Thème du jeu


Jeu de plis abstrait de la famille des jeux de défausse.
 

L'avis de Damien

Plus de 10 parties jouées - 27 juin 2012
 
Indispensable
  preview

Toujours la même histoire. Les jeux de cartes abstraits, fussent-ils excellents, sont systématiquement délaissés au profit de ceux qui affichent un vague thème, accompagné d'un plateau et de matériel à foison. Ainsi, il est quelque peu rageant de voir qu'une perle comme Haggis puisse être à ce point sous-estimée dans les cercles de joueurs et les sites habitués. Peu d'avis, peu d'enthousiasme sur Tric Trac; pas de fiche ici, des critiques polies, discrètes ou inexistantes partout ailleurs. Il y a, bien sûr, de nombreux éléments avec lesquels je suis d'accord dans les reproches qui lui sont adressé (l'incongruité du thème, le ratage esthétique, la relative complexité), d'autres qui m'étonnent plus (la longueur, le fait qu'il soit plus complexe que Tichu). Et, dans le fond, je comprend la place qui lui est réservée: elle est en accord avec la perception qu'ont généralement les amateurs de jeu de plateau. Tout le monde ne peut aimer les jeux de cartes, j'en conviens, et il est peu probable qu'un produit comme Haggis ait le potentiel, de nos jours, pour devenir un hit incontestable. Mais, ce qui me dérange, surtout, c'est que le faible nombre de réactions qu'il a suscité pourrait laisser penser à un jeu anecdotique comme il y en a tant.

Et pourtant, au risque de choquer, ou de me décridibiliser complètement, je trouve qu'il y a là, sans doute plus d'inventivité et de modernité que dans bien des sorties récentes. Quand bien même s'agit-il au départ d'une variante qui a évoluée de manière autonome, il apporte beaucoup au genre dans lequel il s'inscrit. D'ailleurs, il me semble qu'il fait bien plus date dans son domaine que des jeux sur-buzzés tels que... (remplissez les blancs) Il parvient en effet à s'inscrire et à se différencier dans un genre (les jeux de défausse) qui semblait pouvoir laisser peu de place à d'autres succès importants. Le pari était risqué; l'auteur n'a pas choisi la facilité. Qui plus est, Haggis vient apporter dans la discipline quelque chose de radicalement nouveau, qui n'avait pas été tenté jusqu'alors, et qu'on aurait pu considérer comme impossible: à savoir une version à deux joueurs, profonde, tactique, élégante et équilibrée, de ce type de jeu. Ce qui n'est pas rien.

Dans les notes de conception, l'auteur affirme qu'il est parti au départ de l'idée d'aménager le Tichu pour pouvoir jouer à deux. On retrouvera donc ici de nombreux éléments qui trahissent cette origine. Les amateurs seront donc en terrain relativement connu, à l'aise, dans la pratique comme dans la lecture de cet avis. Sans rentrer dans les détails du fonctionnement propre à ce type de jeu ( voir pour ça la critique de Tichu sur le même site, ou les nombreux avis consacrés au gang of four ), on peut toutefois pointer ce que Haggis apporte en plus. Premièrement, comme dit plus haut, le plaisir de jouer aux cartes à deux, ce qui est une chose assez rare. C'est vraiment très intéressant. Autre ajout d'importance, les figures du valet, du roi et de la reine, données d'emblée aux deux joueurs, peuvent à la fois servir de joker dans une combinaison (comme le Phoenix du Tichu, sauf qu'ils sont trois), constituer les plus fortes cartes individuelles (à l'image de la série Phoenix vert, Phoenix jaune, Dragon du Gang of Four) ou devenir des bombes. Les "bombes" qui sont des combinaisons de cartes ayant une fonction similaire à la "coupe" dans les jeux de plis, à la différence près qu'on donne tout à l'adversaire, atout et prise.

L'usage des figures demande donc une certaine habitude. Là, il n'y a plus de hasard lié à la distribution: c'est une donnée connue d'avance. Elles procurent à la fois une grande liberté, de nombreuses possibilités, et en même temps sont à user avec parcimonie. Tant qu'elle ne sont pas tombées, on reste à la merci d'une bombe. Le dilemme est donc de ne pas les utiliser trop tôt, pour ne pas se découvrir, mais pas trop tard non plus, car si elles nous restent en main quand l'autre a joué toutes ses cartes, elles vont lui rapporter des points. Pour compliquer les choses, il est possible également de constituer, plus classiquement, des bombes supplémentaires si l'on possède les 3/5/7/9 de couleur identique ou de quatre couleurs différentes. Pour le reste, on retrouvera ici, avec grand plaisir, tous les classiques du genre: les combinaisons, les bombes, les paris, les points-seuils, mais dans un ensemble possédant vraiment son identité et sa dynamique propre. Et le Haggis dans tout ça ? En fait, il désigne un écart fait au début de la manche qui reviendra au vainqueur en plus des 5 points par cartes restant en main de l'adversaire, auquels s’additionnent les valeurs faciales des cartes à point (cartes impaires et figures exclusivement).

Les parties sont relativement courtes, mais très tendues. Que l'on cherche à minimiser les effets d'une mauvaise main en se débarrassant de ses cartes, ou qu'on cherche à la potentialiser en tentant un paris, la pratique est haletante. Celles qui vont en 350 points s'avèrent largement plus subtiles que la version en 250 points ( je les déconseille, tout comme les parties à trois joueurs, qui semblent plus anecdotiques et dénaturent le jeu.) Pour se faire une idée, le site Boardgamearena propose une version très réussie qui ordonne vos cartes et souligne les bombes "arc en ciel" ou "unie", ce qui est bien pratique. En effet, les couleurs des cartes ne sont pas toujours très faciles à distinguer. Dans sa version en ligne ou réeelle, c'est clairement un hit pour moi. Les seuls bémols concernent le style qui n'est pas des plus agréables, et le fait qu'il n'est pas évident de trouver des joueurs motivés. Et encore, c'est quelque chose qu'on oublie vite. Un indispensable pour les vacances.

P.S. Contrairement à ce que mes avis successifs pourraient laisser penser, je ne suis pas spécialisé dans les trucs moisis. J'ai pratiqué des jeux de 2012, même des trucs qui sont pas encore sortis dans le commerce. Mais, pour l'instant, depuis Eclipse en fait, aucun ne m'a véritablement enthousiasmé au point d'en faire un avis. De là à en déduire que c'est une année sans, il n'y a qu'un pas. Reste à voir ce que va donner Essen 2012.

 
  • La possibilité de jouer à deux
  • La richesse des parties
 
  • Le style des cartes
  • Ce nom... Ce Thème...
Aucun commentaireMasquer