Thème du jeu


La grandiose Metropolys est en effervescence ! Urbanistes et architectes rivalisent de talent et font surgir de terre de luxueux immeubles de verre et d’acier, défiant les lois de l’équilibre avec élégance. Lequel de ces brillants hommes imposera finalement son style et marquera à jamais l’histoire de la ville ? La réponse est entre vos mains !

Les joueurs incarnent des urbanistes en quête de prestige. Tout au long de la partie, ils tentent de placer leurs bâtiments aux meilleurs emplacements de la ville. Dès qu’un joueur a placé tous ses bâtiments, on compte les points et le joueur ayant le prestige le plus élevé remporte la partie.
 

L'avis de LudiGaume

1- De 3 à 5 parties jouées - 26 mai 2008
 
Peu Captivant
  preview
Avertissement sur ses notations

En mettant cette note, je sais que je vais certainement lever des boucliers et m'attirer les foudres de nombreux joueurs.

Avant toutes choses, le jeu est très bien édité, les pions Building sont du plus bel effet, la couverture de la boîte est l'une des plus belles de tous les temps, les règles sont claires, ... Bon, le plateau a été critiqué, chahuté, ... perso, il ne me pose pas de problème.

Le mécanisme d'enchères trouvé par l'auteur est une belle trouvaille. L'enchère qui se déplace au fur et à mesure de son évolution donne au jeu une dynamique étonnante. Mais voilà c'est bien cette partie du jeu que je n'arrive pas à apprécier. Cette question permanente de savoir quand mettre la pression ou laisser passer pour mieux rebondir, m'ennuie. Et cela n'arrive pas à éveiller mon intérêt tellement on a l'impression à chaque fois d'avoir fait une erreur.

Tellement le jeu n'arrive pas à me captiver et m'ennuie, j'ai revendu ma boîte malgré la beauté de sa couverture.

Désolé Sébastien, je n'arrive pas à trouver ma place dans ce jeu. Mais cela n'enlève rien à Metropolys qui est apprécié par tant d'autres. Je reste sur le magique Yspahan.

 
  • La couverture de la boîte
  • Le matériel
  • Les différents niveaux de jeu
  • L'enchère mobile, une belle trouvaille
 
  • L'enchère mobile qui n'arrive pas à me captiver
1 commentaireMasquer
 

Premières Impressions de Stéphan

De 3 à 5 parties jouées - 9 avril 2008
 
Top à Stéphan
  preview

« Dans Metropolys, on tâtonne, on parie sur les comportements, on espère, on croit, on redoute, on tente, on calcule, on nargue, on devine, on aime, ce qui en fait un jeu de société, à pratiquer en société et profondément humain. »

J’aime beaucoup la phrase de conclusion de Grunt à propos de Metropolys. Elle résume avec beaucoup de justesse ce que je ressens à propos du dernier né de Sébastien Pauchon.

Un jeu complet qui m’a conquis en deux parties !

Pas besoin de faire compliqué pour plaire. C’est le credo de ce jeu dont la plus grande subtilité est son système d’enchères spatiales assorti de toute une série de petites subtilités qui font un peu la marque de fabrique de Ystari. Les règles sont d’une grande simplicité et s’expliquent en quelques minutes. Comme souvent chez cet éditeur, les cas de figure y sont précis et fort bien documentés. 15 minutes d’explication et c’est parti …

Bizarrement, les premières minutes laissent un sentiment d’imprécision. Les possibilités sont nombreuses et l’on n’en conçoit pas nécessairement les tenants et les aboutissants … on tâtonne, les erreurs se succèdent sans que l’on comprenne, tout semblent imprécis et fouillis … puis c’est le déclic : le jeu se referme, on commence à comprendre : juxtaposition des enchères sur le plateau, sélection des hauteurs, placement des tours aux endroits clés, lecture du jeu des adversaires, tactiques de bluffs … tout s’imbrique avec intelligence, charme et simplicité.

45 minutes plus tard … La partie s’arrête … mise au point … discussions pour comprendre les erreurs des uns, les stratégies des autres …On embraye directement sur une deuxième partie, sûr d’avoir appris plus et de pouvoir mettre en œuvre de nouvelles stratégies… Même schéma, même impression d’avoir compris un peu plus … la troisième s’annonce mais il est tard. Nous résistons, il est trop tard … serions nous devenus des accros de Metropolys ?

Metropolys touche le cœur du joueur : il charme, se dévoile mais ne se laisse pas dompter, il se laisse entrevoir au détour d’une stratégie pour mieux se saborder à la partie suivant … comme une monture revêche, tantôt obéissant, tantôt capricieux . Il se savoure avec l’expérience, ce qui en fait le compagnon idéal du joueur, toujours désireux de parfaire son expérience et de mieux comprendre le système …

Metropolys est un jeu complet. Tantôt jeu de majorité, tantôt jeu d’enchères, poker menteur par moment, jeu d’investigation à d’autres, les sensations se mélangent agréablement. Pourtant, les règles restent simples et les mécanismes d’une simplicité toute discrète. Plus qu’un mélange ou qu’une juxtaposition des genres, il transcende et synthétise les genres …

Vous l’aurez compris, je suis tombé amoureux de ce petit jeu où on retrouve en petit format tout ce que j’aime dans le jeu de société.

 
  • New-York ... New-York ...
  • Beauté froide du matériel et des illustrations
  • Equilibre parfait entre les objectifs secrets et les possibilités de déductions
 
  • Parfois abstrait
  • La première partie est un cap à passer pour commencer à apprécier pleinement
  • Parties à deux moins intéressantes
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Raphaël

De 3 à 5 parties jouées - 19 avril 2008
 
Très Bon
  preview

J'ai écrit un avis à propos de ce jeu sur Boargamegeek dans lequel j'ai déploré que le plateau soit franchement moche et son éditeur a expliqué fort courtoisement les raisons des choix graphiques - je ne suis guère convaincu, mais les goûts et les couleurs... bref, beurk!
A part l'esthétique du plateau, il offre un excellent rapport qualité/prix au niveau de la réalisation.

Pour le reste, Metropolys est une vraie perle à plus d'un titre.
D'abord, c'est un jeu très original, ce qui devient de plus en plus rare dans une production toujours plus abondante; il est parfois agréable de découvrir des idées recyclées et améliorées, mais le plaisir d'aborder un jeu réellement nouveau est bien plus grand.

Ensuite, Metropolys est un jeu simple et élégant, épuré mais bourré de décisions; il combine une sorte d'enchère à un système de placement et de majorité dans un mélange très tactique, y ajoute une couche de stratégie et de bluff grâce à des objectifs secrets.
Une partie de Metropolys ne dépasse pourtant pas une heure et peut se jouer beaucoup plus vite!

Finalement, il propose une version simplifiée, familiale ou d'apprentissage, le tout est expliqué en deux minutes.

Metropolys n'est pas vraiment un jeu pour deux joueurs à mon avis; comme souvent, la boîte annonce que c'est le cas, mais c'est franchement sans intérêt.

En bref, Metropolys est un jeu original, rapide, très intéressant, un futur classique.

Correction: j'ai diminué mon appréciation de Metropolys. Oui c'est un jeu malin mais je m'en lasse assez vite...

 
  • Original et très riche
  • Rapide
  • Règle simple et claire
  • "Familal" ou "pour joueurs"
  • Illustration de la boîte, matériel de qualité
 
  • Beurk le plateau
  • Sans intérêt à deux
  • Lasse vite
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Xavo

De 6 à 10 parties jouées - 20 mai 2008
 
Sympathique
  preview

Sur le plan fonctionnel, Ystari Games vous propose un matériel complet et pratique soutenu par une règle claire et illustrée. Le plateau est un peu trop sombre et les zones mais surtout les ponts sont assez difficiles à distinguer. Sur le plan esthétique, chacun se fera son avis... le mien n'est guère positif.

Metropolys propose aux joueurs de réaliser dans un jeu de placement et d'enchères plusieurs objectifs, dont une partie sont secrets, et qui sont autant de façon de marquer des points.

Comme dans beaucoup de jeux aujourd'hui, il va vous falloir optimiser vos actions afin de remplir les objectifs les plus rémunérateurs en points. Une enchère gagnée peut permettre à la fois d'avancer vers la réalisation de vos objectifs secrets et de remporter des objectifs communs (représentés par des pions sur le plateau et des majorités à obtenir dans les quartiers). Elle peut également vous permettre de bloquer vos adversaires puisque chaque case ne peut être occupée que par un joueur.

L'auteur a mélangé dans Metropolys placement et enchères, à la manière des enchères de Louis XIV. Ainsi, vous achetez via un mécanisme d'enchères votre place sur le plateau. Cette place contribuera à vous rapporter un certain nombre de points en fonction de vos objectifs.
Ce mécanisme est le cœur et l'originalité du jeu : l'utilisation des zones du plateau à des fins d'enchères permet de réaliser des blocages ou d'éloigner ou de rapprocher l'adversaire de certaines zones en fonction de vos objectifs voire de bluffer sur vos véritables intentions.
Le jeu tourne très bien et semble avoir été bien testé. Il est aussi intéressant à deux comme à trois ou quatre joueurs.

Très déçu à ma première partie, j'ai découvert aux suivantes les quelques subtilités du jeu comme l'enchainement de coups en enchérissant dans un territoire entouré de territoires occupés ou encore d'essayer de deviner les objectifs des autres joueurs tout en feintant sur le sien. Le jeu m'est apparu alors plus tactique et plus "méchant". Néanmoins, il ne me semble guère indispensable car les objectifs ne me semblent pas équivalents et le jeu vite limité.

 
  • Simple et rapide
  • Légérement tactique et méchant
 
  • Plateau peu lisible
  • Laid
  • Limité tactiquement
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Grunt

Plus de 10 parties jouées - 7 avril 2008
 
Indispensable
  preview

Metropolys synthétise beaucoup d'éléments assez intéressants dans un ensemble au final plutôt simple et cohérent:

- des enchères sans "argent" et non linéaire, juste des pions à pas fixe (comme à Ra)
- du placement et du blocage
- du bluff avec des objectifs secrets
- de la majorité

Du coup, il est assez difficile à catégoriser.

Il y a une certaine frustration propre aux jeux d'enchères que j'affectionne beaucoup: vais-je griller cette tour pour reprendre la main? A quel valeur vais-je monter par rapport aux tours restantes adverses? Combien cette case rapporte pour moi/les autres? Vais-je passer?...

A certains moments justement, il vaut mieux savoir passer (et regarder un moment la partie se dérouler), pour reprendre la main à un moment plus décisif, sans pour autant laisser de trop bonnes opportunités aux autres et sans se laisser surprendre par la fin de partie: une pression constante pour des parties plutôt rapides.

Cerise sur le gâteau: 2 versions sont proposées (et les 2 me plaisent pour des raisons bien différentes) qui permettent d'appréhender graduellement les difficultés du jeu:
- la pureté du jeu familial (mais se limitant principalement à l'objectif secret)
- la dissymétrie de certains objectifs (je pense aux bordures en familial et aux statues en expert), de difficultés variés et où le style de jeu devra s'adapter
- la ratio entre points secrets et points visibles (majorité dans les arrondissements, jetons) dont l'une ou l'autre voie sera plus ou moins favorisée (et donc combattu aux enchères) suivant la disposition initiale

Dans Metropolys, on tâtonne, on parie sur les comportements, on espère, on croit, on redoute, on tente, on calcule, on nargue, on devine, on aime, ce qui en fait un jeu de société, à pratiquer en société et profondément humain.

 
  • Original et simple
  • Un bon mix de mécanismes
  • 2 versions: familiale et expert
  • Les différents petits jetons pour la variété: "patate chaude" des jetons archéologiques, quartiers branchés...
  • Les illustrations
 
  • Plutôt abstrait
  • La lisibilité/compréhension de certains objectifs
  • Un plateau parfois chargé
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Sébastien D.

2- Plus de 10 parties jouées - 23 février 2009
 
Top à Sébastien D.
  preview

D’entrée de jeu, allons droit au but: Metropolys fait partie de mes jeux préférés. Il me semble que pour avoir ce « privilège », il faut allier 3 qualités essentielles : fluidité, tension et interaction.

Pour qu’un jeu soit très fluide, il y a une solution radicale : ne mettre qu’une seule action à disposition des joueurs! L’exploit dans ce cas est de rendre le jeu suffisamment riche et passionnant pour ne pas sombrer dans une routine ennuyeuse : je pose, tu poses, il pose…
C’est justement la tension qui permet au jeu de ne jamais sombrer dans la routine. La tension est générée par l’interaction permanente propre au génial système d’enchère géographique mais aussi par les objectifs secrets dont on ne sait bien souvent que dans les derniers coups si on parviendra à les remplir pleinement.

Mais revenons quelque peu sur ce génial système d’enchère géographique. Rien que l’association de ces 2 mots me met en joie.
Les enchères, j’adore car c’est un mécanisme qui ne fonctionne que par la présence d’autres joueurs à votre tablée. J’aime encore mieux cela quand les enchères sont « guidées » comme dans ra : pas la peine de calculer la valeur exacte d’un lot, vous pouvez vous contenter de définir le palier que vous être prêt à franchir en sachant que ces paliers sont prédéfinis par les buildings que vous avez à disposition.
La notion géographique me plait également beaucoup. Visualiser le plan de la ville en perpétuelle évolution pour juger des possibilités restantes, des culs de sac qui se forment, des combos qui en plus d’accélérer la partie vous permettront de remplir vos objectifs : Miam !!!
En associant ces 2 mots, enchère géographique, on navigue dans les sommets de l’interaction ludique. La tension est permanente, chaque situation doit être suffisamment bien estimée pour ne pas griller ses cartouches trop tôt ou pour ne pas permettre aux adversaires de pouvoir dérouler sous vos yeux débités.

Saluons également la présence de 2 niveaux de règles qui portent malheureusement mal leur nom. Le jeu familial n’est pas une version non aboutie du jeu mais une version épurée qui permet de pratiquer le jeu différemment. Merci à l’éditeur d’avoir pensé à cette version. Bravo aussi pour le choix du dessinateur, c’est peut-être à cause de mon daltonisme mais j’ai toujours trouvé le graphisme attrayant et lisible.

Comme j’ai commencé cette chronique par mes conclusions, je ne peux que vous souhaiter de bonnes parties de cette grande réussite et ce à 2, 3 ou 4 joueurs, ca marche pareil mais différent!!

 
  • Fluidité, Rapidité
  • Enchère géographique
  • Originalité, inlassable
  • Les 2 niveaux de jeu qui sont en fait 2 jeux différents de même niveau
  • Aussi différent que bon à 2 qu'à 4
 
2 commentairesMasquer