Thème du jeu


Pierre le Grand a fondé la ville de Saint Petersburg en 1703, le "Paris de l'Est". Durant une longue période, ce fut l'âge d'or des artisans qui bâtirent des monuments et autres constructions prestigieuses. Vous voilà à cette époque où il faut gérer son argent à bon escient pour engager des artisans et leur faire construire des bâtiments prestigieux. Sachez également vous entourer de nobles afin d'augmenter votre prestige.
 

Description du jeu

preview
 
But du jeu

Avoir le plus de points de victoire à la fin de la partie.

Mise en place

On place le plateau de jeu au centre de la table sur lequel on place les cartes mélangées des 4 catégories sur leur emplacement respectif. Chaque joueur reçoit 25 roubles ainsi que les 2 pions de sa couleur, il en place 1 sur la case 0 de la piste de score et le second devant lui afin de montrer sa couleur. Les 4 cartes premiers joueurs sont mélangées et chacun en reçoit une à 4, deux pour le plus jeune et une aux autres à 3 et 2 à 2 joueurs. Chacun prend le marqueur correspondant à la catégorie où il débutera premier.
Enfin, l'intendant (le plus âgé) prend le paquet des artisans et place face visible 8 cartes à 4, 6 cartes à 3 et 4 cartes à 2 sur la première rangée du plateau. Le paquet est posé verticalement sur sa case afin de montrer la phase active, il s'agit des Artisans au début de la partie.

Le plateau de jeu

Déroulement d'une manche

La partie se déroule en plusieurs manches qui sont toutes décomposées en 4 phases qui sont jouées toujours dans le même ordre. On commence par les Artisans, puis les Constructions, puis les Nobles (notables) et enfin les échanges de cartes.

Au début de chacune d'entre-elles, l'intendant ajoute des cartes de la catégorie jouée sur les emplacements libres de la première rangée de cartes. Donc de nouvelles cartes entrent en jeu. Après la 4ème phase, les cartes sur la seconde rangée sont défaussées et celles sur la première rangée passent sur la seconde.

Le joueur possédant le marqueur de 1er joueur pour cette phase la débute toujours.

Chacune de ces phases se découpe en 3 étapes :

 Les actions
A son tour de jeu, le joueur peut soit :

 Acheter une carte
Le joueur prend une carte sur l'une des 2 rangées et paie directement le coût de celle-ci pour la placer devant lui.

Il faut évaluer correctement le coût de la carte en fonction des réductions. Si elle provient de la deuxième rangée, elle coûte un rouble de moins. Si le joueur a déjà des cartes identiques dans sa surface de jeu, il paye un rouble de moins pour chacune d'elle. Attention, on paye toujours 1 rouble au minimum. Il existe également des réductions en fonction des bâtiments, la fonderie diminue d'un rouble le coût des cartes oranges et la Menuiserie diminue d'un rouble le coût des cartes Bleues.

 Ajouter une carte à sa main
Le joueur prend une des cartes en main afin de la poser plus tard. Attention, on ne peut posséder que 3 cartes en main et les cartes non jouées lors du décompte final coûtent 5 points de victoire.

 Jouer une carte de sa main
Le joueur prend l'une des cartes de sa main, en paye le coût et la place dans sa surface de jeu. Le système de réduction est également appliqué, on ne profite pas de la réduction de la seconde rangée même si cette carte en provenait lors de la prise en main.

 Passer son tour
Quand le joueur ne souhaite plus effectuer d'action, il passe et ne joue plus dans cette phase.

Remarque : Les cartes jouées ne sont pas obligatoirement celles correspondant à la phase en cours. Par exemple, on peut prendre ou construire un bâtiment durant la phase des Nobles ou des Artisans. Il existe également des cartes spéciales, dans ce cas il faut se reporter à la règle.

Cette phase se termine quand tous les joueurs ont passé.

 Le décompte
Chaque phase a son décompte sauf pour la 4ème où il n'y en a pas. On décompte uniquement les cartes correspondantes, les Artisans durant la phase d'Artisanats, les bâtiments durant la phase de Construction et les Nobles durant la phase de Noblesse.

Chaque joueur reçoit de l'argent et/ou des points de victoire en fonction des sigles sur les cartes dans sa surface de jeu. Pour les points de victoire, on fait avancer le pion de chaque joueur en conséquence sur la piste des scores.

 Le renouvellement des cartes
L'intendant replace horizontalement le paquet de cartes de la phase qui se termine sur son emplacement, ensuite, il prend le paquet correspondant à la nouvelle phase et remplace, sur la 1ère rangée de cartes, tous les emplacements vides avec une nouvelle carte. Enfin, il place verticalement le paquet de la nouvelle phase sur son emplacement.

 La phase d'échange
Cette phase est différente des autres car il n'y a pas de décompte à la fin de celle-ci. Les cartes d'échanges ont leur coût encadré afin de bien les distinguer.

Il y a 10 cartes d'échanges par catégorie (Artisans, Bâtiments, Nobles). Pour jouer l'une de ses cartes, il faut la placer en remplacement d'une carte de la catégorie correspondante dans sa surface de jeu. Attention, pour les Artisans, la carte ne remplace qu'une carte du même type d'artisans (les sigles des deux cartes doivent correspondre exactement).

Le coût de la carte vaut au départ son coût diminué du coût de la carte défaussée/remplacée. Par exemple, une carte d'échange de valeur 17 qui remplace une carte avec un coût de 10 coûte 17-10 soit 7 roubles. Ensuite, on applique le système de réduction. Le coût d'une carte de remplacement est toujours d'au minimum un rouble.

 Fin de la manche
La manche se termine à la fin de la phase des cartes d'échange, l'intendant défausse les cartes de la seconde rangée et fait descendre celles de la première sur la seconde. Elles coûteront un rouble de moins lors de leur achat. Ensuite, chaque joueur transmet son marqueur de 1er joueur à son voisin de gauche. La partie reprend à la phase des Artisans.

Fin de la partie

La partie se termine dès que la dernière carte d'un paquet de cartes est placée sur la 1ère rangée. Dans ce cas, on termine la manche, le jeu ne s'arrête pas brutalement. Un dernier décompte a lieu. Pour les Nobles, pour le nombre de nobles différents dans sa surface de jeu, chaque joueur reçoit autant de points de victoire qu'indiqué sur la table des scores pour les nobles imprimées sur le plateau. Par tranche de 10 roubles, les joueurs reçoivent un point de victoire supplémentaire. Enfin, on retire 5 points de victoire par carte dans la main de chaque joueur, s'il y en a.

Le vainqueur est celui qui a le plus de points de victoires et en cas d'égalité, l'argent fait la distinction.

Pour bien commencer

commencez par avoir de bons revenus : achetez des artisans et des notables (les revenus des notables sont importants, il ne faut pas tout miser sur les revenus des artisans). L'important est de pouvoir acheter de grosses cartes (prix supérieur à 20), cela ne sert pas à grand chose d'en avoir trop, vu le rendement des sous à la fin du jeu (1 points pour 10 roubles). Il faut donc savoir s'arrêter dans cette voie au risque d'y mettre trop de moyens et de perdre du temps pour les points.
une technique consiste à acheter dès que possible (sans se mettre dans le rouge) un gros bâtiments (17 ou plus) pour se faire un petit matelas de points chaque tour. Amélioré, ce bâtiment vous rapportera de confortables gains de roubles et de points.
ensuite, il faut s'assurer des points, deux voies s'offrent à vous : les bâtiments ou les notables. Il faudra de toutes façon acheter des notables pour gêner vos adversaires et les empêcher de faire trop facilement beaucoup de points en fin de jeu. A part cela, il faut faire au mieux avec les cartes que vous avez. Pour ma part, j'essaie de faire un maximum de notables différents et d'avoir quelques gros bâtiments.
Ne négligez pas les cartes "échange". Celles de bâtiment (en particulier) et celles de notable (moins interessantes mais permettent d'avoir des notables différents) offrent des avantages important pour un surcoût réduit.
Enfin, en fonction de sa position dans le tour (artisan, notable...), il faut prévoir suffisamment de place pour que suffisamment de cartes soient rajoutées afin que vous puissiez en acheter. Par exemple, si vous jouez en second dans le tour des nobles, faites en sorte que deux places soient libres lors du tour des bâtiments si vous souhaitez en acheter un.
 
Descriptif rédigé par LudiGaume
 

L'avis de LudiGaume

5 février 2006
 
Top à LudiGaume
  preview
Avertissement sur ses notations

Un plaisir, un réel bonheur après la première partie jouée. On peut résumer Sankt Petersburg en une phrase "Du plaisir à jouer". Une partie appelle une autre tellement c'est plaisant d'y jouer.

Basé une système de combinaisons où le fait d'acheter des cartes de même type permet de réduire leur coût. Chaque tour est un réel dilemme afin de gérer au mieux sa fortune. Il ne faut pas oublier dans les premiers tours à s'adjoindre les services des artisans car ils vous rapporteront de l'argent permettant de mieux construire par la suite.

Un jeu indispensable qui fonctionne aussi bien à 2 qu'à 4.

 
  • Le matériel splendide (les dorures)
  • Le système de réduction du coût des cartes
  • Les illustrations dans le ton des icônes russes
 
  • Ne pas avoir assez de Roubles
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Jérôme

19 mai 2005
 
Indispensable
  preview

Sankt petersburg est un jeu très prenant dans lequel il faut tout le temps calculer au plus juste et veiller à ce que ses investissements ne restent jamais gelés. Tout au long de la partie, il faut choisir entre acheter une carte et la poser tout de suite, la prendre dans sa main et attendre un moment plus opportun pour la placer ou encore attendre en espérant un rabais. L’ordre des joueurs est éminemment important et il faut compter le nombre d’espaces disponibles pour les cartes de la phase suivante, surtout si cette dernière est la phase des artisans ou celles des nobles !

Vraiment, c’est un très bon jeu, pas trop long quand on en n’est pas à sa première partie. Le seule reproche est son manque total d’interactivité entre joueurs. La preuve : on s’amuse autant avec l’excellent logiciel qui est disponible gratuitement sur le net ! C’est pourquoi je ne lui donne pas la note maximale.

Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Frédéric

21 décembre 2004
 
Top à Frédéric
  preview
Avertissement sur ses notations

Durant l’année 2004, Sankt-Petersburg a littéralement croulé sous les prix et distinctions de toutes sortes et c’est, à mon avis, très largement mérité. Ce jeu présente de nombreuses qualités et pas vraiment de défaut.

Ses qualités:
- une mécanique très fluide ;
- une part de hasard dans le tirage des cartes qui fait que chaque partie apparaît différente et impose aux joueurs d’adapter leur jeu en fonction des circonstances ;
- de l’interaction entre les décisions des joueurs. Il ne faut pas seulement essayer de se procurer un avantage lors du choix des cartes, mais aussi empêcher les autres joueurs d’en bénéficier (notamment lors de la phase des Nobles) ;
- les joueurs peuvent, en fonction de leurs choix, accélérer ou ralentir la durée de la partie (en règle général, une partie se joue en 5 ou 6 tours à 4 joueurs) ;
- la qualité du matériel de jeu (tout est joli et solide) ;
- des mécanismes originaux tels que le système de réduction de la valeur d’achat des cartes;
- des tactiques variées pour gagner;
- une durée de jeu moyenne de sorte que les parties ne s’éternisent pas (et c’est tant mieux car sinon le jeu apparaîtrait peut-être, à la longue, un peu répétitif).
- tout aussi bon à 2, 3 ou 4 joueurs. Le jeu étant, en outre, assez différent sur le plan tactique selon le nombre de joueur ;
- excellent rapport qualité/prix ;
- une « durée de vie » très longue: si vous l’aimez, il pourra se révéler très addictif;

Un «défaut »? Il est difficile lorsque l’on joue ses premières parties de faire jeu égal avec des joueurs expérimentés. Est-ce vraiment un défaut ou est-ce plutôt un signe de richesse du jeu?

Vous l’aurez compris Sankt-Petersburg est un de mes jeux préférés sortis durant l’année 2004.

Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Xavo

Plus de 10 parties jouées - 28 juin 2006
 
Très Bon
  preview

Le matériel du jeu ne vise pas l'économie. Le plateau et 4 cartes sont peu utiles : la boite est donc grossie et le prix avec. Graphiquement, je ne suis guère fan du orange (couleur des notables) mais peut-être aimerez-vous... Les dessins ont un style qui, s'ils ne parviennent pas à mettre dans l'ambiance vu le retard du jeu à ce niveau là, sont agréables à l'oeil.

Sankt Petersburg est plaisant à jouer. Le jeu est un bon équilibre de calcul et de prise de risque. Le mélange n'est pas si commun et celui-ci est réussie.
Une bonne partie du jeu est sous le contrôle des joueurs : c'est la partie "calcul". Le jeu est riche tant par la variété des cartes que par les mécanismes de gestion de ses cartes, de revenus et de déroulement des tours. Il est important de ne pas acheter n'importe quoi, n'importe comment. Certains choix de cartes paieront ou non plus tard, voir risque de vous coincer. Sachant que les cartes peuvent ou être achetées ou être simplement prises en main, il convient d'utiliser les deux à bon escient. Il faut également veiller à acheter dans les temps : il y a un temps pour faire de l'argent et un pour faire des points. Les deux ne sont pas nettement séparés, mais amorcer le dernier tour avec beaucoup de sous en main et peu de moyen de gagner des points conduit à la défaite.

Quelque soit votre gestion, il y a toujours une prise de risque due à la sortie aléatoire des cartes. Elle est plus ou moins faible, mais rapporte également plus ou moins suivant votre stratégie : si vous misez tout sur les notables, vous serez d'avantage dépendant de la pioche mais pourrez marquer pas mal de points en cas de succés.
Coté défaut, nous avons vu que pour cumuler des notables différents, il faut avoir de la chance au tirage : ceci peut être un défaut pour certains. Plus embétant, l'obtention rapide de certaines cartes (notables de valeur 16 et 18, observatoire et collecteur de taxes) rendra bien service à son propriétaire et lui donnera un avantage, sans toutefois conduire forcément à la victoire.
Le "besoin" de chance créé néanmoins du bon : de la tension dans le jeu et l'obligation de s'adapter. Pour gagner, on s'aperçoit au final qu'il convient surtout de bien planifier ses dépenses (nature et moment du jeu) : la chance seule créé rarement des déséquilibres insurmontables.

Un des points forts du jeu est qu'il ne perd pas trop de son intérêt que ce soit à deux, trois ou quatre joueurs. A trois joueurs, la répartition des rôles peut avantager le premier joueur au premier tour, lui permettant de faire deux bons achats (artisan moins cher et une bonne carte). A deux joueurs, la stratégie "notables" semble s'imposer pour tous : si les notables ne sont pas partagés, ils rapportent bien trop de points à celui qui va les acquérir seul. S'il est pourtant tout à fait jouable de 2 à 4, la meilleure configuration reste 4 joueurs, même si j'apprécie particulièrement la tension des parties à deux.
Le jeu possède donc quelques défauts rompant parfois l'équilibre. Le jeu reste suffisement contrôlable pour être intéressant à jouer et le hasard rajoute du piment à ce trés bon plat ludique.

Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Guillaume

2- Plus de 10 parties jouées - 4 mars 2007
 
Indispensable
  preview

Sankt Petersburg... J'avais fait l'acquisition de ce jeu suite aux remarques dythirambiques que l'on peut lire sur internet à son propos. A la lecture des règles, j'étais un peu sceptique mais les premières parties m'ont vite éclairé sur la nature du jeu.
Sankt Petersburg est un jeu de gestion où, un peu à la manière de Puerto Rico, il faut faire la part des choses entre les gains à court et moyen terme, c'est à dire entre points de victoire (cumulatifs dans le jeu) et l'argent qui vient démultiplier en fin de partie les points de victoire.
Trouver le juste équilibre est la clé de la victoire à Sankt Petersburg : une victoire qui a beaucoup de saveur !

Avant de s'étendre sur les qualités du jeu, passons donc en revue les reproches qui lui sont portés ?

* trop de hasard (cartes qui font gagner)
On considère souvent que le tirage des cartes a une forte importance et notamment que certains bâtiments et nobles favorisent ceux qui parviennent à les obtenir. En tête de liste viennent la Hofmeisterin et l'Observatoire.
On ne peut nier que Sankt Petersburg incorpore une part de chance mais néanmoins il sera rare de voir un débutant vaincre un joueur expérimenté : il y a de nombreux choix et calculs à mener indépendamment de la part de hasard. De ce fait, je ne trouve pas personnellement que ce hasard soit gênant et je le trouve plutôt salutaire pour le rythme du jeu. Quant aux cartes spéciales, il est vrai qu'elles aident mais à quelques exceptions près (peut-être la prise du noble à 18 au premier tour), elles peuvent être contrebalancées et ne garantissent nullement la victoire.

* l'avance d'un premier joueur bien parti ne fait que s'accentuer en cours de jeu
C'est un commentaire assez juste : il faut être dans le flux du jeu, c'est-à-dire avoir de l'argent pour faire ses achats mais juste ce dont on n'a besoin et investir le reste... Lorsqu'on rate une marche, on tend à en rater une suivante et ainsi accumuler du retard, difficile à compenser en fin de partie. Reste qu'entre joueurs habitués (et il ne faut pas 10 parties pour l'être), le jeu devient tendu et prenant et cet effet "débutant" est relativement gommé.

* une stratégie unique (nobles) permet d'accéder systématiquement à la victoire
C'est totalement exagéré. La stratégie noble génère beaucoup de points pour ceux qui la tentent mais elle est une maîtresse infidèle. La stratégie bâtiment est plus solide et tout aussi efficace... Sans doute est-elle plus difficile à mettre en oeuvre notamment car elle demande de maîtriser la durée du jeu. Bien sûr, lorsqu'on parle de stratégie bâtiment, celle-ci implique également quelques nobles... Difficile de faire sans quelques specimens (et vice versa pour la stratégie noble).

* chacun joue dans son coin / peu interactif
C'est encore un commentaire valide. Cependant, plus on maîtrise le jeu et plus on joue à la marge sur l'interaction entre les joueurs en poussant ses adversaires à la faute où en créant des circonstances délicates. Il y a de quoi faire en somme mais personne ne viendra détruire totalement votre édifice patiemment constitué... J'avoue que je ne suis personnellement pas insensible au côté "individuel" de ce jeu à plusieurs.

Sankt Petersburg, c'est véritablement le plaisir du jeu de gestion avec beaucoup de fluidité et de rythme. Une partie de Sankt Petersburg, c'est 45 mn dense de plaisir ludique avec ce qu'il faut de chance et pourtant un effet d'expérience appréciable (plus l'on joue, mieux on sait jouer... Et donc, meilleurs sont ses résultats).
Personnellement, je suis conquis et c'est un jeu qui trouve tout naturellement et très régulièrement sa place sur la table du salon.

 
  • Grande fluidité et durée de jeu maîtrisée
  • Un côté "réussite" qui déplaira à certains mais me plairait plutôt
  • L'équilibre réussi du calcul et du jeu à l'instinct
  • Le plaisir d'être dans le flux du jeu
  • Des illustrations naïves originales
 
  • Les coups du sort, parfois
2 commentairesMasquer