L'avis de Frédéric

De 6 à 10 parties jouées - 15 avril 2007
 
Sympathique
  preview

Manifestement, Schotten-Totten est un jeu bien conçu comme sait les faire Knizia.

Toutefois, comme cela m'arrive parfois avec les jeux de Knizia, je lui trouve un côté extrêmement mathématique, beaucoup trop à mon goût ; je n'apprécie pas vraiment de ne voir que des chiffres et des calculs dans un jeu de société, alors qu'un jeu de société demande, me semble-t-il, bien plus que cela.

Schotten-Totten est un jeu qui fonctionne très bien et qui est, comme le souligne fort justement mes collègues de Ludigaume, un jeu assez subtil dans lequel chaque décision doit être soupesée ; je renvoie à ce qu'ils ont écrit à ce sujet.

Le seul problème est que dans ce fatras austère de chiffres, de calculs et d'estimations multiples et variées à faire, je m'y perds complètement au point de trouver que si le jeu est intéressant, il ne fait toutefois pas partie de ceux que j'apprécie particulièrement. Heureusement, les parties sont courtes et certainement pas déplaisantes.

Le matériel est de fort bonne qualité (je possède l'édition PS-games) et les illustrations sont amusantes.

Quant au thème, il est drôle mais, une fois de plus, preuve est faite qu'il est décidément difficile d'habiller des chiffres pour leur donner un air attirant…pour un rebelle aux mathématiques comme moi.


 
  • mécanique fluide
  • règle simple/jeu riche
  • petit prix
 
  • trop mathématique et austère à mon goût
  • que de calculs !

2 commentaires

  1. Guillaume 06:08 16.04.2007

    Je comprends que l'on puisse ne pas accrocher à Schotten-Totten mais je voudrais seulement préciser un point pour qui ne connaitrait pas le jeu.
    En fait de calcul pur, Schotten-Totten n'implique que des additions. Il demande rarement plus que de compter jusqu'à 6 ou 9 (le nombre de cartes respectivement dans chaque couleur et chaque position).
    Je me permets de le souligner car je considère qu'il s'agit d'une des grandes forces du jeu qui met essentiellement en oeuvre l'observation.

  2. Raphaël 17:25 16.04.2007

    S'il est vrai qu'il ne fait pas appel au calcul différenciel ni à l'algèbre non linéaire, je peux comprendre l'argument, parce que Schotten Totten (ou Battle Line) est un jeu dont le thème est tout à fait absent.
    Moi j'aime bien, mais c'est vrai que quand on voit les illustrations, on peu s'attendre à quelque chose d'un peu "rigolo", ce qui n'est absolument pas le cas.

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension