Thème du jeu


Vous êtes un prince italien, et gouvernez votre cité, comme bon vous semble. Toutes les décisions, qu’elles soient politiques ou non, vous en incombent pour une période de six années. Votre ambition, est de faire prospérer votre cité, et pour y parvenir, votre première tâche sera de veiller à ce que tout votre peuple se nourrisse à sa faim. C’est bien connu, la famine n’apporte rien de bon. En bon gouverneur, vous êtes à l’écoute de votre peuple. Si le désir du peuple est la santé, vous construirez des hôpitaux, des thermes ou des fontaines. La préoccupation du peuple peut changer et devenir l’éducation ou la culture. A vous d’ériger les bâtiments au bon moment en prévoyant les désirs de votre peuple avant de ne les voir s’exiler dans les cités voisines plus attirantes. La tranquillité règnera dans votre cité tant que vous n’aurez pas de voisin. Mais dés qu’ils se rapprocheront, vous encourez le risque de voir vos bons et loyaux sujets se faire la malle.
 

Description du jeu

preview
 
But du jeu

Remporter le plus de points à la suite des 6 années de gestion de vos cités.

Mise en place

On dépose le plateau de jeu sur la table. Les différentes tuiles utilisées pour la construction et le développement de la cité sont triées et formeront différentes piles (20 Fermes, 20 Carrières, 16 marchés, 10 Palais, 10 Hôpitaux, 7 Statues, 8 Cathédrales, 7 Monastères, 8 Universités, 7 Fontaines, 8 Thermes). Elles sont placées à côté du plateau.

Les tuiles triangulaires sont mélangées et placées au hasard sur le plateau. Elles représentent les terrains de production. Chaque terrain contient 1, 2 ou 3 symboles indiquant la matière produite (champs = blé, montagne = argent, lac = eau)

Les joueurs choisissent une couleur et reçoivent 4 tuiles Château, point de départ d’une cité, 4 figurines et 3 cartes Action, le tout dans la couleur choisie. Les joueurs posent devant eux leurs 3 cartes Actions faces visibles. En plus, ils prennent un tableau récapitulatif.

Les figurines Citoyens sont placées à côté du plateau et forment une réserve de population.

Les 32 cartes politiques sont mélangées. Les 7 premières cartes du paquet sont placées face visible sur les emplacements réservés et le restant du paquet face cachée sur le dernier des huit emplacements, celui où ne figure aucun motif.

Les 27 cartes "Voix du peuple" sont mélangées et sont placées, face cachée, en pile, sur le plateau à côté des 4 ronds marrons.

Les pièces d’or sont placées à côté du plateau, et chaque joueur en reçoit une en début de partie.

Les jetons Blé sont placés à côté du plateau. Les petits ont une valeur de 1 unité et les grands de 5 unités.

Le premier joueur place l’un de ses châteaux sur un hexagone du plateau. Il dépose sur celui-ci trois figurines prisent dans la réserve de population. Si le château jouxte un champ, le joueur reçoit le nombre de jeton blé indiqué sur le terrain adjacent. Les joueurs suivants, en partant vers la droite, procèdent de même en faisant attention à ne pas poser un château à moins de trois hexagones libres d’un autre. Dés que le dernier joueur a posé son château, ses figurines et reçu son blé (s'il doit en recevoir), il pose directement un second château, dans les conditions identiques au précédent, et le tour de pose repart vers la gauche. La phase de placement est terminée lorsque tous les joueurs ont posé deux châteaux.
Pour les premières parties, un plan de pose est suggéré en fonction du nombre de joueurs.

Déroulement d'un tour

Un tour de jeu représente une année de la vie de la cité. Elle est répartie en 8 phases de jeu qui se déroulent dans l’ordre suivant, et toujours au départ du joueur possédant le jeton premier joueur :

 Détermination du premier joueur
Au commencement d’une nouvelle année, le premier joueur transmet le jeton "Premier Joueur" au joueur à sa gauche.

 Disposition des cartes "Voix du peuple"
Chaque année, les 4 premières cartes de la pile "Voix du peuple" sont disposées face cachée sur les emplacements prévus, sauf la première, qui sera face visible et posée sur le rond de couleur foncée.

Ces 4 cartes représentent le désir du peuple pour l’année en cours, à savoir la santé (constructions avec des arches bleues), la culture (constructions avec des arches blanches) ou l’éducation (constructions avec des arches noires).

 Exploitation minière
Chaque joueur reçoit l’équivalent en or des carrières jouxtant une montagne. Dans le cas où une carrière est adjacente à deux montagnes, le joueur recevra le montant d’or indiqué sur les deux montagnes.

 Naissances
Chaque joueur va faire évoluer sa population. Il reçoit pour ce faire, une figurine de la réserve de population, pour chacune des cités qu’il possède, et la place toujours sur le château.

Si une cité ne comprend pas de marché, elle ne peut accueillir plus de 5 citoyens au total, c’est-à-dire les citoyens sur le château et sur les bâtiments contigus à ce dernier.

Si une cité possède un marché, elle peut accueillir jusqu'à 8 citoyens. Et si la ville, en plus du marché, possède une fontaine ou des thermes, elle peut accueillir plus de 8 citoyens.

 Jouer 5 cartes Actions ou Politiques
Cette phase se décompose en 5 tours de jeu durant lesquels chaque joueur va jouer et exécuter les indications d’une carte Action (il en possède 3) ou d'une carte Politique qu’il aura choisie parmi les 7 disponibles sur le plateau de jeu.

 Jouer une carte Action
Elles permettent de :

 Prendre 2 ors dans la réserve

 Fonder une nouvelle cité (une seule par année) et donc de poser un château sur un hexagone libre se trouvant au moins à trois cases de tout autre bâtiment. Il pose sur celui-ci une figurine qui provient d’une de ses autres cités. Si le château jouxte un champ, il reçoit le blé en conséquence.

 Bâtir une construction simple, un bâtiment avec une seule arche. Soit une ferme (rapporte du blé - adjacente à un champ), une carrière (rapporte de l'or - adjacente à une montagne), un monastère (1 point d'éducation), une statue (1 point de culture), un marché (permet d'accueillir plus de citoyens, 3 nouveaux arrivent automatiquement de la réserve lors de sa construction), une fontaine (1 point de santé - adjacente à un lac). La construction doit suivre les règles suivantes : laisser 1 hexagone libre entre 2 cités, être connecté à une cité du joueur (sauf un nouveau château) et la nouvelle construction doit accueillir un citoyen en provenance du château de la cité qui ne peut être vide.

 Jouer une carte Politique
Les cartes Politiques sont visibles de tous, il y en a 7. Le joueur en sélectionne une et exécute immédiatement ses effets et ensuite la place retournée devant lui. La carte prise est remplacée par une nouvelle.

Elle permettent :

 Soit de construire des bâtiments de plus grande importance, payant mais rapportant beaucoups plus de point d'attrait.

 Soit un palais (2 points de culture - coûte 1 or), une cathédrale (3 points de culture - coûte 3 ors), une université (3 points d’éducation - coûte 3 ors), un hôpital (1 point de santé et 1 point d’éducation - coûte 1 or), un therme (2 points de santé - coûte 1 or - adjacent à un lac).

 Via la carte "Architecte" de construire un bâtiment en le payant, celà peut aller du bâtiment simple ou bâtiment rapportant 3 points d'attrait.

 Via la carte "Du pain et des Jeux" d’augmenter d’un point l'attrait d’une cité pour les citoyens, et ce pour l’année en cours. Le joueur choisit la cité et la couleur de l’attrait en question et place une figurine de sa couleur, c’est-à-dire un notable, sur ce dernier.

 Via la carte "Les temps bénis" de placer des citoyens supplémentaires, si cela est possible dans ses cités selon le tarif indiqué sur la carte, le premier étant gratuit.

 Via la carte "Les moissons fructueuses" de doubler la production de blé d'une de ses fermes pour l’année en cours uniquement. Le joueur peut en jouer une seule durant la même année et ces cartes ne sont pas autorisées durant la 6e année. On place un notable pour montrer la ferme qui recevra les moissons fructueuses.

 Via la carte "Proximité avec le peuple" le joueur peut regarder secrètement deux des 3 cartes "Voix du peuple", s'il paye 3 ors, il peut regarder les 3 cartes.

Au terme de cette phase, tous les joueurs doivent avoir 5 cartes faces cachées devant eux.

 Révélations des souhaits du peuple
Les cartes "Voix du peuple" sont révélées. Le souhait du peuple sera celui correspondant à la majorité des cartes. Il peut arriver que les cartes indiquent 2x2 cartes identiques. Il y a dans ce cas deux souhaits du peuple. Chaque joueur peut choisir le souhait qu'il va appliquer sur sa cité.

 Mouvements de population
Il n’y a pas de migration entre vos propres cités. Une séparation de minimum 3 hexagones libres entre les cités concurrentes, préservent de toute migration.

Selon le souhait du peuple, le premier joueur vérifie par rapport aux autres cités, s'il est majoritaire ou non en point d’attrait pour la couleur choisie par le peuple. Quand il est majoritaire, le joueur reçoit des cités voisines (si moins de 3 hexagones), un citoyen qu’il pose dans son château. Dans le cas contraire, son citoyen migrera vers la cité la plus attrayante.

Si le joueur ne peut supporter en nombre les nouveaux citoyens des cités voisines, il les déposera dans la réserve commune, et ils seront perdus pour lui.

Si un joueur doit se séparer d’un ou plusieurs citoyens rendant ainsi libre un bâtiment de sa cité, il devra détruire ce bâtiment. Seul les constructions se situant aux extrémités d’une cité peuvent être détruites. Avant la destruction, le joueur peut, s'il en a la possibilité, répartir les citoyens déjà présents dans sa cité afin de préserver un bâtiment au détriment d'un autre. Si c’est une ferme qui est détruite, le joueur doit rendre le blé qu’elle lui fournissait.

 Nourrir le peuple
Chaque joueur compte le nombre des citoyens présent sur l’ensemble de ses cités. S'il possède le nombre suffisant de blé, (valeur jeton + carte moisson fructueuse), tous ses citoyens sont nourris.

Si par contre il n’a pas suffisamment de nourriture, il doit remettre dans la réserve tous les citoyens qu’il affame. De plus, l’année suivante, il est pénalisé et ne joue que 4 cartes politiques au lieu de 5, il retourne l'une de ses 3 cartes Action.

Cette dernière phase de jeu détermine la fin d’une année de jeu. Les notables présents sur le plateau retournent chez le joueur, les cartes politiques jouées vont à la défausse, ainsi que les cartes "Voix du peuple" révélées.

Fin de la partie

La partie prend fin au terme de la sixième année et on procède au décompte des points. Chaque citoyen rapporte un point de victoire. Chaque cité regroupant au moins un attrait de chaque couleur(blanc, bleu, noir)rapporte 3 points de victoire. La perte de citoyens lors de la sixième année à cause du manque de nourriture coûte au joueur 5 points de victoire.

Le joueur totalisant le plus grand nombre de points de victoire est le vainqueur. En cas d’égalité, celui qui possède le plus grand nombre de pièces d’or sera le vainqueur.

Pour bien commencer

la victoire se fait au point : souvent le départage est lié aux nombres de villes possédant les trois structures plus qu'au nombre d'habitants.
construisez le plus vite possible une troisième ville, voire une quatrième dans les meilleurs coins de la carte en terme de production de blé. Il est intéressant de construire cette nouvelle ville entre une autre de vos villes et le bord de la carte pour la protéger des influences.
donnez sans rechigner vos habitants à votre voisin : il n'y a pas de problème à en perdre un par an vu que vous en gagnez un par an et votre adversaire devra les nourir : cela lui prendra au final beaucoup d'énergie.
bloquer une ville à 5 (en ne faisant pas de marché) ou 8 (sans thermes ou fontaine) permet de maîtriser sa population.
les mines ne sont valables que les trois premières années : ensuite il vaut mieux prendre deux pièces d'or avec une action.
 
Descriptif rédigé par LudiGaume
 

L'avis de LudiGaume

5 janvier 2005
 
Top à LudiGaume
  preview
Avertissement sur ses notations

Le jeu de gestion !

Que dire de plus, le jeu est tactique, passionnant par son système où il faut gérer et deviner les souhaits du peuple. Et quand la partie commence à voir des migrations de population, c'est l'apothéose du jeu. On se tracasse car aura-t-on assez de blé ?

Une merveille qui existe en français en plus, un incontournable.

 
  • L'abondance de matériel de qualité
  • La partie gestion
  • Les migrations de population qui font basculer les parties
  • Les choix qui sont toujours à la limite du supportable tellement un mauvais choix vous coûte
 
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Xavo

De 3 à 5 parties jouées - 24 juin 2006
 
Indispensable
  preview

Le créateur de la Citta possède une famille qui a batit sa fortune sur la fabrication de matériel de jeu. Enfin, vu ce qu'il y a dans la boîte, on peut facilement le croire ! Le matériel est beau, opulent, soigné et pratique. Seul reproche, il n'y a pas d'esclaves pour mettre le jeu en place. Les règles sont parfois un peu confuses, mais le jeu gagne à être joué : il "coule" très bien, sans vraiment se poser de questions.

Le jeu a proprement parlé est extrémement particulier. Les villes grossissent rapidement et finissent par toutes se toucher : cela forme un véritable système d'influence dans lequel circulent les habitants en fonction du ou des désirs de l'année. Du coup, il est difficile d'aider un joueur en particulier, de nuire à quelqu'un ou de rester à l'écart : il faut surtout "se gérer" dans le système pour maintenir des villes viables.
Là où le jeu est particulièrement réussi, c'est dans le fait qu'une ville viable peut très bien stagner mais fournir un peu d'or et posséder trois types de structures (donc valoir trois points). Votre but n'est pas tant de faire une ville tentaculaire qui attire beaucoup de population qu'une ville équilibrée qui sert votre stratégie. Tout le jeu consiste donc à croitre de façon équilibré dans un univers changeant qui vous influence. Le jeu est donc essentiellement un jeu de gestion et de stratégie long terme.

Peu de reproches sont suceptibles d'être fait à La Citta. La position des villes de départ prévus pour les joueurs débutants est mal choisie, certains joueurs étant avantagés surtout à 3 et 4 joueurs. La durée pourra en rebuter certains. La citta est un trés bon jeu original, riche et trés bien conçu.

Ma version est entièrement en allemand mais Tilsit a assuré la traduction de ce jeu.

Aucun commentaireMasquer