L'avis de Damien

De 3 à 5 parties jouées - 2 mai 2012
 
Indispensable
  preview

Une découverte récente. A la faveur des vacances et des week-ends prolongés de mai, nous avons replongé dans les jeux de lettres et avons été fortement séduits par celui-là. Le scrabble ne nous a jamais vraiment quitté; il reste, quoiqu'on en dise, un classique auquel nous revenons très régulièrement. Dans son genre, c'est un chef d'oeuvre, même s'il faut quand même admettre qu'il a quelques travers: l'attente entre les tours, le fait que l'on joue chacun dans son coin, une part de chance, et, surtout, la propension, entre habitués, à parfois jouer "sale" (bloquer les adversaires) et efficace aux dépens du beau jeu et de l'amour de la langue. Nous n'avions cependant pas trouvé d'alternatives pertinentes pour l'instant. A vrai dire, nous n'en avions pas vraiment cherché d'autres, étant pleinement satisfaits de ce que nous avions dans le registre.

C'est Fred Henry, l'un des auteurs de Wordz, autre tentative réussie de renouveler les jeux de lettres, qui, en le citant abondamment, m'a mis sur la piste de Jarnac. Il en parle assez souvent dans les forums et les interviews, comme dernièrement au détours de la Tric Trac TV consacré à son jeu, ce qui est très élégant de sa part. J'étais intrigué. D'autant que son propos, ainsi que que la manière aussi fine que classique dont Wordz est construit, laissait à supposer qu'il était connaisseur en la matière. C'est donc en confiance que je me suis tourné vers Jarnac, dans cette édition Blackrock, qui est celle dans laquelle on le trouve actuellement. Le jeu, lui, est plus ancien.

Très aérée, sobre, la boite est fort agréable. A l'intérieur, elle contient des plateaux individuels ainsi que des planches de lettres à dépuncher, également d'une grande sobriété. Le fait que les lettres soient en carton épais constitue une (lègère) déconvenue initiale. Même si la matière est probablement aussi durable que le plastique, même si cette édition semble plus esthétiquement réussie que d'autres, on ne peut réprimer un peu de dépit. Les habitudes ont la vie dure, et ces craintes face au carton aussi. Une édition de luxe en bois aurait été appréciable, mais est-ce qu'elle aurait été simplement envisageable, économiquement parlant, vu l'aura confidentielle du produit ? Ainsi construit, le jeu se situe dans une gamme de prix qui le rend accessible au plus grand nombre. Ces histoires de carton sont franchement un détail qui s’éclipse au fil des parties. Mais, comme la remarque vient à chaque fois, autant ne pas la passer sous silence.

La pratique de Jarnac s'avère assez simple. Deux joueurs s'affrontent. (Il est sans doute possible, comme indiqué, de jouer en équipe. Mais, au vu de son déroulement, on imagine que cela ne serait guère convaincant et que l'argument est essentiellement marketing. Jarnac est un excellent jeu à deux, ce qui est déjà beaucoup). Chacun dispose sur son plateau individuel de huit rangées pouvant contenir des mots allant jusqu'à neuf lettres. Le premier qui les aura remplis provoquera le décompte final. Les points attribués suivent un rythme exponentiel en fonction de la longueur des mots réalisés (de 9 à 81 points: c'est le carré du nombre de lettres). On commence avec six lettres, puis, chaque fois que l'on pose ou allonge un mot, on en pioche une autre. Quand on estime n'avoir plus de possibilité, on passe son tour. Et l'on rencontre, à ce moment-là, une des dynamiques essentielles du jeu: l'adversaire a en effet quelques secondes pour annoncer Jarnac! et nous révéler une possibilité que l'on a pas vu. S'il le fait, il nous prend le mot et le place chez lui, à notre grand désespoir. Ce n'est d'ailleurs pas la moindre des qualités du jeu que de rendre légale la phrase "Mais regardes tu aurais pu faire ça !!!"

Ces quelques principes, vite intégrés, produisent un jeu tout en tension, qui prend à rebours bon nombre des travers du genre. En effet, la perspective de se faire voler un mot n'est jamais loin. Plus on passe de temps à chercher des combinaisons, et plus on en offre à l'adversaire. Cela forme un garde-fou très efficace à la propension des gens, dans ce type de jeux, à diluer la réflexion à l'infini. Et, surtout, le temps passe différemment, car on joue constamment ensemble. Quel est ce sourire mesquin sur son visage ? A-t-elle trouvé quelque chose ou bluffe-t-elle ? Le jeu en simultané, même si un joueur peut enchaîner plusieurs coups, est vraiment une très bonne idée. Il ménage, sans ennui, du temps pour la réflexion. Si Jarnac est un jeu très rythmé, presque sans temps mort (presque, parce qu'il y en a forcément quelques uns), il y parvient sans forcer les choses. Il est également assez subtil, puisque, par le truchement du système de score, ce n'est pas celui qui termine le premier, qui, donc, fait le plus de mots, qui va gagner. On aura intérêt, selon les cas, à précipiter ou retarder l'échéance. La montée en tension est progressive, parfaite.

Pour le reste, on apprend vite à construire des mots petit à petit, à privilégier ceux qui sont facilement extensibles ("khan" est définitivement une mauvaise idée....), à enchaîner les coups de manière à piocher le plus de lettres possibles; des automatismes viendront facilement. La décomposition et recomposition des mots sur sa trame demande une gymnastique intellectuelle fort plaisante. Elle est un peu différente des autres jeux de lettres, même si elle procure un plaisir assez similaire. Seul le comptage des points est un peu compliqué. Un jeu de lettre nécessitant une une calculatrice, avouons que c'est amusant.

Au final, il constitue une alternative plus que convaincante aux classiques. Au delà de cette constatation, qui ne parlera qu'à une part réduite des lecteurs de ce site, il y a là quelques inventions ludiques en terme de rythme, d'épure et d'intelligence qui valent vraiment le détour. Les dégoûtés du genre pourraient même apprécier. Certes, quelques parties c'est peu tôt pour donner un avis définitif, surtout si l'on applique l'échelle des jeux de lettres et pas celle des jeux de plateau. Il est difficile de se prononcer sur sa durée de vie. Mais, outre que d'autres nous ont donné quelques assurances dans ce domaine, il laisse à penser que ce sera le cas, en particulier avec ces règles de compétition qui musclent le propos. Mettons cela, cette envie d'en parler immédiatement, cet avis qui vient facilement, sur le compte de la passion de la rencontre.

 
  • Très fin, très plaisant
  • Un rythme vraiment intéressant
  • Grande interactivité
  • Le plaisir d'annoncer Jarnac!
  • Renouvelle bien le genre
 
  • Le matériel: pas totalement à mon goût, même s'il reste plus que correct

2 commentaires

  1. Lionel 07:20 05.05.2012

    Excellent jeu que ce Jarnac. Niveau matos, marrant parce que j'ai toujours trouvé que même si les tuiles ne sont "que" en carton, elles ont une épaisseur et une densité agréable, comme un tuile d'un jeu de plateau quoi
    pour le jeu lui-même, il n'a qu'un petit défaut : la réflexion est exponentielle. Plus le jeu avance plus il y a de possibilités. En fin de partie, entre joueur de même niveau, on sait que le moindre Jarnac sera fatal :-P !
    Quand au scrabble , il faut jouer la règle "compétition" à savoir que tout le monde joue avec les même lettres visible, à chacun de noter son score en essayant de trouver mieux que les autres . Pas de hasard défavorable, pas de blocage intempestif, je ne joue jamais autrement !

  2. Damien 13:47 05.05.2012

    Merci de tes commentaires. Tiens, je vais essayer la version que tu décris. On la trouvé détaillée quelque part ? Quant à ces histoires de carton, oui, c'est un détail qu'on oublie vite. Il ne faut effectivement rien laisser passer à la fin. C'est en général le moment où l'on sort le fameux "petit sourire mesquin qui fait paniquer."

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension