Thème du jeu


Dans Horreur à Arkham, une créature terrible d'au delà du temps et de l'espace commence à se réveiller, excitée par les portails dimensionnels qui s’ouvrent partout en ville. Les joueurs doivent joindre leurs forces pour fermer tous les portails avant que ce Grand Ancien soit réveillé. Si le Grand Ancien bat les joueurs, tout Arkham est condamné. Les joueurs doivent travailler ensemble comme une équipe d'investigateurs pour fermer tous les portails dimensionnels, les sceller d'une façon permanente, ou si cela échoue, battre le Grand Ancien quand il sortira de son sommeil.

Dans le jeu, les investigateurs explorent la ville, visitent des lieux, rencontrent des gens et des créatures à la fois normales et extraordinaires. A travers ces aventures, les investigateurs espèrent trouver les indices et les ressources nécessaires pour confronter et finalement contrecarrer la menace du Mythe. Dès le début du jeu, les investigateurs cherchent à éviter de plus en plus de monstres puissants pendant qu’ils se déplacent dans la ville pour rassembler les armes, les sorts, les indices et les autres artefacts dont ils auront besoin. Plus tard, les investigateurs tentent de fermer quelques portails et scellent les plus actifs. Finalement, une fois que plusieurs portails auront été scellés et que les investigateurs auront acquis des armes valables, des sorts, des indices, et des alliés, ils feront un dernier assaut désespéré contre le Mythe, pour tenter de fermer ou de sceller les derniers portails. Soit ils réussissent et le monde survit, soit ils échouent et le Grand Ancien se réveille pour le combat crucial.

Soyez prévenus : Si le Grand Ancien se réveille, les investigateurs devront mener le combat de leurs vies !

 

Premières Impressions de LudiGaume

De 1 à 2 parties jouées - 22 février 2010
 
Peu Captivant
  preview
Avertissement sur ses notations

Mon avis après un début de partie ne rejoint pas celui de Frédéric.

On aime les belles mécaniques, les grosses mécaniques en Gaume mais cette fois-ci la clé pour allumer le moteur n'a pas fonctionné. La règle est une montagne inabordable. Quand on voit le résumé disponible sur le Web qui vous fournit des algorithmes avec "Si alors" non c'est pas un bon signe.

Malgré que l'un de nous se soit plongé dans les méandres des règles plusieurs jours avant, les premiers tours furent laborieux et très peu enthousiasment. Pénibles même.

Immersif ? Non, ce fut plus une noyade.

Voici un jeu qui ne restera pas en Gaume, c'est clair, et qui, j'en suis convaincu, à son public. Il suffit de voir le nombre d'extension publiée.

Nous on passe notre chemin et continuerons de garder Le Seigneur des Anneaux du Docteur Knizia comme modèle en jeu de coopération.

Franchement, testez avant d'acquérir.

 
  • Matériel abondant
  • Coopératif
 
  • Règle inabordable
  • Les algorithmes pour expliquer le jeu
  • Pas passionnant
  • Pour public très averti
Aucun commentaireMasquer
 

Premières Impressions de Frédéric

De 1 à 2 parties jouées - 31 mars 2008
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Après une seule partie à 4 joueurs, je peux dire qu'Horreur à Arkham ne m'a certainement pas laissé indifférent, loin de là. UBIK a eu le mérite d'éditer, en français, un jeu coopératif de type clairement "américain" : longue durée de jeu, règles touffues, matériel abondant et thème très fort.

Soyons clair d'entrée de jeu, Horreur à Arkham est un jeu destiné à un public de joueurs assez ciblé : celui des joueurs qui aiment se plonger dans des règles abondantes, pour une partie de plusieurs heures et qui ne sont pas nécessairement allergiques aux jets de dés.

Commençons dans l'ordre, d'abord le matériel de jeu. En mains, la boîte est du genre poids lourd. Une belle grosse boîte avec un plateau de jeu très grand, un très grand nombre de cartes (des petites et des grandes), des pions en quantité impressionnante, le tout orné de très belles illustrations et réalisé dans un matériel de qualité irréprochable, sauf peut-être les socles pour les fiches de personnage qui rendent celles-ci difficiles à insérer (un petit truc : ouvrez d'abord les socles avec une cuillère à soupe pour pouvoir y insérer les fiches de personnage en carton).

Ensuite, la règle de jeu. Je l'ai trouvée vraiment difficile d'accès. Les règles sont tellement touffues et parsemées de petites exceptions que le tout est d'un aspect assez indigeste. Cependant, si vous vous faites expliquer le jeu par une personne qui le connaît déjà (ce qui fut mon cas), la relecture de la règle rendra celle-ci bien plus accessible. En fait, les mécanismes de jeu sont assez logiques et pas trop difficilement assimilables. La complexité de la règle et les différents cas de figure qui surgiront en cours de partie seront de nature à vous obliger à vous replonger dans celle-ci tout au long de la partie. Cet aspect me paraît un peu dérangeant, mais j'ai l'impression qu'après quelques parties ce problème doit disparaître. Quoiqu'il en soit, Horreur à Arkham est un jeu qui doit s'apprivoiser.

Le système de jeu est assez original, même s'il existe d'autres types de jeu de coopération. Horreur à Arkham peut être considéré comme un jeu de coopération d'un niveau assez complexe. Les joueurs jouent ensemble contre le jeu qui évolue au gré d'évènements qui sont piochés aléatoirement par eux et qui dépendent aussi de leurs choix et des résultats de divers jets de dés. Horreur à Arkham est assez peu stratégique dans la mesure où vous ne pouvez pas, par vos choix, totalement diriger le jeu : les résultats des très nombreux jets de dés et la survenance assez aléatoire de divers évènements empêchent les joueurs de planifier une quelconque stratégie à long terme.

Le hasard lié aux jets de dés se révèlera parfois assez frustrant. C'est, je crois, la raison pour laquelle il ne faut pas prendre ce jeu pour ce qu'il n'est pas. Il n'est certainement pas un jeu de gestion, mais plutôt un jeu d'ambiance et d'adaptation aux circonstances. Le jeu joue contre vous et vous ne pouvez pas vraiment anticiper vos actions d'un tour à l'autre.

Côté ambiance, c'est un régal pour peu que vous jouiez votre rôle et que vous vous plongiez dans l'ambiance très sombre de l'oeuvre de Lovecraft, faite de démons, de magie, d'angoisse et de peur. Horreur à Arkham ne devrait pas décevoir les joueurs de jeux de rôle, il a un côté "jeu de rôle sur plateau" : on discute entre joueurs, on craint pour son personnage, on fait des rencontre, on trouve des objets, on combat des monstres et on évolue dans un scénario, dans une aventure.

Il va sans dire qu'avec un jeu comme celui-là, on est en présence d'un jeu à thème très fort : on est plongé dans une aventure. Les mécanismes de jeu s'inspirent du thème au point de ne faire qu'un avec celui-ci, ce que j'apprécie particulièrement dans un jeu de société.

L'interaction entre les joueurs est très grande, et est même nécessaire si l'on veut triompher. Il ne sert à rien de joueur seul dans son coin, dès lors que les joueurs gagnent ou perdent ensemble.

Horreur à Arkham a été une très bonne découverte pour moi. Il demande toutefois à être réessayé pour pouvoir cerner au mieux toutes ses potentialités qui sont, à premières vues, assez grandes.

 
  • Jeu coopératif
  • Jeu "longue durée"
  • Thème très fort et très bien rendu
  • Matériel somptueux
  • Ambiance
 
  • Règles difficile d'accès
  • Pour un public "ciblé"
Aucun commentaireMasquer