Ra

Reiner Knizia, l’auteur de Ra, est un auteur fabuleusement prolifique et, évidemment, dans la masse de jeux qu’il a créés, certains sont parfois d’un intérêt ludique un peu limité. Et puis parfois, Knizia crée de véritables perles et Ra, à mon avis, en est une.

Ra est jeu d’enchères, de combinaisons et un « stop ou encore » vraiment très réussi. Ses règles sont simples sous la réserve d’un système de décompte des points un peu tarabiscoté comme l'aime l’auteur, réputé pour le côté très « mathématique » de ses créations.

Je ne suis pas un très grand amateur des purs jeux d’enchères mais celui-ci, contrairement à la plupart des jeux de ce type, me plaît par son côté maîtrisable lié au fait que chacun connaît, au moment où il joue, les capacités à enchérir des autres joueurs. En outre, les choix sont parfois très difficiles à faire : enchérir pour une série de tuiles un peu faible pour emporter, pour la manche suivante, un soleil de valeur plus élevée que celui que l’on joue, enchérir sur une série de tuiles qui donnerait un avantage trop important à un autre joueur même si elle n’est pas si intéressante pour soi, etc…

Certains critiquent le fait que l’on y joue « chacun dans son coin ». Je n’ai jamais eu ce sentiment, d’autant plus qu’il faut toujours examiner le jeu des autres joueurs, non seulement pour connaître leurs capacités à enchérir mais également pour examiner leur jeu et, si possible, contrer leur stratégie. J’estime même que l’interaction entre les actions des joueurs est assez importante. Encore une fois, on peut constater que nous n’avons pas tous la même interprétation du terme « interaction ».

Le côté « stop ou encore » du jeu est très marqué et laisse une part importante au hasard, au niveau de la pioche des tuiles. Toutefois, et c’est à mon sens le génie propre de ce jeu, ce hasard reste un peu maîtrisable dans la mesure où chacun peut apercevoir, ou plus exactement ressentir, le nombre de tuiles Ra déjà piochées pour se douter du nombre, certes approximatif, de tuiles de ce type qui ressortiront ultérieurement. Ceci est bien entendu valable pour les autres types de tuile.

En ce qui concerne les décomptes de points, le système est un peu compliqué mais vite assimilable, et ce d’autant plus que le plateau de jeu reprend des aides de jeu.

Au niveau du matériel, rien à redire sauf que l’important nombre de tuiles à piocher au hasard aurait nécessité que soit fourni un petit sac en tissu pour y placer celles-ci. Ma solution : le sac en tissus noir fourni avec le « jeu » Alhambra ( édité par Queen Games) fera l’affaire. N’hésitez pas à démanteler votre boîte d’Alhambra que vous ne devriez de toute manière jamais beaucoup utiliser (c’est un des pires jeux que je connaisse, sinon le pire). Pour le reste, le matériel est joli, pratique et de très bonne qualité.

Les thèmes des jeux de Knizia se reconnaissent, en règle générale, entre mille : « plaqués », sans lien avec le mécanisme de jeu, bref c’est quasiment une grosse caricature des jeux dits « à l’allemande », de ce point de vue.

Les parties sont plutôt de courte durée (un peu moins d’une heure) et sont très dynamiques, il n’est pas rare que l’on ait envie d’en faire plusieurs de suite.

Ra présente, en outre, la qualité de pouvoir y jouer à deux. Cela est un peu curieux pour un jeu d’enchères, mais Ra tourne parfaitement dans cette configuration.

En conclusion, Ra est un jeu original, équilibré et subtil et constitue une vraie réussite. Il s’agit d’un classique du jeu d’enchères et un redoutable « stop ou encore » qui ne dépareillera pas les très bonnes ludothèques.

 
  • subtil et équilibré, système original
  • parties dynamiques et très prenantes
  • matériel de qualité
  • jeu d'enchères jouable à 2
  • très grande "rejouabilité"
 
  • mécanique sans lien avec le thème

Indispensable