Thème du jeu


1864, en pleine conquête de l'Ouest Américain. Quelques villes émergent, il faudra que A.Lincoln n'en choisisse qu'une.

Dans Western Town chaque joueur possède sa propre ville. Son but est de terminer "Ville la plus prometteuse de l'Ouest".
A vous de développer votre cité, y construire les bâtiments propices à attirer les colons partis à la conquête de l'Ouest..
Vous devrez faire preuve de ruse et de tactique pour démarquer votre ville face à vos adversaire, et gérer au mieux les possibles attaques du campement indien.

Vos actions possibles dans Western Town sont déterminées par les bâtiments construits dans votre ville.
Il faudra décider quels bâtiments vous voulez utiliser ce tour-ci... tout en gardant en main des bâtiments que les autres joueurs seront susceptibles de jouer.. dur dilemme.

Si vous êtes le seul à jouer un bâtiment, bravo ! Votre ville, de par son originalité attire les colons.
Si par contre, un adversaire contre votre jeu en révélant le même bâtiment, il vous empêche de mettre en avant votre ville et il développera la sienne un peu plus !

Western Town est un jeu de gestion couplé à de fortes interactions entre joueurs, vous ne pouvez pas gagner en jouant dans votre coin et devez vous appuyer sur vos adversaires.
 

L'avis de Deepdelver

De 6 à 10 parties jouées - 9 décembre 2013
 
Indispensable
  preview

Ce fut mon premier (et à ce jour, le seul) jeu pledgé, c'est-à-dire que j'ai participé à son financement. Ce qui m'a fait craquer, c'est le système très ingénieux d'utilisation des cartes :
- soit on les joue, et on a un pouvoir fort (la carte reste devant soi)
-soit on l'exploite; le gain est plus faible, mais cela fait retourner face cachée la même carte chez un de nos voisins, lui empêchant d'avoir son gain en fin de tour.

Cette double utilisation des cartes n'est pas facile à appréhender lors des premières parties, mais ensuite quel bonheur ! Faut-il se démarquer en construisant des bâtiments différents de mes adversaires, ou au contraire suivre le mouvement pour pouvoir exploiter ?

Ajoutez à cela le plateau individuel de chaque joueur et les emplacements offrant divers avantages (augmenter sa main de cartes ? avoir des gains immédiats ?), ainsi que la carte Lincoln de chaque manche (qui indique la catégorie qui sera décomptée en fin de manche, et dégage une tendance pour la fin de partie) et vous voyez qu'aucune partie ne ressemblera à une autre.

Et l'interactivité, déjà bien présente avec l'exploitation, est encore renforcée avec les attaques d'Indiens, qui font une descente dans la ville la plus "faible". Et des fois, on veut que les Indiens nous attaquent, pour gagner un précieux calumet !

Bref, un jeu de gestion-développement, qui renouvelle très bien le genre. Et c'est un jeu français !

 
  • Interactivité très forte
  • Double utilisation des cartes
  • Le nombre important de bâtiments, qui promet une très longue durée de vie
 
  • Pas facile à expliquer, il faut bien intégrer les différents mécanismes
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Starvince

De 6 à 10 parties jouées - 5 décembre 2013
 
Indispensable
  preview

Western Town, voici un jeu qui est passé relativement inaperçu. Assez souvent, lorsque j'évoque son sujet, les joueurs ne le connaissent pas. Les rares qui l'avaient déjà parcouru en ont le même souvenir que moi : une mise en place épique mais quelle aventure ensuite.

Oui, la mise en place est un peu difficile car Western town n'est pas avare de son matériel et surtout, il demande à faire une sélection de certains éléments, les cartes et bâtiments liés dès le début de la partie. Oui, soyons honnête, cette étape va faire qu'à chaque fois, avant de jouer à Western Town, on va s'assurer d'être prêt à faire cet effort. Mais la promesse de la formidable aventure à vivre ensuite va suffire à motiver. D'ailleurs c'est élément a un avantage, certain : la rejouabilité et l'assurance d'avoir des parties différentes. S'adapter à son "setup" de départ et à celui de ses camarades est l'une des clés de la gloire.

La gloire, il en est en effet question car vous devez répondre à la demande de Lincoln. Ce sont des critères, types de ressources plus ou moins directs que vous découvrirez au fil des manches qui seront valorisés de manière plus ou moins importante en fin de partie. Cette sensation déstabilisante avait déja été proposée par le non moins sous-estimé Archipelago mais ici, il ne vous faut pas deviner et bluffer mais plutôt vous développer de manière à vous adapter à la demande du président.

Western Town se déroule alors en deux phases de jeu : activer, grâce à quelques cartes tirées, ses bâtiments construits, de manière à en tirer profit. Cela est assez classique. Seulement c'est la deuxième phase qui va être différente, la "révélation". C'est d'ailleurs elle qui est au cœur de l'interaction : vous allez pouvoir "griller" les cartes des bâtiments jouées précédemment à condition que vous ayez la même encore disponible. C'est une interaction bien plus fine que dans Carson City, autre titre "westernien" qui figure dans mon panthéon ludique.
Tout se centre alors de cette problématique : quel édifice vais-je acheter à la fois pour répondre aux exigences de Lincoln, mais aussi pour contrer les pieds tendres autour de la table.
Car il est certain que selon l'axe de développement exigé par Lincoln, des grandes lignes se dégagent dans les stratégies à suivre. Mais trouver le bon tempo pour éviter de se faire griller et prendre ses adversaires à revers se révèle nécessaire et il faut bien l'avouer assez grisant. Si toutefois, vous vous trouviez dans une position inconfortable, parce que vos choix n'ont pas été les meilleurs et que le bluff n'a pas fonctionné, il vous reste la diplomatie pour essayer de vous en tirer. Sinon, ce sera le goudron et les plumes!

Autre aspect : l'immersion et le respect de l'univers. Si dans un titre thématisé autour d'un célèbre nom de ville ou de région, il est toléré dans l'usage ludique commun d'avoir un lien très relatif avec le thème choisi, il ne peut pas en être question dans un titre à base de Cow-boys et d'indiens. Et là, nous sommes servis.
Tout d'abord, nous avons un petit plateau individuel représentant sa ville autour d'une allée centrale. On y construira ses premiers bâtiments pour aller ensuite un peu plus en périphérie, zone bien moins sûre lorsqu'il sera question d'attaques d'indiens. Oui, vous serez attaqués pour peu que vous utilisiez des actions qui les agacent un peu. Car c'est là la vraie force thématique de Western Town : le lien entre le nom des bâtiments et l'action qu'ils permettent.
Carson City et Deadwood l'avaient compris, Western Town suit la même piste avec peut-être un poil, pardon un plume de lien supplémentaire.

Du développement, du bluff, de la diplomatie, de l'immersion : voici ce que Western vous propose.
Cette mécanique basée sur la révélation est un vrai bonheur à pratiquer. Vous la retrouverez d'ailleurs partiellement dans la Route du Verre même si elle est moins centrale dans ce titre là car résultant d'une pioche de cartes plus large.
Alors ne mégotez pas sur la mise en place exigeante : elle en vaut les 6 coups !








 
  • Les graphismes réussis
  • Le lien entre les bâtiments et leurs effets
  • Les meeples indiens
  • Une aventure sur plateforme de financement réussie
 
  • La mise en place
  • Le fait qu'il soit resté dans l'ombre
Aucun commentaireMasquer