Thème du jeu


Les deux joueurs sont des chercheurs d’or. Un cherche dans les montagnes, et l'autre dans les rivières. Si tout l'or d'une région de prospection d'une montagne ou d'une rivière est trouvé, le joueur peut récupérer le butin. Mais notez que chaque région de prospection fait à la fois partie d'une montagne et d'une rivière. Ainsi le joueur qui trouve l'or en premier peut bloquer son adversaire.
 

L'avis de Grunt

7- De 3 à 5 parties jouées - 28 août 2007
 
Très Bon
  preview

Il y a des jeux qui restent dans les armoires injustement: j'ai boudé Chinagold tout simplement parce que j'ai beaucoup de mal avec les jeux abstraits.

Conclusion: il fait partie de ces rares jeux abstraits qui m'intéressent à la fois parce les choix ne sont pas forcément triviaux mais sans pour autant avoir une barrière à l'entrée trop haute.

Déjà le coté asymétrique me plait: un joueur joue les montagnes (zones marrons), un autre les rivières (lignes bleus tordus). Au fur et à mesure du jeu, on retourne des alignements de pépites d'or. Quand on finit une zone de montagne, on donne les pépites au joueur montagne; quand on finit une rivière, on donne au joueur rivière; en cas de simultanéité, c'est le joueur qui joue le coup qui se sert d'abord. Tout est dit.

Et ouvrir des alignements sans trop aider l'adversaire est assez subtil: on ne veut pas qu'il soit en mesure grâce à un coup de récupérer des pépites, et on va essayer d'isoler plusieurs de ses pions avec nos propres alignements.

Le hasard est à la fois bon et mauvais: on peut parier que tel joueur ne fera pas ce tirage et débloquer une situation. Mais en même temps certains coups ne se concrétisent pas du fait d'un mauvais tirage alors qu'il était savamment pensé. L'action de retourner un pion reste la solution si le tirage ne nous convient pas et est souvent négligé au début.
Le hasard est frustrant mais c'est aussi ce qui fait que le jeu n'est pas que cérébral.

Seul la fin très "jeu de nim" ne me convainc que moyennement: cela s'anticipe mais ça me casse trop la tête de le faire.

 
  • Un jeu asymétrique
  • L'action de retourner un pion (bouée de sauvetage en cas de mauvais tirage)
  • La simplicité des règles
 
  • Une fin de partie souvent binaire
  • Le hasard parfois
7 commentairesMasquer

7 commentaires

  1. Frédéric 11:12 02.09.2007

    Merci pour ton avis. Une petite question : qu'est-ce qu'un fin "jeu de Nim" ?

  2. Grunt 08:49 03.09.2007

    Déjà, ce que j'entend par une fin "jeu de Nim" (et probablement en déformant le sens premier) est une forme de duel où il faut avoir complètement anticipé la fin pour gagner sur les derniers coups (et qu'entre temps ce ne sera qu'une série de coups qui tendent vers cette fin en mettant la pression à l'adversaire): hors mes quelques parties de Chinagold se sont révélés brutales à la fin du fait que quelquesoit les choix dans la dernière phase du jeu, on cède à l'adversaire (ou l'inverse) la plupart des lots restants. Sans cette dernière partie (à partir du moment où on retourne 1 ou 2 pions en or), je trouve que Chinagold est un fin jeux de Nim tactique, puisqu'on passe son temps à faire des tentatives de cloture de zones, donnant une urgence à l'adversaire de réagir (avec d'ailleurs cette subtile action de remplacement "cacher un pion or" en cas de mauvais tirage), sans pour autant être fortement calculatoire dans le déroulement du jeu. Je ne sais pas si on peut le classifier de tel mais Pente est aussi pour moi un fin jeu de Nim où il faudra forcer petit à petit les coups des autres pour nous avantager.

  3. Frédéric 20:01 03.09.2007

    Je ne pige pas tout à fait. Peux-tu donner d'autres exemples de jeu contemporains que tu estimes être des jeux de Nim. Je ne vois pas très bien ce qu'est un jeu de Nim. C'est un jeu abstrait ?

  4. LudiGaume 20:04 03.09.2007

    Personnellement, je n'ai pas suivi non plus. C'est quoi une fin "Jeu de Nim", quel rapport avec Nicolas ?

  5. Frédéric 20:07 03.09.2007

    Je crois que c'est un truc abstrait pour les matheux, rien à voir avec Nicolas. Pour le reste, je suis dans le cake...ben oui, c'est pour les matheux.

  6. Stéphan 20:39 03.09.2007

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeux_de_Nim

    effectivement des jeux abstraits ou la victoire se construit par attrition et opposition.

    Chaque coup est une position intermédiaire qui permet de se rapprocher petit à petit de la victoire, il n'y pas de grandes envolées gagnantes.

    C'est du moins ce que mon intuition traduit ...

  7. Grunt 09:00 04.09.2007

    L'exemple le plus classique d'un jeu de Nim (en effet rien à voir avec Nicolas est le jeu des allumettes où on prend un stock de X allumettes: chacun son tour un joueur en prend 1, 2 ou 3, le gagnant est le dernier à pouvoir jouer (ou si tu préfères à prendre la dernière allumette). On sait assez tôt qui a gagné en fonction des premières actions.
    De même pour Chinagold, on peut prévoir pas mal en amont cette fin de partie où en gros on saura qui gagnera en calculant (puisqu'à la fin la règle dit explicitement on retourne soit 1 jeton en or soit 2, donc toujours en avançant vers une fin de partie: c'est clairement pour cette partie, assez courte, le jeu des allumettes). Or ce qui me plait dans Chinagold est le principe tactique (mettre une certaine pression, casser ou séparer des alignements) alors que cette dernière partie est stratégique (si on se donne la peine de calculer ce que je n'aime pas faire dans ce type de jeu, ça me dépasse).

    Enfin bon d'avoir utilisé ce terme me parait au final contre productif... désolé!

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension