L'avis de Deepdelver

De 6 à 10 parties jouées - 17 mars 2011
 
Top à Deepdelver
  preview

Lors de la première partie de ce jeu italien, on est un peu perdu. Non pas par la mécanique du jeu très simple (5 points d'action par tour), mais par les différentes possibilités offertes par les actions proprement dites : se déplacer sur la carte ou avancer sur les pistes, mais sous certaines conditions que je n'énumérerai pas ici, sans compter l'acquisition de cubes et de parchemins. Mais après 2-3 tours tout devient fluide.

Ce qui fait pour moi la force de ce jeu, c'est les différentes options stratégiques offertes :
- prendre de la connaissance pour avoir des manuscrits plus prestigieux, mais il faut que la partie soit longue (15 ou 16 tours);
- privilégier au contraire (ou pas) la richesse pour acquérir les soutiens les plus prestigieux, se déplacer plus aisément, donc être enclin à rester marchand (en contrepartie, vous risquez de vous acquitter de l'aumône et vous marquerez potentiellement moins de points en fin de partie);
- tout miser (ou presque) sur l'élection finale et devenir pape;
- rester "au milieu" : passer frère et miser sur la devinette de Vérone et les Cantiques franciscains;
- et les mix de tout cela (chaque frère et cardinal offre des options différentes)

Et tout cela est aussi fonction du nombre de joueurs et de la disposition initiale des cubes.

Pour finir, on retrouve bien la patte de l'auteur de Siena, avec l'évolution sociale. Mais si celle-ci était imposée dans Siena, et le hasard plus déterminant, dans DVE (pour les intimes) tout est au service du thème d'élaborer et de populariser une langue commune pour les royaumes d'Italie.

J'émettrai tout de même quelques bémols et réserves :
- Deux erreurs apparaissent dans le matériel fourni : si la case événement de Cagliari, en trop, n'est pas gênante, l'inversion des valeurs des cubes sur le paravent l'est bien davantage.
- La traduction française souffre de nombreuses imperfections, il faut donc la recouper avec les règles italiennes et anglaises, ainsi qu'avec les aides de jeu disponibles sur le Web.
- Mais surtout, si les tons pastel choisis rendent bien sur la carte d'Italie, ils ne ressortent pas assez franchement sur les parchemins (jaune-vert et bleu-violet principalement)

 
  • Le thème
  • L'évolution sociale proposée (marchand -> frère -> cardinal) au libre choix du joueur
  • Les diverses orientations possibles
  • La tension sur la fin de partie, un peu aléatoire
 
  • Une traduction française qui manque de précision
  • Erreurs dans le matériel (paravent surtout)
  • Les couleurs des parchemins peuvent gêner les daltoniens

2 commentaires

  1. Barbara 09:17 18.03.2011

    Ce jeu est tout simplement, à mes yeux, une belle merveille, une perle, il est si fort dans le thème, profond...
    la première partie, les premiers tours, on est en effet un peu perdu, en fait le jeu est simple mais on ne sait trop ce qu'il faut faire pour faire bien.
    Ensuite, tout devient fluide et là on joue le rôle qu'on veut faire à la perfection.... une belle claque!

    pour les erreurs, les aides de jeux sur le net sont pour moi, indispensable!

    il y a bien longtemps que je n'avais joué à un jeu si bien foutu! le dernier en date étant Brass.

  2. Fred Frenay 09:38 20.03.2011

    Et bien moi, je suis en train de me délecter de Brass (je sais j'ai pris du retard). Si je suis bien Barbara, il faudra donc que j'essaye DVE sans faute !

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension