Premières Impressions de Stéphan

De 3 à 5 parties jouées - 9 avril 2008
 
Top à Stéphan
  preview

« Dans Metropolys, on tâtonne, on parie sur les comportements, on espère, on croit, on redoute, on tente, on calcule, on nargue, on devine, on aime, ce qui en fait un jeu de société, à pratiquer en société et profondément humain. »

J’aime beaucoup la phrase de conclusion de Grunt à propos de Metropolys. Elle résume avec beaucoup de justesse ce que je ressens à propos du dernier né de Sébastien Pauchon.

Un jeu complet qui m’a conquis en deux parties !

Pas besoin de faire compliqué pour plaire. C’est le credo de ce jeu dont la plus grande subtilité est son système d’enchères spatiales assorti de toute une série de petites subtilités qui font un peu la marque de fabrique de Ystari. Les règles sont d’une grande simplicité et s’expliquent en quelques minutes. Comme souvent chez cet éditeur, les cas de figure y sont précis et fort bien documentés. 15 minutes d’explication et c’est parti …

Bizarrement, les premières minutes laissent un sentiment d’imprécision. Les possibilités sont nombreuses et l’on n’en conçoit pas nécessairement les tenants et les aboutissants … on tâtonne, les erreurs se succèdent sans que l’on comprenne, tout semblent imprécis et fouillis … puis c’est le déclic : le jeu se referme, on commence à comprendre : juxtaposition des enchères sur le plateau, sélection des hauteurs, placement des tours aux endroits clés, lecture du jeu des adversaires, tactiques de bluffs … tout s’imbrique avec intelligence, charme et simplicité.

45 minutes plus tard … La partie s’arrête … mise au point … discussions pour comprendre les erreurs des uns, les stratégies des autres …On embraye directement sur une deuxième partie, sûr d’avoir appris plus et de pouvoir mettre en œuvre de nouvelles stratégies… Même schéma, même impression d’avoir compris un peu plus … la troisième s’annonce mais il est tard. Nous résistons, il est trop tard … serions nous devenus des accros de Metropolys ?

Metropolys touche le cœur du joueur : il charme, se dévoile mais ne se laisse pas dompter, il se laisse entrevoir au détour d’une stratégie pour mieux se saborder à la partie suivant … comme une monture revêche, tantôt obéissant, tantôt capricieux . Il se savoure avec l’expérience, ce qui en fait le compagnon idéal du joueur, toujours désireux de parfaire son expérience et de mieux comprendre le système …

Metropolys est un jeu complet. Tantôt jeu de majorité, tantôt jeu d’enchères, poker menteur par moment, jeu d’investigation à d’autres, les sensations se mélangent agréablement. Pourtant, les règles restent simples et les mécanismes d’une simplicité toute discrète. Plus qu’un mélange ou qu’une juxtaposition des genres, il transcende et synthétise les genres …

Vous l’aurez compris, je suis tombé amoureux de ce petit jeu où on retrouve en petit format tout ce que j’aime dans le jeu de société.

 
  • New-York ... New-York ...
  • Beauté froide du matériel et des illustrations
  • Equilibre parfait entre les objectifs secrets et les possibilités de déductions
 
  • Parfois abstrait
  • La première partie est un cap à passer pour commencer à apprécier pleinement
  • Parties à deux moins intéressantes

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension