Premières Impressions de Stéphan

De 1 à 2 parties jouées - 27 septembre 2007
 
Indispensable
  preview

Le nouveau monde ! Imaginez un continent entier à découvrir, des colons s’entassant sur les docks, le regard perdu vers l’horizon, des caravelles chargées à tout rompre fendant des mers déchaînées, des paysages somptueux accueillant les caravanes des nouveaux habitants sous le regard curieux des indigènes … Le parfum de la découverte, le parfum de l’aventure !

C’est ce que vous propose de revivre le jeu de Glenn Dover sous licence de la célèbre série informatique de jeu de stratégie.

Première constatation : il ne faut pas s’attendre à une adaptation du jeu vidéo. Si le thème est commun entre les deux jeux, autant le jeu vidéo s’attache au développement d’une colonie et à ses rapports souvent mouvementés avec d’autres colonies rivales, autant le jeu de plateau s’attache à la découverte du nouveau monde et à sa colonisation proprement dite. Un même thème mais une vision différente des événements.

Deuxième constatation : le jeu a tout d’un gros jeu américain mais reste néanmoins très allemand dans sa conception. Le matériel est imposant avec son lot de figurines en plastique, son plateau gargantuesque qui en impose au regard et même son lot de fausses pièces d’époque : les moyens ne manquent pas pour impressionner le faible joueur que nous sommes. (moi qui ai toujours aimé les petits soldats). Tout cela donne l’impression que l’on est face à un bon gros jeux américain où la prise de tête sera minimaliste et l’ambiance maximale … adieu chers petits cubes de bois, nos bonnes vieilles figurines vont s’en mettre plein la tête! Grave erreur : ici les petits cubes de bois se sont mystérieusement métamorphosés en figurines pour mieux nous leurrer mais surtout pour mieux nous surprendre. Sous ses aspects de superproduction hollywoodienne se cache donc un véritable petit bijou ludique plein de subtilités et de petits mécanismes qui font le bonheur des eurogamers, ceux qui apprécient les jeux de l’école allemande et par extension ceux des écoles européennes.

Quand on analyse une partie, force est de constater la filiation étonnante avec d’autres jeux qui ont marqué ces dernières années. On y retrouve les mêmes sensations que dans Caylus, El grande, Leonardo, tous d’excellents jeux qui ont surpris par l’originalité et à la force de leurs mécanismes novateurs. Il est extrêmement agréable de les retrouver enrobés dans un thème différent comme l’on goûte avec plaisir à un plat qui nous a plu mais qu’une autre personne nous a cuisiné : une saveur familière mais différente. Mais refaire – même très bien - ce n’est pas innover et l’effet de surprise laissé par ses illustres ancêtres se perd quelque peu. Parfois on arrive trop tard et on rate le chef d’œuvre de peu … dommage ! Mais bon cela ne nous empêchera pas d’apprécier ce jeu à sa juste valeur.

Et justement … on se prend au jeu et on s’engage dans le thème rondement mis en valeur ici. Les mécanismes abstraits et ludiques choisis ici collent parfaitement avec le thème : la découverte du nouveau monde comprend son lot d’aléa et de risque, la colonisation est histoire de gestion saine et de choix audacieux, la politique et la diplomatie une façon de placer ses pions et d’interagir avec les autres, la guerre loin d’être obligatoire ne présente qu’un simple moyen finalement assez annexe de l’emporter parmi tant d’autres. Si l’on pouvait reprocher à ses illustres prédécesseurs une certain froideur des mécanismes, force est de constater que Glenn Dover a réussi l’exploit de les replacer ici en pleine thématique. Un jeu qui raconte donc une histoire que l’on se plait à raconter encore et encore.

Evidemment tout n’est jamais parfait et le jeu souffre apparemment de certains problèmes d’équilibrage et de réglages dans ses mécanismes. J’avoue ne pas avoir trop perçu ces soucis durant ma première partie bien que nous en aillons beaucoup parlé. Certaines cartes de développement seraient trop puissantes par rapport à d’autres, faisant de certains choix et de certaines stratégies une quasi certitude de l’emporter. J’avoue rester assez sceptique quant à cette argumentation préférant laisser parler le nombre de parties. Si il est certain que le jeu avantagera celui qui connaît les cartes et les combinaisons possibles, il me semble cependant qu’avec des joueurs aguerris, certaines combinaisons gagnantes ne seront pas possibles, du moins si ces joueurs prennent le temps de suivre le jeu de leurs adversaires.

Laisser parler le nombre de parties pour voir si ce jeu saura se renouveler au-delà des tactiques et des stratégies évidentes à première vue.

Un excellent jeu donc qui me paraît indispensable dans une catégorie où il fait pont entre la rigueur et la richesse de la mécanique allemande et l’ardente ambiance des jeux plus américains.

A noter que pour jouer à 6, il faudra débourser environ 10€ pour une poignée de figurines supplémentaires; ce que je trouve relativement scandaleux ...

 
  • Un thème extrêmement bien rendu
  • Il a tout des grands jeux du moment …
 
  • Un supplément à payer pour pouvoir jouer à 6
  • Problèmes d’équilibrage envisageables.

1 commentaire

  1. Frédéric 10:49 27.09.2007

    Voilà un avis auquel j'adhère !

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension