L'avis de Stéphan

De 3 à 5 parties jouées - 4 mars 2007
 
Indispensable
  preview

Manille, ses ports, ses docks, son marché noir … L’air est torride, chaud et humide dans cette partie du globe : une moiteur qui détrempe les habits, une chaleur qui échauffe les esprits. Mais lorsque les affaires tournent, on se soucie peu du climat. Tant que l’argent coule à flot…

L’attrait des affaires est bien présent ici. Cafés, jade de chine, épices et autres denrées exotiques, tout se négocie dans le port de Manille. Et pour celui qui saura prendre les risques qu’il faut, la richesse est au bout de la route.

Manilla a l’ambiance bigarrée, chaude et survoltée des ports des mers du Sud. On crie, on négocie, on exulte. Le port prend vie, les dockers s’agitent et vibrent à l’idée de jeter les dés, de prendre des risques et de gagner d’audacieux paris. Un jeu de hasard et de rebondissements présenté avec beaucoup de subtilités et de classe.

Les navires sont chargés de biens précieux et de richesses. La vie suit son cours autour de cette activité lucrative. Certains iront au port pour débarquer les marchandises, d’autres pour réparer les navires endommagés, d’autres encore embarqueront sur les navires pour assurer le bon convoyage des marchandises, quelques fous tenteront la voie de la piraterie avec tous les risques que cela représente. Pirates, dockers, marchands ou marins, tous espèrent une journée sans soucis et de fructueux bénéfices. Mais tout ne se passe pas toujours comme prévu …

Manilla est un jeu où le hasard joue un rôle essentiel. Trois jets de dés rythment la vie du port à chaque tour, trois jets décident de l’arrivée ou non des bateaux. Après, tout est question de choix. Judicieux ou audacieux, ces choix devront prendre en compte l’évolution de la partie et de l’évolution des bateaux sur le fleuve. Une gestion saine du hasard et de la prise de risque permettra de gérer au mieux les gains et les pertes de chaque tour. Ensuite, selon qu’on soit flambeur ou non, on préférera faire plus ou moins appel à la chance. Comme au Casino, on y jaugera ses chances de réussite et les quantités d’argent que l’on veut risquer ; comme au casino, un coup de chance pourra être synonyme de réussite et un coup de malchance une catastrophe.

Heureusement, et c’est là toute la force du jeu, une série de subtilités permettent un contrôle de la chance. Gestion d’une main d’action qui rapportent de l’argent en fin de partie, enchères pour le rôle de capitaine afin de choisir les marchandises ou encore possibilité de faire plusieurs placements en cours de manche, tout cela concoure à un contrôle plus fin de la partie et à la diminution de l’incertitude liée au lancement des dés.

Seul un navire est rentré au port ce matin, les deux autres se sont lamentablement échoués sur les bancs du fleuve. Maigre récolte pour ceux qui avaient tout misés sur l’arrivée de la marchandise.

A l’usage, certains choix pourront paraître plus déséquilibré que d’autres. Le rôle de pirate par exemple, me semble peut-être mal jaugé car terriblement frustrant, générateur d’ambiance certes mais trop lié à la chance que pour bien s’accorder avec le reste des mécanismes du jeu.

Petite remarque aussi sur le nombre de joueurs qui ne donnera son ampleur au jeu qu’à 4 ou 5, à 3, le jeu perd énormément en vie et en ambiance. Mais c’est le lot de beaucoup de jeux de dés et de hasard.

Manilla est un jeu où l’on s’investit énormément. C’est un jeu énergique où l’on ne s’ennuie jamais : les enchères sont convaincantes, les placements dynamiques, les tirages de dés palpitants, on ne peut s’empêcher d’accrocher au jeu et de plonger dans chaque partie. Il plaira à ceux qui aime la tension des jeux de hasard mais aussi l’élégance et l’intelligence des mécanismes et des thèmes bien pensés.

Le risque de l’aventure, la saveur de l’exotisme, la richesse des émotions, Manilla est un grand jeu plein de vie et de saveurs.

Un plaisir de jeu farouche et indomptable !

 
  • Des parties dynamiques et agréables, pleines de vie
  • Un jeu de casino vraiment intelligent
  • Une bonne mise en scène qui participe vraiment au plaisir du jeu.
 
  • Parfois, le rôle du pirate peu avoir une trop grande influence sur l’enjeu de la partie
  • Un jeu à jouer à 4 ou 5. A 3, c’est moins drôle.

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension