TinyButStrong Error in field [var.id_critique...]: the key 'id_critique' does not exist or is not set in VarRef. (VarRef seems refers to $GLOBALS) This message can be cancelled using parameter 'noerr'.
LudiGaume : Articles

Edito de janvier 2007 - Du graphisme des jeux

Pour celui qui ne connait pas les jeux modernes mais qui ne fait que les regarder, il me semble raisonnable qu'il pense que ce n'est pas un loisir d'adultes. Voici quelques exemples de jeux trouvables en boutique actuellement :

Mr. Jack
Fairy Tale - Ubik
Space Dealer
Blue Moon City - Ext. 1
Taluva
Chinagold
Fiji
Monstermaler
Graenaland
That\'s Life ! - Verflixxt Nochmal ! - Ext. 1.
Yspahan
Hermagor




























Cet échantillon est complétement aléatoire : j'ai juste pris les 12 dernières fiches saisies sur Ludigaume. Que remarque-t-on ?

Tout d'abord, il n'y a que des dessins : pas une seule photographie.
Ensuite, tous ces dessins sont naïfs dans le sens où ils représentent tous quelques choses.
Pour la plupart, leur style est proche de celui de la bande dessinée européenne.
Ils sont trés colorés, trés souvent avec des couleurs vives.
Ils illustrent en grande majorité une thématique imaginaire, peu illustrent une thématique historique ou contemporain.

Il existe bel et bien des jeux aux graphismes proches de l'univers des adultes. Néanmoins, il faut vraiment chercher pour trouver ces boites aux couvertures abstraites, avec une photographie ou reprenant un style graphique appartenant aujourd'hui à l'histoire de l'art. Voici quelques exemples (il n'est guère possible de tout mettre ici) :

Il Principe (Amigo)
GIPF
Einfach Genial
Augsburg 1520
Black Elephant
Bunker Poker
Feudo
Troia
Tayü






















On trouve surtout des jeux abstraits et quelques jeux à "l'allemande" au thème historique, dont par exemple quelques jeux de la collection Alea.

Les joueurs adultes ne cessent de clamer que le jeu de société est bien trop perçu comme une activité d'enfants ou d'adolescents. Le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont peu soutenus par des éditeurs qui restent persuadés qu'ils s'adressent aux enfants où à l'âme d'enfant des plus agés.
Par Xavo - 1 janvier 2007

12 commentaires

  1. Rody 12:40 29.12.2006

    Tu écris :
    Pour la plupart [de ces dessins], leur style est proche de celui de la bande dessinée européenne.

    Puis, plus loin :
    Il existe bel et bien des jeux aux graphismes proches de l'univers des adultes.

    Je ne comprends pas bien ce que tu sous-entends : que l'univers des adultes est obligatoirement réaliste et/ou tristounet ? Que les BD sont à réserver "aux enfants où à l'âme d'enfant des plus agés" ? Un peu terre à terre comme vision, non ?

  2. XavO 13:58 29.12.2006

    Tu poses plusieurs questions sur ce que je dis et sans attendre les réponses, tu qualifies ma "vision" de "terre-à-terre". Ta démarche est curieuse.

    Dans la première partie que tu cites, je ne fais que décrire ce que je vois pour montrer que cela me semble assez uniforme et proche de l'univers des enfants et des ados.

    Note que je parle de style "proche" de celui de la BD européenne. Je ne parle pas de la BD européenne. J'avoue que cette description n'a pas beaucoup de sens tant la BD européenne est variée. J'avais en tête les Aquablue, Lanfeust, Epées de Crystal... quand j'ai écris cela. J'aurais du l'expliciter : voilà qui est fait !

    Dans la seconde partie que tu cites, j'ouvre sur d'autres univers graphiques présents dans le jeu. Je n'exclus pas les premiers, mais je dis simplement que les seconds, qui ne sont pas destinés au enfants sont rares.

    Je ne dis pas qu'il n'y a pas de BD pour adultes, ni que tous les jeux doivent être réalistes et tristounets, ni que les adultes n'ont pas le droit de toucher à des objets qui ont un graphisme destiné aux enfants et enfin je ne parle jamais de réalisme !

    Note que les graphistes ne sont pas obligés de recourir systématiquement à des dessins bourrés jusqu'à l'os de couleurs vives pour ne pas être tristounet. De plus, l'univers graphique d'un jeu n'a pas vocation à ne pas être tristounet mais à nous plonger dans l'ambiance du jeu.

    Je ne sous-entend donc rien. Je dis simplement que ce qui est majoritairement proposé ne fait pas spontanément pensé à une activité, fut-elle amusante, adulte, mais plutôt à une activité d'enfants et d'ados. C'est certe un constat assez flou, car je ne me suis pas amusé à classer les genres graphiques et à compter les boites de jeux appartenant à chacun. Néanmois, cela n'a rien à voir avec la caricature que tu fais de ce que je dis !

  3. Rody 16:18 29.12.2006

    Merci pour ces précisions (qui manquaient à l'édito, je pense), même si je ne comprends absolument pas cette phrase :
    "Je dis simplement que ce qui est majoritairement proposé ne fait pas spontanément penser à une activité, fut-elle amusante, adulte, mais plutôt à une activité d'enfants et d'ados."

    Elle TE font penser à ça.
    Soit.
    Perso, ça ne m'était jamais venu à l'idée (et pourtant, des BD de tous genres, j'en lis tous les temps).

    Mais toi qui es une personne très accès (trop à mes yeux ) sur la sémantique et la façon dont on présente ou dit des choses, tu prêtes de curieuses intentions aux éditeurs (cf. le dernier paragraphe de l'édito) et tu généralises un peu beaucoup.
    Enfin, je trouve...

  4. Philippe Beaudoin 17:22 29.12.2006

    Pour une excellente discussion sur le sujet, malheureusement en anglais, il faut lire les textes de Mike Doyle. En particulier celui-ci.

    On est d'accord avec lui ou non, mais il reste que ma collection de jeu me fait penser à la section "littérature fantastique" de ma librairie anglophone préférée: plein de couvertures "embossed" avec des encres dorées et de drôles de bibittes, ou alors des rois stylisés qui posent toujours avec l'hermine et la couronne.

    Mais dans cette libriairie, il existe aussi un paquet d'autres rayons présentant des livres aux couvertures plus sobres, plus graphiques. Austère? Pas nécessairement! Disons qu'elles sont un peu moins au premier degré, souvnent un peu plus recherchées.

    S'il y en a pour tous les goûts en littérature, pourquoi pas dans les jeux de société?

  5. Xavo 18:19 29.12.2006

    Rody : ceci est un édito.

    C'est évidemment mon avis, c'est évidemment subjectif et c'est évidemment un point de vue particulier, assez souvent poussé jusque dans ses retranchements, jusqu'à dire parfois de grosses bétises !

    Le but est de se poser des questions, de titiller, d'adopter un angle de vue différent ou de prendre du recul. Il sert à tout sauf à se conforter dans ses certitudes.

    Pour pousser le bouchon encore plus loin : c'est parce que ce point de vue ne t'était jamais venu à l'idée que l'édito a une raison d'être.

    Je sais trés bien que ce n'est pas les intentions de éditeurs. Mais des intentions aux actions, il y a souvent une distance. C'est de cela que je parle dans le dernier paragraphe.

    Je n'ai pensé que cette après-midi à cet exemple. Regarde les affiches de cinema du Sda et les pochettes de DVD. Ensuite, regarde les boites de tous les jeux récents issus du film. Le traitement est différent : cela saute aux yeux.

  6. Rody 19:10 29.12.2006

    Tu l'auras compris, ce qui m'a géné c'est la comparaison avec la BD que tu qualifies indirectement d'enfantine. Ca me gêne parce que c'est faux : le dessin pour raconter des histoires existait bien avant l'écriture, et n'est absolument pas enfantin en soit.
    Tu voulais certes pointer le contraste entre le dessin (au sens illustration travaillée) et le montage photo, mais tu n'avais nul besoin pour ça de traiter faussement le premier d'enfantin, et encore moins de faire une analogie (que je trouve personnellement curieuse, car pas naturelle à mes yeux) avec la bande dessinée.

    Concernant la différence entre les jaquettes de DVD et les boîtes de jeux : les premières sont en rapport avec la photo, les autres... non. Aucune raison qu'elles puissent être comparées dans leur conception, si ce n'est qu'elles doivent "parler" à l'acheteur.
    Sinon, on va se mettre à parler et à comparer tout ça avec des jaquettes de jeux vidéo (qui sont soit des images issues de cinématiques incroyables, donc proches du cinéma, soit des dessins traditionnels) ou des étiquettes de boîtes de petits poids.

    Un éditorial n'a pas forcément pour vocation d'être provocateur. Tout ce que tu as dit pouvait être énoncé comme simple constat et tu pouvais finir par demander ce qui poussait les éditeurs à utiliser tel ou tel moyen pour leurs boîtes de jeux.

  7. Xavo 19:16 29.12.2006

    Philippe :

    Merci pour le lien. L'article est trés interessant.

  8. XavO 19:42 29.12.2006

    Rody : je ne qualifie pas indirectement la BD d'infantine. Je l'ai déjà dit. Je n'ai jamais voulu pointer le contraste entre le dessin et la photo. Je parle de styles graphiques. Tu caricatures tout.
    Ne vois-tu pas de différence entre plusieurs styles de dessins et pas seulement entre photo et dessins ? Ce que représentent ces dessins ne te semble-il pas plutôt à destination d'un public ? Tu n'as pas remarqué que les produits à destination des enfants et des ados ont des styles graphiques différents de ceux à destination unique des adultes ?

    Concernant les jaquettes, tu n'as pas bien regardé. Les éditions longues de SdA en DVD ne sont pas des photos. La présentation est luxueuse et trés soignée. Il n'y a pas de photo sur la boite et uniquement des représentations monochromes dans les boitiers. Tu as raison, les couvertures doivent parler à l'acheteur. Dans le cas des jeux, les Kosmos et LGDA, on a le droit a des dessins que je trouve naifs et kitsch.

    Concernant le fait qu'un édito n'est pas vocation à la provocation : je suis d'accord avec toi et la preuve est que je ne pratique pas cela systématiquement et en tout cas pas ici.

    J'ai réalisé un constat dans un premier temps. Que tu le prennes autrement ne m'étonne pas vu les caricatures que tu réalises de ce que j'ai écris. Quand à la pique finale aux éditeurs : je l'assume pleinement et je pense que c'est ce qu'il y a de plus juste dans cet édito. Je peux me tromper mais ce n'est pas de la provoc.

    Quand je vois ce que Asmodée a fait de Can't Stop ou Korsar ou quand je vois les couvertures de boites de DOW, de FFG, Jumbo... je trouve cela affligeant. J'ai l'impression qu'ils me prennent pour un débile (ou un enfant. Oui, ça, c'est de la provoc ).
    Cela ne m'empêche pas de reconnaitre le travail de Goldsieber (par exemple sur Wongar) ou celui de 2F (au style unique), voire celui de Splotter (même s'il est moins réussi) et bien d'autres. Mais je ne trouve pas que cette démarche soit majoritaire.

  9. nim 10:52 01.01.2007

    Il existe bel et bien des jeux aux graphismes proches de l'univers des adultes. Néanmoins, il faut vraiment chercher pour trouver ces boites aux couvertures abstraites, avec une photographie ou reprenant un style graphique appartenant aujourd'hui à l'histoire de l'art.>>

    Les joueurs adultes ne cessent de clamer que le jeu de société est bien trop perçu comme une activité d'enfants ou d'adolescents. Le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont peu soutenus par des éditeurs qui restent persuadés qu'ils s'adressent aux enfants où à l'âme d'enfant des plus agés.

    Impossible de ne pas comprendre, d'après l'édito, qu'une couverture adulte doit être abstraite, ou photographique, ou relatant de l'histoire de l'Art (il n'est pas dit quand une image rentre dans l'histoire de l'Art, d'ailleurs). Tout comme Rody (ou du moins, c'est ce que je pense avoir compris), je suis en désaccord avec l'édito, mais le débat est intéressant (sans compter que ça n'enlève rien à ton droit de l'avoir rédigé, puisque tu es ici "chez toi").

    Il y a une partie qui n'est pas couverte et qui mériterait aussi réflexion. La plupart des jeux "pour adultes" sont accessibles à partir de 8, 10 ou 12 ans. Par exemple, j'ai joué en famille à Yspahan, et nous avons tous adoré. Avec sa couverture très heu... sobre, le jeu n'attire pas du tout les enfants-ados, ce qui est dommage aussi, si l'on y réfléchit bien.

    Et bonne année 2007!

  10. XavO 11:30 01.01.2007

    "Impossible de ne pas comprendre, d'après l'édito, qu'une couverture adulte doit être abstraite, ou photographique, ou relatant de l'histoire de l'Art"

    Effectivement, cela peut se comprendre ainsi. L'idée sous-jacente était d'éviter de parler du dessin et d'aller vers des graphismes qui sonnent vraiment adultes, des extrêmes. Il est parfois difficile de trancher entre du dessin pour enfant ou du dessin pour adulte. Cela ne veut pas dire que je ne pense pas qu'il n'y a pas de dessins pour les adultes : cela me semble tellement évident.

    En tout cas c'est une excellente remarque que celle de l'âge minimum des jeux !

  11. XavO 11:35 01.01.2007

    Je ne le dis pas, mais il est clair pour moi que je n'est pas été clair du tout.

  12. Vinciane 23:06 02.01.2007

    la phrase ci-dessus est du XavO "sang pour sang" pur jus... j'adore.

    Sinon, c'est vrai que l'imagerie ou icônographie des jeux reste majoritairement "enfantine" ou axée sur l'imaginaire (ce qui est bien différent d'enfantin). Bien que je ne peux qu'admettre que la couverture de Wongar (2 ans que je l'ai et je n'y ai toujours pas joué...) me plaît il ne faut pas oublier que même en tant qu'adulte on recherche intialement dans le jeu un plaisir "simple" (dans le sens facile d'accès et souvent immédiat) qui est souvent associé à une représentation colorée et concrète. Et bien plus tard, on passe aux "gros jeux" (qui ne sont pas forcément plus "adulte" que les précédents) à moins de n'avoir que ça en rayon ou tomber sur une bande de geeks. Les seuls jeux qui s'adressent de base à un public adulte sont des jeux qui sortent par exemple chez Gicamic, là on vend un beau produit (importance de l'estéthique) pour un adulte (qui doit faire appel à son intellect) qui ne sera pas associé à une activité enfantine car abstraite.

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension