Thème du jeu


Comment faire passer à la doune sans se faire attraper des marchandises illégales (Cigares, Tequila et Statuelles)?
 

L'avis de Stéphan

De 3 à 5 parties jouées - 10 juin 2006
 
Indispensable
  preview

- Rien à déclarer ???!!!

- Non, non, rien d’illégal. Je suis un honnête voyageur mon cher monsieur …

- On dit « Monsieur le douanier » ! Montrez-moi un peu ce que vous cachez dans votre coffre !

Une situation de moins en moins fréquente dans nos pays depuis l’ouverture des frontières. Mais que de souvenirs mémorables d’une période où tout voyageur était un fraudeur en puissance.

Autre temps, autre époque, Hart an der Grenze envoi les joueurs à la frontière mexicaine dans la peau de braves touristes désireux de faire passer la frontière à quelques marchandises plus ou moins légales. Mais attention, la douane veille … misère à ceux qui auront été pris à faire de la contrebande !

Magouilles, mensonges, bluff, corruption et compromission, tout cela sera nécessaire pour faire passer en douce un maximum de marchandises illégales ou non et en tirer les plus gros bénéfices. Un jeu politiquement incorrect ! Oui ! Et qui l’assume totalement.

Lorsque j’ai découvert Hart an Der Grenze, j’ai immédiatement pensé à un vieux jeu de chez MB - Rien à déclarer, qui a fait les belles heures de ma jeunesse avec un thème et un principe identiques. Les auteurs se sont sans doute inspirés de ce classique des années 80. Ils l’ont cependant fait avec beaucoup de brio, une bonne dose de modernité et beaucoup d’humour.

En effet, il ne s’agit ni plus ni moins que de la réactualisation et du perfectionnement du concept du menteur. A chaque tour, les joueurs cachent des marchandises dans une petite valisette joliment décorée puis annoncent le contenu de leur valise au douanier désigné pour ce tour. Certains joueurs mentent, d’autres non. Ce qui est sûr, c’est que seul l’un d’entre eux fera l’objet d’une fouille … gare alors si sa valise contient des objets frauduleux ! C’est la confiscation et l’amende assurée. Ceci dit, même pris sur la main dans le sac, le fraudeur aura toujours la possibilité de corrompre l’officier des douanes pour éviter les désagréments de la fouille. A la fin de la partie, celui qui aura passé les marchandises les plus rentables sera déclaré vainqueur.

A ce concept de base viennent se greffer quelques règles bien sympathiques qui pimentent un peu le déroulement de la partie comme la double fouille, le détournement de marchandises ou les ventes finales extraordinaires. Autant de petit plus qui alimentent ce jeu de coups fourrés supplémentaires et lui donnent un aspect plus détonnant que le simple menteur.

L’ambiance devient rapidement survoltée autour de la table. Regards suspicieux, intimidations, flatteries, mensonges éhontés ou demi-vérités s’entrechoquent pour le plus grand plaisir de tous. Que de plaisir que de passer tous ces biens illégaux au nez et à la barbe du douanier, que de plaisir de réussir une fouille ou de faire monter les pots de vins, que de plaisir de découvrir avec joie que c’est votre voisin, pourtant honnête, qui fait l’objet d’une fouille !

Tout le sel de ce jeu que l’on ressort toujours avec autant de plaisir pour mettre le feu autour de la table à l’une ou l’autre occasion. Et en plus, il est parfait pour jouer à 6, une chose suffisamment rare dans le paysage ludique que pour être signalé.

Alors quelque chose à déclarer ? Oui, je reprendrais volontiers bien une dose ou deux de Hart an Der Grenze !

 
  • Un concept accrocheur qui colle parfaitement à l’ambiance
  • Un matériel très ambitieux et très bien réalisé
 
  • Rien à déclarer !
Aucun commentaireMasquer