissé de bonnes impressions, mais je n'en ai fait qu'une partie il y a plusieurs mois, donc peu de souvenir.

Ici, On retrouve la fluidité originelle de la roue, avec ses actions simples et logiques, et ses multiples voies de développement, comme pour Antike.

Mais au moins, dans ce jeu, j'ai vraiment l'impression de vivre une histoire et de détecter très vite les points forts où l'on aura peu de concurrence :
- la construction de chantiers navals, pour écumer les mers ?
- la construction d'églises, chères mais fortement rentabilisables ?
- l'exploration, très rémunératrices, mais on ouvre les zones aux autres joueurs et on perd des troupes ?
- les colonies ou les usines, pour de très bonnes rentrées financières ?
Et comme les jetons multiplicateurs sont en nombre limités, c'est encore plus tendu.

Enfin, last but not least, le jeu s'apparente à une course par ses 3 phases de jeu, et être le premier à atteindre Nagasaki et mettre fin au jeu.

Un bémol : si vous n'avez pas mis rapidement un moteur économique efficace, vous risquez de subir la partie.

 
  • Le retour de la roue
  • L'illustration
  • Les nombreuses voies stratégiques
  • Le thème très porteur
 
  • Repérer et mettre en place le moteur économique performant n'est pas forcément une chose aisée

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension