L'avis de Stéphan

Plus de 10 parties jouées - 26 décembre 2006
 
Top à Stéphan
  preview

Les grands bazars bizarres chamarrés de multiples couleurs accueillent les marchands venus de milles lieux à la ronde pour y faire affaire et repartir plus riches et plus prospères. Mille et une nuits pour rêver, trois semaines pour s’enrichir, vingt et un tours pour l’emporter.

Un jeu avec des dés, de l’or et des chameaux …

Primo, je dis Bravo. Bravo à l’auteur pour nous avoir donné un aussi bon jeu, bravo à Ystari pour l’avoir édité et bravo à moi pour l’avoir acheté … Jamais je n’avais imaginé qu’il puisse être aussi plaisant de devenir chamelier le temps de quelques lancés de dés. Voilà donc une petite merveille qui pourrait prétendre sans prétention au titre de Spiel des Jahres, tant renommé chez nos voisins d’outre-Rhin.

A priori, Yspahan dénote un peu avec la gamme de jeux proposée par Ystari, sa maison d’édition. On est loin de Caylus ou de Mykerinos qui ont ce parfum huilé des mécanismes construits avec précision, soin et rigueur. Yspahan a une senteur plus exotique avec son soupçon de hasard (la fameuse tour de dés), ses parties plus toniques et ses possibilités plus anarchiques. Pourtant quand on n’y regarde de plus près, on s’aperçoit que le jeu a été conçu avec une précision aussi millimétrée que les autres jeux de la gamme. Chaque action disponible ne s’y trouve pas par hasard et il n’arrive aucun moment de la partie où l’on se dise qu’un événement, une action ou une tournure de jeu n’ait pas sa place, preuve que le jeu a été testé et re-testé avec le plus grand soin. Pas d’erreur possible, c’est bien un jeu pour Ystari et l’un des meilleurs.

Yspahan est un grand jeu condensé dans un plus petit format. Rapide (45 minutes pour une partie), simple (quelques pages de règles vites assimilés) et jouable de 2 à 4 joueurs, il se présente sous un moyen format typique des jeux plus familiaux. Il a l’élégance et la forme des petits jeux mais son cœur est d’une grande richesse et d’une grande diversité.

Tout le sel – ou devrais-je dire le sable - de Yspahan vient de la fameuse tour de dés qui conditionne le tour à venir. A chaque tour, un lancé de dés détermine la diversité et l’efficacité des actions à venir. Beaucoup de jeux renouvellent leurs parties en modifiant le plateau, la position de départ ou les conditions de victoire. Ici ce sont la qualité et la quantité des actions qui différent de tour en tour et a fortiori de parties en parties. La subtilité du système est d’avoir su canaliser cette part d’aléatoire et de l’avoir rendu contrôlable en offrant des alternatives consistantes et intéressantes quelque soit la répartition proposée. Personne n’est donc jamais réellement lésé par la part d’aléatoire forcément très présente.

Yspahan est un jeu de choix, choix dans un panel de possibilités chaque fois différentes. Que l’on choisisse de jouer dans les quartiers, de prendre une carte ou d’optimiser sa position dans la caravane, aucune option n’est une impasse. Le jeu est ouvert et propose toujours une solution pour se tirer d’embarras, optimiser son jeu ou bloquer un adversaire. Tellement de possibilité que l’on n’en vient souvent à se demander s’il vaut mieux s’aider et profiter d’une bonne occasion ou empêcher son adversaire d’en faire autant au détriment d’une possibilité qui aurait pu être profitable. Un dilemme constant qui apporte beaucoup de tension autour de la table. Terriblement prenant, il faut chaque fois recomposer son jeu en fonction des possibilités offertes.

Le jeu a beaucoup de tonus, une très bonne fluidité d’actions, un rythme agréable où l’on ne s’ennuie jamais. Pas de temps mort. Comme les parties sont rapides, on peut y revenir encore et encore pour essayer d’autres approches, tenter d’autres tactiques ou s’essayer à d’autres méthodes d’optimisation de la chance. Sous cet angle là, Yspahan me fait penser aux Colons de Catane. La chance y joue un rôle important mais on n’y revient sans cesse car on sait qu’il y a moyen de contrôler tout cela sans trop savoir comment, ni trop pourquoi d’ailleurs. Chaque partie donne cette impression de découvrir un nouveau jeu; un renouvellement agréable qui est la marque des grands jeux.

Yspahan m’a vraiment convaincu. C’est un jeu agréable qui ne souffre d’aucun défaut majeur, un jeu familial avec toutes qualités ludiques qu'il faut là ou il faut, un jeu parfait !

Si vous n’êtes pas allergique à Lawrence d’Arabie, vous saurez apprécier la beauté de cette rose des sables ludique : belle, élégante et raffinée.

 
  • Un très grand jeu dans un petit format
  • Des parties toniques et constamment renouvelées
  • Terriblement addictif
  • Moi j'aime bien les dés ...
 

4 commentaires

  1. Fred Frenay 14:54 26.12.2006

    Salut Stéphan,

    Merci pour ton avis. As-tu essayer de jouer à Yspahan à deux joueurs ? Si oui, qu'en penses-tu ?

    FF

  2. Stéphan 16:51 26.12.2006

    Salut Fred,

    Une seule partie avec les règles deux joueurs pour le moment ...

    Comme beaucoup de jeux, à deux, il devient plus contrôlable, donc demande plus d'investissement en terme de réfléxion et de stratégie.

    La petite règle qui fait beaucoup c'est celle qui oblige - quand on joue à deux - à sacrifier une action pour construire. Ce qui nécessite de choisir avec beaucoup de soin le moment opportun, celui où l'on risque de perdre une belle action ...

    Il est tout aussi agréable à deux qu'à quatre - les mécanismes étant très ludiques- mais j'ai quand même l'impression que la variante deux joueurs peut s'essoufler plus vite en terme de renouvellement des parties.

    A confirmer ou infirmer après plusieurs parties.

    Stéphan

  3. LudiGaume 22:23 26.12.2006

    Troisième partie de Yspahan à 2.

    Le jeu tourne à merveille et est devenu encore plus tactique car le choix que vous faites impact directement votre adversaire direct. Laisser une opportunité trop forte peu coûter cher.

    De plus, la construction demande de la réflexion tout comme la caravane car si l'un des 2 joueurs monte trop vite ses cubes cela peut coûter très très cher.

    Une variante qui j'espère deviendra une règle officielle dans une réédition du jeu.

    Yspahan est bon dans toutes les configurations.

    Déjà 18 parties et je ne m'en lasse pas

  4. Fred Frenay 08:47 27.12.2006

    François, notre nouveau mono-maniaque !

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension