Thème du jeu


En 122 de notre ère, l’Empire romain est au summum de sa gloire. Hadrien a mis fin aux menaces barbares. Il se consacre maintenant à la fondation de nouvelles villes et à l’édification de fortifications, afin d’assurer la domination et la richesse de Rome.
Dans l’île de Bretagne, Hadrien a entamé la construction d’un mur qui portera son nom et qui protégera les régions contrôlées par l’Empire des invasions venues du nord. L’empereur a également ordonné l’édification d’une cité, qui rappellera aux Bretons la splendeur de Rome
Hadrien a envoyé cinq hommes sur place. Il leur a confié des ouvriers et des ressources et afin qu’ils travaillent ensembles. Mais au final, un seul d’entre eux sera nommé Praetor et dirigera la province au nom de l’empereur.
 

L'avis de LudiGaume

De 3 à 5 parties jouées - 14 juillet 2014
 
Très Bon
  preview
Avertissement sur ses notations

Praetor est un jeu avec pleins de dés mais qui n'est pas un jeu de dés. Et cela paraît étrange mais c'est bien vrai.

Le jeu propose de développer une cité romaine en construisant des bâtiments et un mur à l'aide d'ouvriers. Ouvriers qui, comme dans la vie, acquièrent de l'expérience et ensuite sont mis à la retraite. Tout un programme qui vous demandera une bonne gestion de l'évolution de vos ouvriers. Un pitch très prometteur pour un joueur adorant la pose d'ouvriers.

Le matériel est de très bonne qualité et solide ce qui est très bien vu que l'on manipule beaucoup les tuiles et les dés. Mais, les couleurs des zones d'activation des tuiles n'aident pas les daltoniens. Le rouge est difficile à cerner. Dommage. On regretta aussi cette piste de scores en deux parties et son serpentin qui demande beaucoup d'attention pour marquer les scores. Attention, à ne pas se tromper de sens !

Le jeu est assez simple a expliquer même s'il faut bien lire la règle car dans il se cache des points de règles dans les exemples. Chose que je déteste car un exemple illustre un point de règle et ne pas décrit un point de règle. Enfin, pour moi.

La partie est très agréable dans sa partie gestion des bâtiments et gestion de ses ouvriers. C'est très plaisant de gérer l'évolution de ces derniers et de la gérer au mieux pour ne pas les mettre à la retraite trop vite. Tout un programme qui rend le jeu très intéressant. La construction du mur est également un point très plaisant et qui force les joueurs à ne pas laisser l'un d'eux construire tous les murs. Sinon, il risque de vous déposer sur le chemin de la victoire. Une interaction indirecte qui me plaît beaucoup. Interaction, il y en a car celui qui construit une tuile récupère un bonus si un autre joueur l'utilise. Intelligent. Mais c'est aussi un problème sur les tuiles permettant de recruter ses retraités. Surtout celle qui donne 3 or en échange de l'action à son propriétaire. Elle avantage fortement le joueur qui la construit et cela en devient presque irritant pour les autres. L'autre tuile pour la même action donne 1 cube noir au propriétaire, c'est également très puissant vu sa valeur marchande. Cela nous a embêté dans nos parties car cela donne trop de puissance à un joueur. Pour le reste des actions, le tout est équilibré et fonctionne à merveille. Les différentes actions rendent le jeu très plaisant et fluide.

Et puis parlons des mosaïques et du système de connexion qui permet d'obtenir des points bonus. Et bien, c'est dommage car cela n'apporte rien au jeu et en plus allonge la durée car les joueurs tentent de trouver la tuile et la position qui offre le plus de points. Drôle d'idée qui m'apparaît comme un gadget dans le jeu qui n'en avait pas besoin.

Praetor est un très bon jeu qui aurait même mérité plus mais les petits détails font que mon avis s'en tient à un très bon. Plaisant malgré les petits détails.

 
  • Le principe des retraités
  • Un bon jeu de placement d'ouvriers
 
  • La connexion des mosaïques en dehors du thème
  • Le rouge pour les daltoniens
  • Manque quelques rappels sur les tuiles
Aucun commentaireMasquer